Lettre de Mathieu à un ancien déporté venu témoigner en classe

Publié le par Professeur L

Mémorial de l'Internement et de la Déportation, Royallieu, Compiègne.

Mémorial de l'Internement et de la Déportation, Royallieu, Compiègne.

Cher Monsieur Zylberstein,


Je vous remercie d'être venu à notre rencontre pour nous parler de votre passé dans les camps de concentration.

Quand vous nous avez raconté votre histoire, votre vie, votre passé à Bergen-Belsen, j'ai ressenti de la compassion car cela n'était pas une vie pour un enfant, pour des enfants. La faim et la présence de la mort jour après jour était sûrement les pires choses que vous avez vécues. Les kapos vous traitaient comme des objets, comme des « Stücke ». Ce que vous nous avez transmis était fort, émouvant car cette fois-ci, c'était une personne ayant vécu ces persécutions qui nous le racontait. Vous avez su être courageux et garder le moral tel un combattant malgré vos épreuves. Vous avez aussi fait preuve de ruse et d'intelligence pour pouvoir vous nourrir. J'ai été profondément touché lorsque vous nous avez raconté la fois où vous avez suivi un kapo pour récupérer un bout de croûte de fromage. Cette vie dans cette prison, dans ce camp, dans cet enfer n'était pas la vie d'un enfant mais celle d'un enfant maltraité, un enfant martyrisé, un enfant déshumanisé.

Grâce à votre rencontre, j'ai appris qu’il n'y avait pas un bon côté et un mauvais côté. Certains Français ont collaboré comme par exemple lors de la rafle du Vel d'Hiv du 16 Juillet 1942 dont vous avez été l’une des victimes. Il y a aussi de nombreux Français kapo qui ont tué des innocents. Mais j'ai aussi appris que beaucoup de familles juives ont été cachées et sauvées par des familles françaises. Vous m'avez fait prendre conscience que de nombreuses mères se sont sacrifiées pour leurs enfants.

Grâce à vos conseils et votre envie de partager ce que vous avez vécu, nous savons les erreurs que nous ne devons pas recommencer. Pour éviter de reproduire ce désastre et ce massacre, nous devons conserver la mémoire des combattants mort pour la Liberté, l’Egalité et la Fraternité. Nous devons préserver la mémoire avec les nouvelles générations.

Commenter cet article