Lettre de Martin à un ancien déporté venu témoigner en classe

Publié le par Professeur L

Mémorial de l'Holocauste, Berlin, Allemagne.

Mémorial de l'Holocauste, Berlin, Allemagne.

Cher monsieur Zylberstein,

Je vous remercie d'être venu afin de partager vos souvenirs avec nous. Merci d'avoir eu la patience de nous expliquer les atrocités du camp de Bergen-Belsen.

Cette expérience m'a marqué, c'est une très bonne action de venir dans les collèges partager, raconter, faire vivre l'histoire que vous avez vécue à d'autres personnes. Je trouve que vous avez fait preuve de courage en gardant le moral , en survivant au camp et en témoigner des années après. Malgré le récit et le documentaire qui était assez choquant, cette intervention était particulièrement intéressante. Le documentaire était très bien mis en scène et il était très bien expliqué, on se croyait dedans. Il y a beaucoup d'images choquantes dans le documentaire décrivant le camp comme un enfer même pire. Je pense que c'est plus instructif, quelqu'un qui raconte ses propres souvenirs qu'un professeur qui raconte juste des témoignages. Je pense que la plus grande épreuve que vous avez du surmonter fut la faim tous les jours.

Cette intervention m'aura appris beaucoup de nouvelles choses. Je ne connaissais pas l'existence des rafles. Une rafle est un « enlèvement » de déportés par des policiers. Je ne savais pas qu'il y avait des « privilégiés » grâce à la convention de Genève qui privilégie les enfants de prisonniers de guerre. Je ne savais pas que les corps étaient laissés là où les personnes mouraient de fatigue, de faim, mais aussi en se noyant petit à petit dans le désespoir. Il fallait être intelligent et courageux pour survivre dans ce lieu. En ces lieux, il était obligatoire de faire preuve de fraternité pour survivre. Ce lieu vous torturait l'esprit avec le bruit, les odeurs, les corps, la faim. Grâce à votre intervention, j'espère que ces événements n'auront plus jamais lieu dans ce monde. Grâce à vos souvenirs, j'espère que l'humanité ne refera pas les mêmes erreurs.

Commenter cet article