Sensation d'Arthur Rimbaud commenté par les 5eA

Publié le par Professeur L

Campagne isarienne, entre Rousseloy et Mello.

Campagne isarienne, entre Rousseloy et Mello.

Année scolaire 2015-2016 – Collège Jules Vallès de Saint Leu d'Esserent

Niveau cinquième – séquence 1 : la poésie ou les sens de la vie

Séance 1 : Sensation d'Arthur Rimbaud (1854-1891)

Objectifs : découvrir un poème lyrique en alexandrins ; comprendre le désir de symbiose avec la nature

 

Synthèse élaborée à partir des copies de Rose, Clara, Suzie, Ines, Jade, Emma, Hanna et Robin

 

            Arthur Rimbaud est un très grand poète du XIXème siècle. Il vivait en Champagne-Ardennes, à Charleville, avec sa mère, mais il ne connaissait pas son père qui était militaire. Sa mère était extrêmement stricte avec lui et ne lui permettait rien : pas d'amis, pas d'amusements, seulement le travail.

            Quand il était adolescent, Rimbaud était un excellent élève. Il écrivait déjà des poèmes et voulait se faire reconnaître. Une nuit, il décida de fuguer pour Paris. Une fois arrivé, il rencontra Paul Verlaine, un autre poète très connu à cette époque. Ils décidèrent de partir ensemble vivre à Londres puis en Belgique. Lorsqu'ils furent à Bruxelles, une dispute éclata entre eux. Verlaine sortit son revolver, tira sur Rimbaud et le blessa au pied. Rimbaud alla à l'hôpital. Verlaine fut emprisonné quelques années.

            Plus tard, Rimbaud arrêta définitivement la poésie et partit pour l'Afrique, pour faire du commerce. Après quelques années, il dut se faire amputer de la jambe et mourut à Marseille.

            C'est sans doute l'histoire de sa vie, lorsqu'il était encore adolescent, qui l'a inspiré pour écrire le poème « Sensation ». Ce poème met en scène les sentiments d'un jeune adolescent qui vit apparemment dans une ville, et qui a envie de liberté. Il rêve de fuguer, de partir à la campagne. Il voudrait changer de vie.  Les sensations exprimées dans ce texte sont la vue (« les soirs bleus d'été ») et surtout le toucher (« picoté », « fouler », « j'en sentirai la fraîcheur », « le vent baigner ma tête nue »). La sensation du toucher est extrêmement développée dans ce poème, ce qui montre une approche essentiellement tactile et sensuelle de la nature. L'adolescent rêve de fusionner avec la nature, de ne faire plus qu'un avec elle. C'est pourquoi Rimbaud personnifie la nature, en la comparant à une femme : « heureux comme avec une femme ». Il y a une féminisation de la nature. Les désirs de l'adolescent se mêlent à la contemplation de la nature et au désir de liberté.

            Le désir d'union avec la nature s'exprime également à travers la musicalité et le rythme du poème. Les nombreuses rimes croisées (« sentiers » au vers 1 rime avec « pieds » au vers 3, « menue » au vers 2 rime avec « nue » au vers 4 dans le premier quatrain, de même que « rien » rime avec « bohémien » et « âme » avec « femme ») et internes (« été », «j'irai », « sentiers », « picoté », « blés », « fouler » font résonner le son « é », « loin », « bien » et « bohémien » riment à l'intérieur du vers 7, « amour », « montera », « âme » font résonner le son « a » dans le vers 6) créent un système d'échos sonores. L'allitération (la répétition d'un son consonantique) à partir de la lettre « m » dans le vers 6 renforce l'harmonie sonore qui coïncide avec le désir d'harmonie avec la nature nature : « Mais l'amour infini me montera dans l'âme ». Cette allitération fait référence au verbe «aimer ».

            Le haut et le bas du corps sont immergés dans ce rêve de fusion avec la nature : le poète décrit d'abord les sensations dans les pieds puis termine le premier quatrain en imaginant qu'il fusionne avec le ciel, comme s'il s'agissait de la mer ou de l'océan, d'où l'utilisation du verbe « baigner » pour évoquer le contact de la tête avec l'air. Les verbes au futur de l'indicatif (« j'irai », « sentirai », « laisserai », « parlerai », « penserai », « montera ») permettent d'exprimer les désirs du jeune adolescent. Son rêve de fusion ou d'harmonie avec la nature est à la fois actif (il rêve qu'il flâne au milieu des champs) et passif (il évoque son désir de se laisser aller, de se vider l'esprit, de s'immerger dans le silence et de laisser la nature et l'amour le posséder : « je laisserai le vent baigner ma tête nue », «l'amour infini me montera dans l'âme »). Le poète se sent traversé par la nature. Le mouvement est à la fois horizontal (« j'irai dans les sentiers », « j'irai loin, bien loin, comme un bohémien ») et vertical (« le vent baigner ma tête nue », « l'amour infini me montera dans l'âme »). Il met l'accent sur le rêve grâce à la mise en valeur du mot « rêveur » au début du troisième vers. Son désir de contemplation s'exprime dans son aspiration au silence et à la méditation, à travers le parallélisme du vers 5 : « Je ne parlerai pas, je ne penserai rien. » Son désir d'évasion explique l'identification au bohémien : c'est notamment ce que révèle la comparaison au vers 7 : « comme un bohémien ». Le poète veut découvrir de nouveaux horizons, partir à la conquête de nouveaux mondes inconnus comme le prouve la répétition de « loin » : « loin, bien loin », renforcée par le modalisateur « bien ». On imagine que le jeune garçon flâne au milieu de la nature, dans les champs. Il est joyeux car il s'évade et il est libre. Le poème a un air joyeux et donne l'envie d'être libre comme un cheval qui galope en pleine nature. Les vers sont tous aussi beaux les uns que les autres. Ils invitent à la rêverie et évoquent la solitude, même si celle-ci est comblée par la nature.

            La construction des vers en alexandrins (un alexandrin est un vers de douze syllabes que l'on peut diviser en hémistiches), eux-mêmes décomposés en hémistiches (un hémistiche est la moitié d'un alexandrin), permet de créer un rythme à la fois fluide et lent, qui correspond au désir de flânerie et de bohème du poète qui se laisse aller et qui veut rêver au milieu de la nature. Il s'agit donc d'un poème lyrique, car il développe les sentiments personnels et intimes du poète (c'est pourquoi il utilise aussi souvent le pronom personnel « je »),  et notamment son désir de liberté, d'amour et d'harmonie avec la nature. Un poème lyrique est un poème qui évoque de l'amour ou de l'émotion. On pourrait dire que ce poème est à la fois triste et heureux, nostalgique, car le poète rêve de quitter sa maison pour être heureux à la campagne, mais il ne peut pas.

           

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Soren 21/09/2017 17:28

ça fait vraiment bizarre de retrouver ces vieux travaux de 5°. En tout cas, Aujourd'hui n'est plus du tout la même chose.

Professeur L 21/09/2017 18:01

Bonjour Soren,
En effet, tu as beaucoup progressé depuis. Cependant, tu as toujours été intelligent et ce travail méritait de figurer sur le blog.

Cordialement,

Professeur L

Hanna 10/03/2016 17:57

Monsieur Lanussé,
j'ai bien cherché dans votre blog et , comme vous l'aviez dit, je n'ai pas trouvé l'histoire que nous avions faite avec le reste de la classe de 6D l'année dernière. Pourriez-vous la mettre sur votre blog s'il-vous-plaît? Les élèves pourraient la lire et je pourrais la relire.

Professeur L 10/03/2016 21:37

Bonsoir Hanna,

Je m'en occupe ce week-end.

Amicalement,

Monsieur LANUSSE

Charlotte et Emmy 03/11/2015 09:13

2.Décrire les personnages

Isha qui signifiait « protecteur », il était grand au cheveux brun et aux yeux vert il protégeait sa sœur et la nature.Il était sage et méfiant,musclé mais il était maladroit.Il aimait cuisiner le phoque.Sa voix était grave comme le tonnerre de la toundra.
Quand a Tala elle courrait vite comme un loup d'où son nom qui signifiait « louve »;elle était brune aux yeux bleu elle avait des taches de rousseur , curieuse et intelligente.
Le chamane était un être assez grand, égoïste,opportuniste mais il était également intelligent.
Il avait de la barbe et des cernes , les cheveux blanc aux yeux noir perçant.


7.Raconter la course-poursuite

Le chamane s'enfonça dans la toundra obscure et remplie de bêtes sauvages.
Isha le suivait armé d'une lance. Quand il se retourna, il vit un troupeau d'animaux : cerfs, aigles,corbeaux, loups,ours polaire et lynx. Tous s'étaient unis pour vaincre ce chamane connu pour sa cruauté sur les animaux. Quant à Tala qui courait aussi vite qu'un loup, rattrapait le chamane qui perdait du terrain. Elle s'arrêta, pensant qu'elle était épuisée, le chamane ralentit le pas sans regarder derrière lui. Soudain,il s'écroula sur la mousse, Tala lui avait tiré une flèche dans le genou. Le troupeau et Isha les rejoignirent, les bêtes sauvages poussaient des hurlements, grognaient, montraient leurs crocs jaunâtres face au chamane. Avec l’étonnement de tous, il essaya de lutter contre la douleur et se releva, sauf qu'aussi agile qu'un lynx, Tala lui lança une autre flèche mais cette fois elle atterrit dans le bas du ventre.Il s'écroula a nouveau criant de douleur, gisant au sol avec son sang qui s'étalait par terre au fur et à mesure du temps.



1.Décrire le paysage

Le village se trouvait dans un environnement parfait pour les Inuit : à flan de montagne, il avait la vue sur l'étendue de banquise blanche et craquelée du nord. Les montagnes couvertes de neige toute l'année étaient l'endroit le plus glissant et le plus dangereux.L'été ils pouvaient y trouver des petites baies sauvages.La tribu s'était installée près de la toundra émeraude l'été mais d'un vert sombre l'hiver que c'en était presque repoussant. Pour chasser et trouver de la viande, c'était idéal.

8.Raconter la mort du chamane

Les corbeaux lui picoraient les yeux et le ventre , les lynx lui déchiquetaient sa nuque brisée et le sang de sa veine explosait , les ours le piétinaient , les loups lui arrachèrent le bras pour le dévorer et les cerfs l'embrochaient avec leur bois

5.La maladie

Cette maladie attaquait le cerveau qui venait d'une baie empoisonnée qui décomposait les corps ,leur peau tombait et ils mouraient quelques jours plus tard dans d’affreuse souffrance. Le chamane s’apprêtait à partir quand les jumeaux lui proposèrent de l'accompagner.

Professeur L 03/11/2015 19:52

Orthographe : 0/5
Portrait : 3/5
Description : 5/5
Récit : 5/5
NOTE : 13/20
Travail très satisfaisant et très encourageant.
Qualités : Le récit et la description sont très bien maîtrisés.
Points à améliorer : il faut travailler la maîtrise du portrait physique et moral à l'aide du vocabulaire et des techniques stylistiques qui vont être apprises cette année. Attention aux accords.

clara flora 03/11/2015 09:12

Poursuite du chamane


présentation: le frère: Isha, la sœur: tala

7.Le chamane arrive à courir de toute sa force. Mais il courut une heure déjà. Il n'en pouvait plus. Il s’arrêta pour prendre une petite pause mais voilà que ….
Les animaux commencent par courir à toute vitesse en essayant de le rattraper. Il courut encore de toutes ses forces mais les animaux le rattrapèrent. Le frère tente de lui faire un croche pied, la sœur essaye de lui faire un croche pied de l'autre côté ce qui est assez difficile. Les animaux ont rattrapé le chamane. Ils lui dévorent la jambe, du coup le chamane va moins vite et la sœur et le frère ont réussi à lui faire des croche pied en espérant qu'il ne bouge plus. Mais le chamane leur lança un sortilège , donc les animaux le frère et la sœur tombèrent par terre . Ils étaient épanouis comme si ils dormaient dans leur lit .Au bout d'un bon moment une petite grand mère passa devant le chamane avec ces petites fleurs a la mains , le chamane demanda de l'aide à la petite grand mère car il avait la jambe casser. La vieille grand mère accepta et elle l’emmena dans son igloo où ils se réfugie bien au chaud.
La grand mère étant médecin avant, elle lui soigna sa jambe. Dans ce grand igloo on y retrouvait des peaux de bêtes . ça n’empêchait pas d'avoir de la chaleur par une lampe à huile. Pour le chamane tout se passa bien il était réfugié chez la vieille grand mère il y mangea, dormait. Contrairement aux enfants cela se passa mal , à cause du sortilège qu'avait donné le chamane il ne pouvait plus bouger. Ces deux enfants ont été soigner par une jeune fille qui passer une heure après. Grâce à cette jeune fille les deux enfants ne seront pas mort.

Professeur L 03/11/2015 20:01

Orthographe : 2/5
Récit : 8/15
Note : 10/20
Qualités : de très bonnes idées (l'idée du sortilège, de la grand-mère qui recueille le blessé et de la jeune fille qui aide les deux héros), un récit bien développé.
Points à améliorer : il manque l'expression des sentiments et la fin du récit. Il faut que les personnages ressentent des choses, éprouvent des sentiments pour gagner en force expressive. Attention à l'accord du participe passé des verbes du premier groupe.

Charlotte et Emmy 03/11/2015 09:11

2.Décrire les personnages

Isha qui signifiait « protecteur », il était grand au cheveux brun et aux yeux vert il protégeait sa sœur et la nature.Il était sage et méfiant,musclé mais il était maladroit.Il aimait cuisiner le phoque.Sa voix était grave comme le tonnerre de la toundra.
Quand a Tala elle courrait vite comme un loup d'où son nom qui signifiait « louve »;elle était brune aux yeux bleu elle avait des taches de rousseur , curieuse et intelligente.
Le chamane était un être assez grand, égoïste,opportuniste mais il était également intelligent.
Il avait de la barbe et des cernes , les cheveux blanc aux yeux noir perçant.


7.Raconter la course-poursuite

Le chamane s'enfonça dans la toundra obscure et remplie de bêtes sauvages.
Isha le suivait armé d'une lance. Quand il se retourna, il vit un troupeau d'animaux : cerfs, aigles,corbeaux, loups,ours polaire et lynx. Tous s'étaient unis pour vaincre ce chamane connu pour sa cruauté sur les animaux. Quant à Tala qui courait aussi vite qu'un loup, rattrapait le chamane qui perdait du terrain. Elle s'arrêta, pensant qu'elle était épuisée, le chamane ralentit le pas sans regarder derrière lui. Soudain,il s'écroula sur la mousse, Tala lui avait tiré une flèche dans le genou. Le troupeau et Isha les rejoignirent, les bêtes sauvages poussaient des hurlements, grognaient, montraient leurs crocs jaunâtres face au chamane. Avec l’étonnement de tous, il essaya de lutter contre la douleur et se releva, sauf qu'aussi agile qu'un lynx, Tala lui lança une autre flèche mais cette fois elle atterrit dans le bas du ventre.Il s'écroula a nouveau criant de douleur, gisant au sol avec son sang qui s'étalait par terre au fur et à mesure du temps.



1.Décrire le paysage

Le village se trouvait dans un environnement parfait pour les Inuit : à flan de montagne, il avait la vue sur l'étendue de banquise blanche et craquelée du nord. Les montagnes couvertes de neige toute l'année étaient l'endroit le plus glissant et le plus dangereux.L'été ils pouvaient y trouver des petites baies sauvages.La tribu s'était installée près de la toundra émeraude l'été mais d'un vert sombre l'hiver que c'en était presque repoussant. Pour chasser et trouver de la viande, c'était idéal.

8.Raconter la mort du chamane

Les corbeaux lui picoraient les yeux et le ventre , les lynx lui déchiquetaient sa nuque brisée et le sang de sa veine explosait , les ours le piétinaient , les loups lui arrachèrent le bras pour le dévorer et les cerfs l'embrochaient avec leur bois

5.La maladie

Cette maladie attaquait le cerveau qui venait d'une baie empoisonnée qui décomposait les corps ,leur peau tombait et ils mouraient quelques jours plus tard dans d’affreuse souffrance. Le chamane s’apprêtait à partir quand les jumeaux lui proposèrent de l'accompagner.

Juliette.b 5d 28/10/2015 18:02

Bonjour Monsieur,
J'avais 2 questions sur le dossier sur Jack London pour le 12/11/2015.
Je ne sais plus si l'abécédaire doit obtenir trois lettres avec 1 noms, 1 Adjectif,et 1 verbe.
Ou si il doit contenir 3 noms, 3 verbes, 3 adjectif tous de lettres différentes ?

Et aussi quels est la police que l'ont doit utiliser pour les dossiers sur l'ordinateur?

Merci d'avance
Bonne fin de vacances
Juliette de 5eD

Professeur L 29/10/2015 11:08

Bonjour Juliette,

L'abécédaire doit contenir 3 noms, 3 verbes, 3 adjectifs. Ils ne doivent pas forcément tous commencer par une lettre différente. Le critère principal est qu'il faut 9 mots (3 noms, 3 verbes, 3 adjectifs).
La police à utiliser pour les dossiers sur l'ordinateur est Times New Roman, taille 12.

N'hésite pas à me poser d'autres questions si tu en ressens le besoin,

Amicalement,

Monsieur LANUSSE

Estelle et Juliette 07/10/2015 10:02

La langue des Inuits

1- A quelle famille linguistique appartient la langue Inuit ?


La langue inuit appartient a la famille des langues de la famille eskaléoute.


2-Comment appelle-t-on la langue parlée par les Inuit en Sibérie, sur l'ile Saint-Laurent, et dans le centre de l'Alaska ?


Les langues parlées par les Inuit en Sibérie, sur l'ile Saint-Laurent, et dans le centre de l'Alaska sont :

• le yupik (parlé en Sibérie, sur l’île St Laurent et dans le centre de l’Alaska)


3-Comment appelle- t-on la langue parlée par les Inuits au nord de l'Alaska, dans l'Arctique Canadien et au Groendland ?

Les langues parlées par les Inuit au nord de l'Alaska, dans l'Arctique Canadien et au Groendland sont :

• le continuum inuit (nord de l’Alaska, Arctique canadien, Groenland)


4- Donnez cinq mots inuit (avec leur signification) que l'on utilise couramment dans la langue française ainsi que chez les géographes ?

Soulignons qu’il existe quelques éléments lexicaux d’origine inuit aujourd’hui intégrés au français tels que anorak (de annuraaq « vêtement » ; anuri « vent »), iglou (de illu « abri, maison »), kayak (de qajaq « embarcation monoplace pontée »), oumiak (de umiaq « grande barque recouverte de peau »), nunatak (nunataq «sommet rocheux sans neige », terme essentiellement connu des géographes

Charlotte et Emmy 07/10/2015 09:07

La relation des Inuit à l'environnement

1. Les animaux étaient importants car ils leur fournissaient nourriture et combustible mais aussi matériaux pour la fabrication des vêtements chauds, des outils, des armes, des jouets et amulettes, ainsi que pour la construction des habitations et des moyens de locomotion.

2.L'huile uqsuq est une huile qui vient des mammifères marins, et qui sert à faire fonctionner les lampes.

3. Les lampes qulliit sont les sources de chaleur et de lumière dans l'igloo, elles marchent avec l'huile uqsuq.

4.Le terme Uumajuit veut dire que c'est quelque chose qui a des ressources pour les Inuit comme de la nourriture,de la fourrure etc.

5.Les animaux donnent aussi aux hommes de l' ivoire tuugaaq, des os sauniq, du bois de caribou et des cornes de bœuf musqué najjuk qui leur permettent de fabriquer des armes.

6.Le régime alimentaire était constitué de viande de phoque, de caribou et de poisson, souvent consommée crue, fraîche, séchée ou gelée, mais aussi de baies, de plantes et d'algues.

7.Ils avaient le respect pour eux, ils avaient un code de conduite face aux animaux qui assurait aux humains l'accès à leurs ressources. Celui-ci s'exprimait par l'obligation de poser certains gestes et de respecter de nombreux interdits afin que les animaux offrent leur corps pour les humains.

8.Les valeurs des Inuit sont l'entraide, la solidarité, le partage et le respect envers les animaux qui partagent leur territoire.

Charlotte et Emmy 06/10/2015 09:15

L'histoire et la géopolitique

1.Les lointains ancêtres des Inuits sont venus du continent asiatique.

2.Ils vivent à l'ouest de l'Amérique: Alaska, Groenland, Canada...


3.Ce sont les Norrois(les vikings) qui sont les premiers à rentrer en contact avec les Inuit.

4.Les Européens rentrent en contact avec eux pour leur fourrure en XVIIIème et XIXème siècles et jusqu'aux années 1930 .

5. Ils se sédentarisent en 1955-1965.

6.Ils vivent dans des villages, dans des maisons préfabriquées.

7. C'est un organisme international représentant les intérêts environnementaux et culturels des Inuit du monde circumpolaire aux Nations Unies.

8.Le Nunavut est un mot Inuit qui veut dire : « notre Terre ». C'est le plus jeune et grand territoire du Canada qui mesure 2 millions de kilomètres,il est crée à la fin du XX ème siècle.Ce sont les Inuits qui dirigent le Nunavut.

Charlotte et Emmy 06/10/2015 09:14

Les animaux


1. Les nunamiutait sont des animaux qui vivent sur terre.

2. Les imarmiutait sont des animaux qui vivent dans les océans et les mers.

3.Les anirliit sont des animaux qui respirent de l'air.

4.Les pisuktiit sont des animaux qui marchent.

5. Les tingmiat sont des animaux qui volent.

6.Les puijiit sont des mammifères marins.

7. Les Inuits les considèrent comme sacrés, et ils partagent un lien avec eux et aussi ils les considèrent comme des dieux.

8.
nanuq : l'ours polaire

tuktu :caribou

amaruq :loup

qairulik :phoque du Groenland

aiviq : morse

arviq :baleine boréale

tuugaalik :narval

tulugaq :Grand corbeau

iqaluit :les poissons