Apollinaire abécédaire Patriotique

Publié le par Professeur L

Robert Delaunay, Tour Eiffel, 1926, Musée national d'art moderne, Paris, France.

Robert Delaunay, Tour Eiffel, 1926, Musée national d'art moderne, Paris, France.

Patriotique : on remarque la fierté d'appartenance d'Apollinaire à l'armée française dans « 2e canonnière conducteur », comme le prouve le premier vers : « Me voici libre et fier parmi mes compagnons ». De plus, il est sûr d'une victoire française dans le même poème, puisqu'il célèbre « la victoire ». Et il pense que son sacrifice et celui des autres soldats sont nécessaires pour cette victoire comme il l'explique dans le même poème : « La Victoire se tient après nos jugulaires », mais aussi dans « Toujours », aux vers 18 et 19 : « Perdre/La vie pour trouver la Victoire ». Il aime la France et considère l'Allemagne comme étant trop faible pour espérer capturer Paris dans « La Tour Eiffel » : « je suis la langue éloquente que sa bouche ô Paris tire et tirera toujours aux Allemands ». De plus, il possède en lui une envie profonde de tuer ces Allemands dans « Désir » : « Mon désir est là sur quoi je tire ». Patriotisme, combativité et désir amoureux se confondent.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article