Des Fleurs pour Algernon : critique de Louison

Publié le par Professeur L

CRITIQUE DE LOUISON

C'est une histoire particulièrement touchante. Un homme attardé mental qui ne désire qu'une chose : devenir "un télijan". Comme il écrit des comptes-rendus de lui-même, cela nous permet de mieux constater l'évolution de l'expérience et de sa façon de penser. En revanche il est plutôt difficile à lire au début car il fait beaucoup de fautes d'orthographe. Nous voyons qu'il arrive vite à se souvenir d'événements, à réfléchir.

Selon moi, son évolution a été trop rapide, étant donné qu'il est impossible d'apprendre en 4-5 mois autant de ce qu'il a appris. Charlie a quand même appris environ 20 langues (dans le livre, et 5 dans le film) et possède des connaissances dans beaucoup de domaines tels que les mathématiques, la physique, la géographie, la chimie, la biologie et plein d'autres encore.

Je trouve le livre plutôt bien écrit, car nous avons l'impression d'être Charlie, il raconte ses sentiments, les tests qu'il a passés pour l'expérience, ses impressions avant et après l'opération, ce qui donne beaucoup de réalisme à l'histoire.

J'ai vu le film, et la fin est très émouvante puisque Charlie laisse Miss Kinnian (dans le film sa professeur de piano) parce qu'il sait qu'il ne pourra pas l'aimer. Le retour vers "l'obscurité" est touchante car il sait ce qui va lui arriver.

J'ai aimé le lien entre Charlie et Algernon, car cette dernière est très importante par la suite. Ils sont passés tous les deux par les mêmes étapes. Lorsque la souris régresse, nous sommes particulièrement touchés, sachant que Charlie va régresser aussi.

Des Fleurs pour Algernon : critique de Louison

Commenter cet article