Princesse Mononoké : critique d'Estelle

Publié le par Professeur L

Ashitaka a été blessé par un sanglier démoniaque. Ashitaka doit quitter son village pour partir à la recherche du dieu-cerd, car c'est le seul qui pourra guérir son bras de la malédiction. Pendant son voyage, Ashitaka rencontrera Dame Eboshi qui lui fera visiter son village et lui dévoiler son secret. Dans cet endroit, elle soigne les lépreux, et en échange les lépreux lui fabriquent des armes. Dame Eboshi détruit la forêt pour récupérer du fer. Mais Princesse Mononoké qui a été élevée par des loups va combattre Dame Eboshi pour l'empêcher et détruire la forêt. C'est là qu'Ashitaka a compris la mission que lui avait confié la chamane de son village. Celle-ci lui recommande de combattre le mal sans faire le mal. Ashitaka aidera Princesse Mononoké pour que Dame Eboshi ne détruise pas la forêt. Mais le seul but de Dame Eboshi est de tuer le dieu-cerf en lui coupant la tête. Mais Princesse Mononoké appelée aussi San et Ashitaka parviennent à vendre sa tête au dieu cerf. Enfin, la Nature repousse, apportant la paix entre San et Dame Eboshi.

Princesse Mononoké (San) n'aime pas les humains, mais elle apprécie Ashitaka qui l'a sauvée des forges de Dame Eboshi. Elle est courageuse et n'a peur de rien. Elle est prête à tout pour sauver la nature.

Ashitaka est courageux et intelligent. Il n'a peur de rien. Il fait semblant de ne pas resentir la douleur. C'est ce qu'on appelle être stoïque. Il est diplomate : cela veut dire qu'il parvient à faire la paix entre deux personnes.

Dame Eboshi est orgueilleuse. Elle se croit supérieure à tout le monde. Elle est victime de l'hybris (démesure). Mais elle est gentille envers les femmes et les lépreux. Dame Eboshi est féministe et humaniste.

Le message du film est que la haine n'engendre que la haine, que faire le mal ne procure que le mal. Au fond de chaque personne, il y a du mal et de la gentillesse. Nulle personne est totalement gentille ou totalement méchante. Il y a toujours un peu des deux. Par exemple, lorsque le dieu-cerf se fait couper la tête par Dame Eboshi, il veut se venger en détruisant la forêt. La méchanceté de Dame Eboshi a rendu le dieu-cerf méchant.

Ma scène préférée, c'est quand Ashitaka et San récupèrent la tête du Dieu-Cerf et la lui rendent. Et lorsque l'on voit la nature repousser et revivre, le Dieu-Cerf pardonne les humaines de lui avoir volé sa tête. J'ai bien aimé cette scène car c'était beau de voir la nature repousser. C'était magnifique.

Princesse Mononoké : critique d'Estelle
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article