Comment je suis devenu stupide par Tiffène, Jimmy et Elise

Publié le par Professeur L

L'intelligence ne comble pas le bonheur d'après Page. Comment je suis devenu stupide est un roman qui décrit la vie d'un homme très intelligent, qui n'a pas beaucoup d'argent, nommé Antoine. Celui-ci se trouve trop intelligent. Il n'a pas beaucoup d'amis et souhaite devenir stupide. Pour y remédier, il va trouver plusieurs méthodes, en commençant par l'alcoolisme. Cette première tentative échoue rapidement et il envisage alors de se suicider, alors qu'il n'a que 25 ans ! Son côté philosophique le pousse à se renseigner sur toutes ses idées : lorsqu'il veut devenir alcoolique, il apprend toutes les différentes sortes d'alcool. Pour le suicide, il va jusqu'à prendre des cours pour ne pas se rater.

Antoine rencontre plusieurs personnes qui vont (involontairement) l'aider à devenir stupide. Cependant, en devenant stupide (et nous laissons le soin au lecteur de découvrir comment Antoine va devenir stupide, de façon assez inattendue et comique), il perd la plupart de ses anciens amis qui sont contre ces méthodes et qui lui conseillent d'aller consulter un médecin pour qu'il puisse l'aider. Celui-ci va-t-il réussir à le soigner ? Antoine va-t-il réussir à exaucer son rêve ? Comment va-t-il réussir ? Cela va-t-il fonctionner ? Dans sa tentative de devenir stupide, le héros n'est pas au bout de ses peines. 

L'auteur a beaucoup d'imagination et laisse libre cours à sa fantaisie dans ce roman. Plusieurs passages en sont le produit, par exemple le passage dans lequel Antoine  rencontre Léonard qui a onze verres alignés devant lui : il décrit et donne le nom de chaque alcool ; ou bien le passage dans lequel l'ami d'Antoine a eu des problèmes étant enfant. Celui-ci, ayant pris des médicaments, subit des effets secondaires inattendus et devient phosphorescent. 

Ce livre n'a pas beaucoup de points négatifs. Le seul que l'on puisse trouver estle fait que Martin Page utilise souvent le mot "Aussi" au début de ses pages. 

Ce roman nous apprend que l'on n'a pas besoin d'être intelligent pour être heureux ou inversement, et que les bons amis ne sont que ceux qui nous aident à garder une bonne santé mentale, psychique et physique. Cette histoire peut être comparée à Des Fleurs pour Algernon de Daniel Keyes dans la mesure où on obtient les mêmes conclusions après leur lecture. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article