Voilà maintenant un an que je suis loin de toi par Salomé

Publié le par Professeur L

Soldats britanniques blessés par les gaz asphyxiants, 10 avril 1918.

Soldats britanniques blessés par les gaz asphyxiants, 10 avril 1918.

Ma bien-aimée,

Voilà maintenant un an que je suis loin de toi. La guerre est beaucoup moins joyeuse que ce que l'on pensait, et cela devient très dur de résister. Les Français ont creusé des tranchées dans la terre boueuse, marron et noirâtre, pour nous protéger de l'ennemi. Le temps semble exprimer le désarroi dans lequel nous vivons. La pluie est le seul moyen d'avoir un minimum d'hygiène. Les tranchées sont tellement étroites que nous sommes obligés de marcher sur les corps noirâtres et verdâtres de nos compatriotes, morts au champ de bataille. Les bombes et la mitraille ont détruit le paysage et la beauté des couleurs n'existe plus. Le sang qui coule à flot nous rend fou.

J'ai peur de ne plus jamais te revoir. Je désespère car j'ai peur que la guerre soit interminable. Je me souviens, quand on se promenait dans les champs de blé. Les journées que nous passions à rire ensemble, nos disputes qui nous rendaient plus unis que jamais. Pour garder la joie avec mes frères d'armes, je leur joue des airs de jazz. Les Français en raffolent.

L'odeur des corps qui se décomposent et de la pluie contre la terre ne parvient pas cependant à effacer le doux parfum de ta peau dans ma mémoire. Mais nous mourons de froid là où nous sommes. C'est très humide, et nous n'avons que quelques bâches pour nous protéger. Parfois, dans la nuit, on entend des grondements sourds qui résonnent au loin, et au moment où cela explose, des lumières surgissent et déchirent le ciel noir d'horreur.

Les officiers, nos chefs, et même certains d'entre nous, deviennent complètement fous, à force de voir nos frères d'armes éliminés un par un au fil des jours. Cette guerre ne devait durer que deux semaines pour les Français, et cela fait maintenant plus de trois ans qu'ils résistent. Plus le temps passe et plus ce monstre qu'est la guerre nous déshumanise.

C'est pour cela que je suis parti les aider. Cela doit te paraître complètement fou de vouloir partir à la guerre, mais c'est aussi pour nous que je le fais. Tu sais bien qu'aux États-Unis, notre population n'est pas acceptée par les Blancs. Or la France possède des valeurs : la liberté, l'égalité, la fraternité. Je veux prouver aux Blancs américains que ce n'est pas parce qu'on a une couleur différente que nous ne sommes pas égaux. Je veux prouver que je suis un homme comme les autres, et que je suis capable de me battre comme eux. Si je reviens, ou même si mes frères d'armes reviennent sans moi, j'aurais au moins la fierté d'avoir combattu pour défendre la France et ses valeurs dont nous avons besoin. Et j'espère que grâce à nous, la ségrégation disparaîtra aux États-Unis.

Par ailleurs, les Blancs avec qui je combats sont beaucoup plus appréciables et accueillants que les Blancs américains. Et ils nous sont très reconnaissants de ce que nous faisons pour les aider.

Chaque soir je prie Dieu pour qu'Il me protège. C'est grâce à Lui que je résiste et c'est grâce à Lui que j'ai l'espoir de te revoir un jour. N'oublie pas que je t'aimerai toujours.

James

Affiche de propagande américaine valorisant l'action de James Reese Europe, chef d'orchestre et dirigeant les mitrailleuses au sein des "Harlem Hellfighters" (1917-1918)

Affiche de propagande américaine valorisant l'action de James Reese Europe, chef d'orchestre et dirigeant les mitrailleuses au sein des "Harlem Hellfighters" (1917-1918)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article