"Demain" de Robert Desnos analysé par Elliot

Publié le par Professeur L

"Demain" de Robert Desnos analysé par Elliot

La France occupée, divisée et meurtrie

Ce texte est un poème lyrique de Robert Desnos, écrit en 1942, une année avec un contexte géopolitique tendu. En effet, en 1942, la France est divisée en plusieurs territoires. La plus grande partie, au Nord, de l'Est à l'Ouest, est occupée par les nazis. La France dite "libre" est en réalité gouvernée par le Maréchal Pétain qui instaure une dictature d'extrême-droite dans le Sud et le Centre, et le Sud-Est est occupé par l'armée italienne du dictateur fasciste Mussolini. Cette époque ne sera que collaborationnisme pour la zone dite "libre". Pétain négocie avec l'Allemagne nazie et les collaborationnistes se montrent de plus en plus nombreux. Face à ce climat politique sombre et corrompu, la Résistance s'organise, autour du général de Gaulle, grâce à l'action de Jean Moulin. Le texte de Robert Desnos est d'ailleurs un message codé, implicite, appelant à rejoindre la Résistance. Cette dernière a cependant un champ d'action restreint, car toute la côte ouest du territoire français est barricadée, militarisée, déclarée "interdite", par le Mur de l'Atlantique. Ainsi, à cette époque, même en zone dite "libre", la liberté n'existait plus. Les Résistants devaient se faire discrets et se montrer irréprochables dans la clandestinité, s'ils ne voulaient pas se faire dénoncer par un voisin pour ensuite être torturé, fusillé ou déporté. C'est donc dans un climat tendu, gouverné par le fascisme, le rejet et la méfiance des autres, qu'a été composé ce poème.

L'Affiche rouge. Affiche de la propagande nazie, soutenue par Vichy et les collaborateurs, qui présente le groupe Manouchian, un groupe de Résistants d'origine immigrée, comme un réseau terroriste. Le poète Aragon a composé un poème pour leur rendre hommage, qui fut chanté par Léo Ferré.

L'Affiche rouge. Affiche de la propagande nazie, soutenue par Vichy et les collaborateurs, qui présente le groupe Manouchian, un groupe de Résistants d'origine immigrée, comme un réseau terroriste. Le poète Aragon a composé un poème pour leur rendre hommage, qui fut chanté par Léo Ferré.

Un poème lyrique : l'espoir plus fort que la mort.

Ce poème peut être qualifié de lyrique, car l'auteur y exprime un sentiment fort et personnel, intime et fécond : l'espoir. L'espoir d'une France libre. L'espoir d'un monde meilleur. Dans ce poème, l'auteur compare la liberté à "la lumière" et au "feu". Il garde l'espoir qu'après cette période sombre, cette nuit permanente, la lumière reviendra, la liberté demeurera alors. L'auteur croit tellement en cette liberté qu'il la personnifie en parlant d'elle à la deuxième personne du singulier. Il y a croira toujours et il l'attendra au-delà de la mort, comme le prouve le vers 1 : "Agé de cent mille ans, j'aurais encor la force de t'attendre". Dans le vers 4, il use d'un chiasme pour exprimer ce désir de nouveauté et de changement : "Le matin est neuf, neuf est le soir." Enfin, l'auteur compare le temps à "un vieillard souffrant de multiples entorses". Ici, les entorses sont les drames de l'histoire, les guerres et les massacres.

Nicole, une Résistante française ayant capturé 25 nazis pendant la libération de Chartres en 1944.

Nicole, une Résistante française ayant capturé 25 nazis pendant la libération de Chartres en 1944.

La Résistance est active et bien présente.

Ce texte décrit le travail de la Résistance, un travail des plus secrets, des plus dangereux. Ils doivent veiller à "garder la lumière et le feu". Les Résistants sont les guerriers de la liberté, liberté à laquelle le régime collaborationniste et nazi s'oppose. C'est ce qui fait de la Résistance un travail dangereux. C'est à partir de la deuxième strope que le poète ne parle plus seulement de lui, mais de "nous", les Résistants. Ceux-ci doivent veiller à ne pas se faire dénoncer, emprisonner, torturer et déporter. Ils doivent donc "parler à voix basse et tendre l'oreille". Cette fonction est épuisante pour l'auteur comme l'indique le vers suivant : "depuis trop de mois nous vivons à la veille". La Résistance attend impatiemment un débarquement allié, qui arrivera finalement le 6 juin 1944 en Normandie et le 15 août 1944 en Provence.

 

Les avantages d'un texte implicite

Ce poème est un message codé appelant les Français à rejoindre la Résistance pour défendre la liberté et offrir un monde meilleur aux citoyens d'aujourd'hui et de demain. Le texte est implicite tout d'abord pour s'assurer que les Allemands ou les collabos ne démasquent l'auteur, mais aussi pour que seules des personnes intelligentes rejoignent la Résistance, des personnes ayant compris les images, les comparaisons, métaphores et personnifications, afin qu'elles puissent aider les Résistants à élaborer des plans militaires et des stratégies efficaces. Mais ce qui fait surtout que ce texte est intéressant, c'est que son absence de date, de lieu, de nom précis, son langage implicite et métaphorique permettent de traverser le temps. Ce texte délivre ainsi un message intemporel et a une résonance actuelle très forte, car comme l'écrit merveilleusement l'auteur : " du fond de la nuit, nous témoignons encore". La lutte continue, car la paix et la liberté sont toujours menacées.

Commenter cet article