EPI lettres-SVT : Humain ou animal ? Les expérimentations médicales dans le KL-Natzweiler-Struthof.

Publié le par Professeur L

Ancien camp de concentration de Natzweiler-Struthof. Block crématoire.

Ancien camp de concentration de Natzweiler-Struthof. Block crématoire.

1. Pourquoi les nazis font-ils des expérimentations médicales sur les détenus ? Que cherchent-ils à prouver ?

Les nazis font des expérimentations médicales sur les détenus car ils veulent voir l'effet de leur gaz. Ils cherchent notamment à prouver un principe nazi qui est pourtant une erreur scientifique : l'idée de la race supérieure.

 

2. Dans quel cadre fait-on des expérimentations médicales au Struthof ?

Les expérimentations médicales furent menées dans le cadre des travaux de la Reichuniversität, l'université du Reich à Strasbourg, et de la société Ahnenerbe rattachée à l'état-major de Himmler à Berlin.

 

3. Qui sont les principaux auteurs des expérimentations médicales au Struthof ?

Les principaux auteurs des expérimentations médicales au Struthof sont August Hirt, Otto Bickenbach et Eugen Haagen.

 

4. Quel est le projet de Hirt ?

Le projet de Hirt est de constituer une collection de squelettes à partir des corps des 86 juifs déportés d'Auschwitz qui furent gazés dans la chambre à gaz du Struthof.

 

5. Quel est le projet de Haagen ?

Le projet de Haagen est de conduire des travaux sur les effets du typhus. Il cherche un remède contre le typhus afin d'obtenir le Prix Nobel de médecine.

 

6. Quelles sont les conséquences de ces projets ?

Alors qu'il cherche un remède contre le typhus, Haagen va inoculer le typhus à des déportés, ce qui va provoquer une épidémie mortelle dans le camp. Les conséquences de tous ces projets pseudo-scientifiques (leurs auteurs étaient convaincus de la scientificité de leur projet et de leur démarche, mais ces expérimentations n'ont pas fait avancer la science, et reposaient sur des présupposés non-scientifiques) se résument toutes à une seule chose : la mort des déportés, dans des souffrances atroces.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article