"Demain" de Robert Desnos analysé par Alexandre

Publié le par Professeur L

"Demain" de Robert Desnos analysé par Alexandre

Il s'agit d'un poème lyrique écrit par Robert Desnos lors de la Seconde Guerre mondiale. Au début de cette guerre, la France est vite vaincue. Le 14 juin 1940, Paris est occupé, et le gouvernement doit fuir, d'abord à Bordeaux. Le 17 juin 1940, le Maréchal Pétain forme le nouveau gouvernement et demande l'armistice aux Allemands, qui ne sera signé qu'une semaine plus tard, le 22 juin 1940. Entre l'annonce du Maréchal Pétain acceptant la défaite et la signature de l'Armistice, des milliers de soldats français vont être fait prisonniers et envoyés dans les camps de prisonnier en Allemagne. C'est le délai entre le 17 et le 22 juin 1940 qui va faciliter la prise de milliers de prisonniers par les troupes allemandes. Le Nord, l'Est et l'Ouest de la France sont directement sous le contrôle de l'administration militaire allemande. Une zone dite "libre" est confiée au Maréchal Pétain qui institue ainsi une dictature d'extrême-droite collaborant activement avec l'Allemagne nazie. Le 18 juin 1940, le général Charles de Gaulle part en Angleterre et appelle à la Résistance, grâce aux ondes de la radio BBC. Le 22 juin 1940, l'armistice est donc signé à Rethondes, et la France est vaincue en cinq semaines. Le fait que la France soit occupée par l'Allemagne nazie arrange plusieurs personnes, comme le Maréchal Pétain, et des Français qui collaborent avec l'ennemi car ils partagent en réalité les mêmes idées et les mêmes intérêts : ils sont ultra-nationalistes, bellicistes, racistes, antisémites. Il y a environ 100 000 collaborationnistes en France. Plusieurs sont déjà connus, mais la plupart souhaite rester anonyme. Nonobstant, de plus en plus de personnes s'engagent dans la Résistance : ils organisent des réunions la nuit, à l'abri des regards, pour ne pas se faire repérer, écrivent des messages codés comme le poème de Robert Desnos, pour essayer d'enrôler les citoyens dans l'armée secrète de la Résistance.

Ce poème lyrique de Robert Desnos intitulé "Demain" est écrit en 1942. Il est composé d'alexandrins et de rimes croisées : "force" (vers 1) rime avec "entorses" (vers 3), "feu" (vers 6) rime avec "jeu" (vers 8), "encore" (vers 9) rime avec "aurore" (vers 11). Dans la première strophe, l'auteur évoque le sentiment de l'espoir. L'exagération "âgé de cent mille ans" permet de montrer à quel point l'espoir compte pour lui : "j'aurais encor la force de t'attendre". Le poète est animé par l'espoir. Dans le vers 2, l'interjection lyrique "ô" montre son désir de retrouver le temps. En effet, pour lui, la nuit, c'est la guerre, l'Occupation de la France et la présence des Allemands sur le territoire est une nuit permanente. Donc il souhaite en écrivant ce poème lyrique et engagé le retour du temps et de la liberté. Il veut débloquer le temps et l'Histoire.

Dans le vers 3, il emploie une métaphore pour assimiler le temps à un "vieillard souffrant de multiples entorses". L'auteur attend une libération rapide de la France car il souffre depuis trop de temps. Puis, dans le vers 4, il utilise le chiasme et l'antithèse "le matin est neuf, neuf est le soir" pour insister sur son désir de changement et de nouveauté. En effet, il veut "demain" et le "matin", il espère et attend la liberté.

Omaha Beach, plage du Débarquement, Normandie, France.

Omaha Beach, plage du Débarquement, Normandie, France.

Dans la deuxième strophe, l'auteur explique les activités des Résistants. Les Résistants sont décrits comme épuisés : "Depuis trop de mois nous vivons à la veille" (vers 5). En effet, être résistant est une activité cachée, clandestine, il ne faut pas montrer le jour son identité de résistant. Quand vient l'obscurité, il est plus simple de se réunir pour combattre l'Occupation allemande. Ce sont des activités pénibles, fatigantes nerveusement et dangereuses. Dans le vers 6 : "Nous veillons, nous gardons la lumière et le feu", le "nous" signifie les Résistants qui sont les gardiens de la paix. Le feu symbolise la liberté et la lumière, l'espoir de retrouver la paix. C'est en organisant la résistance qu'ils luttent contre l'ennemi et entretiennent le feu et la lumière. Les Résistants ne doivent pas se fair repérer, ils doivent prendre le moins de risques possibles : "nous parlons à voix basse et nous tendons l'oreille" (vers 7), "si nous ne dormons pas c'est pour guetter l'aurore" (vers 11). L'auteur nous fait part de la vie des Résistants, de leurs conditions d'existence.

Dans la troisième strophe, l'auteur nous fait part de son espoir dans les vers 9 et 10 : "Or du fond de la nuit...La splendeur du jour et de tous ses présents". L'Occupation allemande est une période noire et sombre de la France. Pour Robert Desnos, l'engagement dans la Résistance répond au désir de liberté et de vie meilleure. Ce combat apporte l'espérance de la chute du IIIe Reich, prouvant ainsi aux Français qu'ils sont vivants et qu'ils vont retrouver leur vie d'avant-guerre.

Omaha Beach, plage du Débarquement, Normandie, France.

Omaha Beach, plage du Débarquement, Normandie, France.

Ce poème de Robert Desnos écrit en 1942 est un message codé. Pour comprendre le sens du texte, il faut essayer de le décrypter. Ce texte qui évoque le travail des Résistants est donc implicite. Robert Desnos a écrit ce texte implicite pour essayer d'enrôler les Résistants les plus intelligents. Seuls eux peuvent comprendre ce poème lyrique et engagé. Ils essayent d'enrôler les personnes clairvoyantes car ils leur permettent d'inventer de meilleures stratégies pour contourner la milice et l'occupant. En effet, créer des tactiques pour saboter les trains ou les ponts est difficile à mettre en oeuvre, car récupérer des matériaux, des explosifs, dans la France occupée nécessite beaucoup d'ingéniosité pour les chefs de la Résistance. Ecrire un texte implicite permet également de rester discret et de s'adresser secrètement aux Français les plus intelligents.

Débarquement à Omaha Beach, Normandie, 6 juin 1944. Photographie de Robert Capa.

Débarquement à Omaha Beach, Normandie, 6 juin 1944. Photographie de Robert Capa.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article