Princesse Mononoké : critique de Sarah

Publié le par Professeur L

Princesse Mononoké est un film de Miyazaki qui se déroule au Japon, au Moyen-Age. Tout d'abord, cela se passe dans un petit village qui regroupe une tribu où vit le jeune prince Ashitaka. Un jour, le village est attaqué par un énorme sanglier devenu démon. Courageux, le prince Ashitaka le tua et sauva sa tribu. Mais cela le contamina au bras et il risqua la mort. Les sages de son village lui conseillèrent de partir loin d'ici, et de voir la vie sans haine, et sans méchanceté. Ashitaka partit donc avec son fidèle élan rouge, Yakuru.

Un jour, il arrive dans une forteresse appartenant à une certaine Dame Eboshi. Cette dernière est plutôt anti-humaniste mais elle a engagé des femmes qui étaient dans une maison de passe pour qu'elles travaillent avec elle. Il faut savoir qu'elle n'aime pas la nature : elle veut la détruire. De l'autre côté de la forêt, il y a Princesse Mononoké. C'est une louve qui l'a recueillie et élevée depuis sa naissance. Elle a aussi un prénom : San. San est une jeune fille rebelle, qui n'a pas peur de montrer ce qu'elle ressent. Sa mère est une déesse louve. San a aussi deux frères loups. Elle n'aime pas les humains car ils veulent détruire la forêt, son lieu de vie, et sans forêt, il n'y a plus d'animaux.

Ashitaka décide d'aider Princesse Mononoké pour sauver la forêt, mais il décide aussi de ne pas faire de mal à Dame Eboshi. Il essaie de la réconcilier avec la forêt. Le prince Ashitaka est donc entre les deux clans, entre les hommes et la nature. Ashitaka essaie tant bien que mal d'aider les deux clans, mais cela est difficile.

Après plusieurs journées passées avec San, Ashitaka doit repartir pour poursuivre son chemin et voir la vie sous un oeil positif. Il ne peut s'empêcher de penser à San. Quant à elle, elle commence à bien apprécier Ashitaka même si elle ne lui montre pas. Une complicité s'installe chez les deux personnages.

Dame Eboshi, qui se croit supérieure à tous les hommes, a été obligée par l'Empereur du Japon de ramener la tête du Dieu Cerf, le dieu de la forêt.

Le film se termina bien pour moi car le Dieu Cerf retrouve sa tête et la nature repousse. Ashitaka et San deviennent voisins. Dame Eboshi, quant à  elle, a promis de ne plus détruire la nature. San retrouve une certaine confiance avec les humains mais garde toujours un oeil sur eux.

J'ai beaucuop aimé ce film. C'est aussi une morale qui nous dit que de faire du mal à la nature, c'est faire du mal à nous-mêmes.

Princesse Mononoké : critique de Sarah
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article