Lettre de Gabin à un ancien déporté venu témoigner en classe

Publié le par Professeur L

Mémorial de la Shoah, Paris, France.

Mémorial de la Shoah, Paris, France.

Cher Monsieur Zylberstein,

J'aimerais vous remercier pour votre intervention dans notre classe. Merci de nous avoir accordé votre temps et par dessus-tout, merci de m'avoir tant appris sur la vie d'un jeune juif dans un camp de concentration.

Avant votre intervention, je ne connaissais pas l'histoire des enfants juifs de prisonniers de guerre. Votre passé méconnu est très intéressant, et nous montre à quel point les jeunes devaient faire face à l'horreur. Vous m'avez appris comment les Kapos pouvaient être cruels pour vous déshumaniser. On comprend dans votre discours que la faim était la torture la plus douloureuse de toutes, que ce soit physiquement ou psychologiquement. J'imagine aussi que les rafles que vous avez vécues ont dues être traumatisantes pour l'enfant que vous étiez. Être privé de votre logement, de vos amis et surtout de votre liberté doit être une épreuve difficile à surmonter. L'intervention d'un véritable témoin est infiniment plus marquante qu 'un cours traditionnel et nous apprend beaucoup plus.

J'ai ressenti dans votre discours de la sincérité. On ne peut que vous respecter et vous admirer. Vous nous faites comprendre à quel point nous sommes dans un pays qui nous permet de vivre librement. Vous nous faites aussi réfléchir sur notre façon de nous comporter. En effet, je pense que nous avons pris l'habitude de nous plaindre trop souvent pour nos petits malheurs, alors que nous avons la chance de vivre à une époque où la liberté est un principe fondateur. Je suis conscient de ma chance de vivre dans un pays qui prône ces valeurs : « Liberté, Égalité, Fraternité ». C'est en vous rencontrant que j'ai pris du recul sur notre vie à notre époque. Je vous remercie sincèrement pour cela.

Commenter cet article