Comment expliquer cet enfer par Juliette et Charlotte

Publié le par Professeur L

Chien dressé pour récupérer les soldats blessés sur le no man's land, Première Guerre mondiale. Il dispose d'un masque à gaz.

Chien dressé pour récupérer les soldats blessés sur le no man's land, Première Guerre mondiale. Il dispose d'un masque à gaz.

Quels mots prendre ? Comment expliquer cet enfer ?

Le paysage dans lequel je vis est aussi sombre que mon cœur. L'herbe a disparu, les arbres ne respirent plus, et le ciel est noir à cause de la fumée des obus. La nuit, j'entends les corbeaux grignoter des cadavres d'hommes et d'animaux. Je vis au milieu des rats et de la boue. Une odeur nauséabonde règne dans les tranchées. Je ne vis que pour la guerre.

La mort qui ruissèle comme dans un abattoir. Mes mains enflées à cause des armes. La mitraille qui m'appelle. Le vent et les balles qui sifflent. La guerre me décompose de jour en jour. Ici, c'est le chaos. Je fais des cauchemars pendant mes courtes nuits. Je vois des images atroces. Je ne sens plus ma dignité, mais ce qui me fait tenir au milieu de toute cette horreur, c'est toi ! J'ai besoin de toi, de tes câlins. Je ne peux plus rester séparé de toi plus longtemps.

Je pense que les Huns sont dans le même cas que moi. Ils ne veulent pas mourir comme cela. Hier, j'ai fait volte-face, je me suis retrouvé face à l'un de mes ennemis. Le monde s'est arrêté autour de moi. J'ai cru reconnaître mon frère dans le visage de cet inconnu. Alors que je restai immobile, incapable de rien faire, un de mes camarades le tua devant moi, sans hésiter. Son sang a giclé sur moi. Alors j'ai hurlé. J'ai hurlé de peine, de douleur et de haine.

Cependant, je fais cela pour défendre nos alliés, au nom des valeurs de la France. Car c'est grâce à la France que nous sommes devenus libres en Amérique.

Je t'aime à la folie mon amour. J'ai hâte de te revoir. Attends-moi !

Ton mari

Les Marines américains pendant la Bataille du Bois Belleau, 1918.

Les Marines américains pendant la Bataille du Bois Belleau, 1918.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article