Les Misérables, commentaire à partir des copies de Chloé, Lyna, Lara, Alex et Alexis

Publié le par Professeur L

Cosette, illustration d'Emile Bayard, 1862.

Cosette, illustration d'Emile Bayard, 1862.

Année scolaire 2018-2019 – Lycée Cassini (Clermont-de-l’Oise)

Niveau seconde – seconde 12

Objet d’étude : la nouvelle et le roman au XIXe siècle : du réalisme au naturalisme

Correction du commentaire de texte

Support : Victor Hugo, Les Misérables, 1862.

 

Correction à partir des copies de Chloé, Lyna, Lara, Alex et Alexis

 

            Les phrases en italique sont rajoutées par le professeur.

 

            Victor Hugo est un poète, dramaturge et dessinateur romantique né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris. Il est considéré comme l’un des plus importants écrivains de la langue française. C’est une personne très engagée qui n’hésite pas à exprimer son point de vue et ses opinions. Il s’est notamment engagé très tôt dans le combat politique contre l’exploitation des enfants, comme en témoigne son poème « Melancholia » dans Les Contemplations, et contre la misère. En 1862, il publie un roman intitulé Les Misérables. Il décrit la vie de pauvres gens, et la misère sous toutes ses formes : physique, matérielle, économique, mais aussi sociale et morale. D’ailleurs à l’origine Victor Hugo voulait intituler son roman Les Misères. Au travers de cette œuvre, on retrouve les idéaux du romantisme en faveur de l’épanouissement de l’être humain et de la liberté. L’œuvre est historique.  Dans ce roman, la vie misérable des habitants de Paris au XIXe siècle est décrite, les conditions, et la vie d’un « bagnard » appelé Jean Valjean, ainsi que son impossible réhabilitation. Mais les autres témoins de la misère sont décrits aussi, comme Fantine, Cosette, les Thénardier ; L’extrait choisi met en évidence le martyre d’une enfant abandonnée, Cosette. Elle s’aventure dans une forêt monstrueuse, en pleine nuit, sous l’obligation des Thénardier. Cette forêt est décrite à l’aide d’un registre fantastique puissant. Elle est exploitée et doit aller chercher de l’eau. Effrayée par la grandeur et la monstruosité de la forêt, elle essaye de se consoler, mais comme cela s’avère impossible, elle prend peur, et s’enfuit. Comment l’auteur incite le lecteur à compatir au martyre d’une enfant abandonnée ? Le texte se déploie en deux mouvements : tout d’abord, l’auteur décrit un environnement inquiétant qui rappelle la mort, les Enfers, à l’aide du registre fantastique ; puis le romantisme de Victor Hugo qui se démarque grâce à l’utilisation des différents points de vue ainsi que la morale sur le cauchemar de Cosette et celui des hommes en général.

Les Misérables, commentaire à partir des copies de Chloé, Lyna, Lara, Alex et Alexis

Tout d’abord, le milieu dans lequel s’aventure l’enfant est décrit à l’aide du fantastique et dégage une atmosphère très inquiétante. En effet, la fillette se retrouve dans un endroit inconnu : « l’enfant regardait cette grosse étoile qu’elle ne connaissait pas ». Ici, il n’y a pas de repère géographique, ce qui accroît notre inquiétude. C’est dans cette forêt que tout devient flou, et que l’hostilité commence. La forêt est comme vivante, il y a des créatures maléfiques : « de grands branchages s’y dressaient affreusement. » C’est une personnification des branchages. Il les personnifie pour avoir l’impression d’avoir un monstre en face de nous. Les buissons sont aussi considérés comme des monstres : « des buissons chétifs et difformes sifflaient dans les clairières », l’auteur utilise la personnification une fois de plus. Il donne l’impression que les buissons sont juste derrière nous et qu’ils signalent l’arrivée de Cosette dans la forêt. Ensuite il personnifie et compare des ronces à un homme possédant des griffes, « Les ronces se tordaient comme de longs bras armés de griffes cherchant à prendre des proies. » Les ronces sont prêtes à jaillir de nulle part. Victor Hugo va renforcer la dimension terrifiante de la forêt grâce au silence, et en mobilisant nos sens primitifs, comme l’ouïe. Par exemple, « l’immensité sépulcrale du silence ». L’auteur met l’accent sur l’invocation du tombeau et de la mort. Il ajoute le silence pour accentuer l’atmosphère de la forêt. Et cet environnement est surnaturel, la brume fait perdre les repères de Cosette. « brume » « épaisse couche de brume » « rougeur horrible » « plaie lumineuse » qui d’ailleurs est une métaphore. La luminosité est surnaturelle et éclaire la souffrance de Cosette. L’obscurité de la forêt est immense, et l’auteur insiste dessus dans le 3ème paragraphe. « voir noir » ce qui veut dire qu’elle ne voit rien. « Le grand vide noir », la forêt est gigantesque. « les cavités de la nuit », l’environnement est hostile, et il ne faudrait surtout pas regarder l’un de ces espaces creux. Il utilise une périphrase pour mettre en évidence l’obscurité : « contraire du jour ». En vérité, c’est un cauchemar, elle se situe dans les « ténèbres ». Par la suite, l’auteur crée des accumulations pour mettre en lumière la peur, la terreur de la forêt. De plus, une atmosphère encore inhabituelle règne. C’est ce que suggère l’autant quand il explique que le bois est « sans aucun froissement de feuilles, sans aucune de ces vagues et fraîches lueurs de l’été. » Ce parallélisme renforce la dimension de solitude et développe donc chez le lecteur un sentiment d’anxiété, procédé propre au fantastique. Cependant, l’auteur affirme que « des buissons chétifs […] sifflaient dans les clairières ». Cette personnification crée une antithèse. En effet, tout d’abord l’auteur annonce qu’« aucun froissement » n’avait lieu, puis, il souligne le sifflement des buissons. Hugo met en valeur le côté lugubre du paysage en mettant l’accent sur le côté vide du bruit grâce à l’anaphore : « sans aucun froissement de feuilles, sans aucune de ces vagues et fraîches lueurs d’été ». Cela crée de la frayeur.  Par ailleurs, la description du bois n’est pas rassurante : « de grands branchages s’y dressaient affreusement », « les hautes herbes fourmillaient, « cavités », « flaques livides », « penchements de branches mystérieux », « effrayants torses d’arbres » sont autant d’éléments inquiétants qui entourent la jeune fille. Ces énumérations créent une dimension d’infini, comme si le cauchemar de la jeune fille ne se finissait jamais. Enfin, la scène se passe « dans la nuit, dans l’opacité fuligineuse », où « l’obscurité est vertigineuse ». Cette énumération insiste sur la noirceur du bois.

L'enlèvement de Cosette par Jean Valjean. Illustration de Bayard, 1862.

L'enlèvement de Cosette par Jean Valjean. Illustration de Bayard, 1862.

De surcroît, l’environnement décrit fait référence aux Enfers et à la mort. Dans la forêt, on aperçoit une « brume, lugubrement empourprée ». A travers cette atmosphère qui est donc brumeuse, la forêt apparaît comme une prison pour la petite fille. Elle se retrouve enfermée dans la forêt. La forêt est à Cosette ce que le bagne est à Jean Valjean : un lieu dont on ne peut revenir, mais que l’on cherche à fuir obstinément. D’ailleurs, le bois est « ténébreux » et « de tous les côtés il y avait des étendues lugubres ». De plus, certaines formes de vie se manifestent. L’enfant abandonnée serait entourée de monstres, de bêtes ou encore de fantômes. L’auteur fait donc appel au surnaturel. Effectivement, « des buissons [étaient] difformes » et ces derniers « sifflaient ». Cette personnification attribue à la nature une action qui lui est impossible dans la réalité. Pour continuer, « les ronces se tordaient comme de longs bras armés de griffes cherchant à prendre des proies ». Cette créature peut donc nous rappeler un monstre gigantesque qui possède à la fois les forces de l’aigle et celle du lion. La nature apparaît comme la chimère, le monstre mythologique qui dévore les humains : d’ailleurs l’auteur évoque l’expression de « réalité chimérique ». Cet oxymore provoque l’interrogation chez le lecteur. On se demande si l’on est dans la réalité ou non. D’autres présences font surface. On sent « quelque chose qui arrivait », « on aspire les effluves du grand vide noir », mais nous ne savons ce que c’est. Ce sont des « être inconnus ». Ces sensations rappellent étrangement celles des Enfers. Par ailleurs, l’adjectif qualificatif « spectrale » est employé. Ce dernier affirme la présence de fantômes. Le verbe « flotter » vient renforcer cette idée. Pour finir, « les forêts sont des apocalypses » : cette expression fait référence au Nouveau Testament, dans la Bible, qui annonce la fin du monde et donc la mort, ce qui provoque un sentiment de terreur aussi bien chez Cosette que chez le lecteur.

Les Misérables, commentaire à partir des copies de Chloé, Lyna, Lara, Alex et Alexis

Par ailleurs, le point de vue interne et la généralisation grâce au pronom impersonnel « on » et au présent de vérité générale nous font vivre la scène et permettent de nous plonger dans l’angoisse de Cosette. Les termes « enfant », « homme », les pronoms « quiconque », « nul », « vous », permettent aux lecteurs de s’identifier au personnage, pour pouvoir prendre la place du personnage principal et ainsi ressentir ce que lui-même ressent. Victor Hugo emploie les noms « œil » et « esprit ». Il les emploie de telle façon à ce que le lecteur voit ce que voit le personnage. Ce texte peut alors être mis en parallèle avec l’œuvre de Caspar David Friedrich intitulée Le Voyageur au-dessus d’une mer de nuages. Dans les deux œuvres en effet, on garde l’anonymat du personnage et on emploie le point de vue interne.

            De plus, une touche de réalisme, caractérisée par une attitude de l’artiste face au réel, qui vise à représenter le plus fidèlement possible la réalité, nous pousse à comprendre que ce qui est en cours de déroulement est potentiellement véritable et con nous incite à éprouver de l’empathie pour la fillette qui vit les événements. Le réalisme apparaît ici dans la méditation philosophique écrite au présent de vérité générale : « quiconque s’enfonce dans le contraire du jour se sent le cœur serré. » Victor Hugo rapproche le lecteur de Cosette en nous invitant à méditer sur les limites du courage de Cosette et de chacun. En voyant l’obscurité du bois, aucun homme ne peut surmonter sa peur. C’est ce que l’auteur nous fait comprendre en énumérant des vérités générales : « Il faut à l’homme de la clarté » ; « quand l’œil voit noir, l’esprit voit trouble », « dans l’éclipse, il y a de l’anxiété, même pour les plus forts », « nul ne marche seul la nuit dans la forêt sans tremblement ». Cette succession de vérités générales montre que n’importe quel homme ressentirait de l’anxiété dans cette forêt, une forêt qui en plus nous fait penser à la mort, au tombeau : « les forêts sont des apocalypses ». Si l’on se perd dans la forêt, c’est la fin du monde. Victor Hugo joue avec les peurs archaïques de la forêt qui rappelle les origines de l’humanité lorsque celle-ci était soumise à la loi de la jungle.  L’auteur joue donc à la fois sur la capacité rationnelle du lecteur, sur sa capacité à raisonner, sur son bon sens (n’importe qui serait terrorisé à la place de Cosette), et sur sa sensibilité : comme la scène se déroule « la nuit », l’anxiété s’imprègne directement en chacun de nous.

            Pour finir, le registre lyrique, plus précisément l’expression des sentiments intimes, des émotions de l’enfant abandonnée, nous amène à la compassion pour l’enfant. La jeune fille subit son environnement. C’est ce que suggère l’exemple suivant : « la planète, en effet, était en ce moment très près de l’horizon et traversait une épaisse couche de brume qui lui donnait une rougeur horrible ». Cette hyperbole (« rougeur horrible ») permet d’insister sur le sang, comme si le paysage avertissait déjà Cosette sur la mort qui plane sur elle. De plus, les conditions météorologiques sont désagréables : « un vent froid soufflait ». L’enfant a peur, ses sentiments sont tellement forts qu’on a l’impression qu’ils résonnent dans le paysage. Tout se passe comme si la nature faisait écho aux sentiments de la petite fille. La nature reproduit et amplifie l’angoisse de Cosette : « Cosette se sentait saisir par cette énormité noire de la nature ». Cet exemple insiste sur l’immensité de la nature et montre qu’elle est supérieure, qu’elle domine la petite fille. La petite fille semble submergée et noyée par cette nature prédatrice et menaçante. L’auteur souligne l’arrogance de la nature qui demeure indifférente et insensible face à la frayeur qu’elle procure à la jeune fille. L’image suivante : « le battement d’ailes d’une petite âme fait un bruit d’agonie sous leur voûte monstrueuse » démontre très clairement la méchanceté et le manque d’empathie du bois face à tout le reste, non seulement face à Cosette, mais également face à toute présence humaine qui reste « sans défense ». D’ailleurs, Cosette « frissonnait » face à une nature « qui la glaçait jusqu’au fond du cœur ». Cet exemple met l’accent sur la peur que ressent la jeune fille prise d’une « peur naturelle et insurmontable ». Le champ lexical de la peur, particulièrement abondant, permet de donner une tonalité lyrique à l’ensemble, mais ce lyrisme, qui permet au lecteur de prendre pitié, se réduit à la « terreur ». Enfin, cette angoisse persistante qui règne chez l’enfant provoque un manque de réflexion. Cosette est perturbée. C’est en tous les cas ce que démontre l’auteur dans sa réflexion : « On voit flotter dans l’espace ou dans son propre cerveau, on ne sait quoi de vague et d’insaisissable comme les rêves des fleurs endormies. » Cosette est tourmentée, mais essaie de s’en sortir en mobilisant sa capacité à calculer, comme si c’était une formule magique lui permettant de se libérer de ce cauchemar. Mais cette stratégie de survie est vaine. Elle est prisonnière d’un monde où les formules magiques n’existent pas. Cela accroît la compassion des lecteurs pour Cosette. Les confusions mentales dont Cosette est la victime rappellent la série Stranger Things, où les personnages voient des monstres, la nuit, dans la forêt, qui sont en réalité dans leur tête.

Les Misérables, commentaire à partir des copies de Chloé, Lyna, Lara, Alex et Alexis

Au terme de cette analyse, l’auteur parvient à inciter le lecteur à compatir au martyre d’une enfant abandonnée grâce à des procédés précis. Nous retrouvons d’abord le registre fantastique. Pour cela, l’auteur se rattache à une description du bois lugubre et étrange et à une référence aux Enfers qui rappelle la chanson d’Hubert Félix Thiefaine intitulée En remontant le fleuve. Dans cette chanson, nous retrouvons les références au bagne et aux Enfers. De même, on peut penser à Germinal d’Emile Zola car dans ce roman également, l’environnement exerce une véritable influence physique et psychique sur les personnages. Victor Hugo invite le lecteur à se mettre à la place de la fillette grâce à l’expression des sentiments et à la méditation philosophique. Le point de vue interne, l’anonymat du personnage, le registre pathétique et le registre lyrique permettent de se mettre à la place de la fille. Cet extrait témoigne d’une profonde douleur qui suscite la compassion et la pitié du lecteur. Cette histoire fait enfin penser au conte des frères Grimm intitulé Hansel et Gretel, puisque dans les deux cas les enfants sont abandonnés dans une forêt prédatrice. Mais dans Les Misérables, seule l’intervention de Jean Valjean permettra à Cosette de sortir de cet enfer. On pourrait aussi comparer ce texte au poème d’Emile Verhaeren intitulé « La Ville », car l’auteur se sert aussi du fantastique pour décrire une ville féroce. Elle est source de peur, comme la forêt dans l’extrait étudié ici.

Affiche du film d'Albert Capellani.

Affiche du film d'Albert Capellani.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article