Charles Baudelaire, "Parfum exotique"

Publié le par Professeur L

Paul Gauguin, Tahitian: Matamoe Matamoe (Death), Landscape with Peacocks, 1892, Pushkin State Museum of Fine Arts, Russie.

Paul Gauguin, Tahitian: Matamoe Matamoe (Death), Landscape with Peacocks, 1892, Pushkin State Museum of Fine Arts, Russie.

Lecture analytique 10 : Charles Baudelaire, « Parfum exotique »

 

  • évocation d'une relation amoureuse et intime : « sein », « ton » : « ton odeur », « ton sein » (déterminant possessif à la deuxième personne du singulier)
  • « ton sein chaleureux » dévoile une image érotique de la femme aimée mais également montre une image maternelle de la femme qui inspire le poète
  •  Le poète se réfugie dans les bras de son amante
  • Allusion à Jeanne Duval (une beauté métisse dont il était tombé amoureux)
  • Jeanne Duval est la muse de Baudelaire
  • Evocation du corps de la femme aimée : « ton odeur », « l’odeur de ton sein chaleureux »
  • Lexique de l’odorat : « odeur », « respire »
  • Le poème s’ouvre sur l’imagination poétique, sur la rêverie : « les deux yeux fermés »
  • C’est le moment propice à la rêverie : « en un soir chaud d’automne », proche de la nuit, moment de chaleur intime
  • Le poète passe de l’évocation de la femme à celle de la plage et de la mer
  • On passe d’un paysage féminin à un paysage maritime
  • Le poème décrit la métamorphose de la femme en île
  • Ile magnifique, paysage beau : « rivages heureux », « éblouissent », « arbres singuliers », « fruits savoureux »
  • Nature généreuse et luxuriante, féconde
  • L’île se caractérise par sa beauté et par son harmonie puisque même ses habitants sont beaux, simples, sincères
  • Ils vivent en harmonie avec la nature : « corps…mince et vigoureux », « l’œil par sa franchise étonne »
  • Baudelaire retrouve ici le mythe du bon sauvage (hérité de la philosophie de Jean-Jacques Rousseau) : des hommes bons, naturels, qui ne sont pas corrompus par la civilisation (dégradés, abîmés par la soif d’argent ou de pouvoir)
  • Dans le premier tercet l’île devient un port
  • On passe d’une rêverie érotique à une rêverie exotique
  • Le port est une porte vers l’ailleurs, le voyage, l’infini (d’où le pluriel « rempli de voiles et de mâts »
  • Allitération en [m] qui permet d’insister sur la douceur et la sensualité : « charmants climats », « mâts », « marine »
  • L’assonance en [a] souligne l’idée selon laquelle le port est une ouverture vers l’infini et au-delà
  • Baudelaire s’est certainement inspiré des images qu’il a ramenées de son voyage de jeunesse vers les Indes (île Maurice et La Réunion)
  • Cependant ici le paysage décrit est un phantasme, un paysage intérieur : « dans mon âme » : c’est un voyage spirituel sur une île paradisiaque qui est un idéal
  • Tout repose sur la synesthésie : les sens se répondent et correspondent : l’odorat ouvre sur le toucher et la vue, puis sur le goût et à la fin l’odorat ouvre sur l’ouïe
  • Il y a une unité des sens, des sensations, qui prouve selon Baudelaire qu’il y a une unité cosmique dans l’univers
  • Le jeu des sensations permet d’entrevoir l’harmonie qui règne dans l’univers
  • Le poète part des sensations pour élever son âme vers l’idéal : dans le dernier vers gradation du rythme, crescendo qui permet d’imiter la montée, l’ascension de l’âme vers l’idéal
  • Les rimes sont riches : automne/monotone, heureux/chaleureux, tamariniers/mariniers
  • Le poème est composé seulement de deux phrases
  • Les phrases sont construites sur des accumulations : « une île…des hommes…des femmes…un port »
  • Les vers sont aussi construits sur des parallélismes : elles sont construites de la même façon : « Je respire/Je vois », « Une île/Des arbres/des hommes/Et des femmes »
  • Le rythme est très doux, grâce aux voyelles, très féminin
  • Le rythme est lent, correspond au rythme des vagues pendant le voyage
  • Les alexandrins sont équilibrés et cet équilibre reproduit l’harmonie dont rêve le poète

 

Plans proposés par les élèves :

 

  1. Un désir érotique
  2. Un désir exotique
  3. Un monde harmonieux

 

  1. La métamorphose de la femme aimée
  2. L’exploitation des sens du poète

 

  1. La relation entre la femme et les sensations
  2. L’idéal de ses rêves

 

  1. Douces sensations
  2. Nature dense et chaleureuse

 

Problématiques envisagées et formulées par les élèves  :

 

Comment l’auteur passe-t-il d’un désir érotique à un monde uni et merveilleux à travers les sensations ?

Comment l’auteur fait-il la liaison entre sa relation amoureuse et le voyage idéal qu’il entreprend ?

Comment l’auteur s’inspire de la femme pour rêver ?

 

Paul Gauguin, tahitien : Ea haere ia oe (A haere ia oe) Ou vas-tu? II, Musée de l'Hermitage, Saint Petersbourg, Russie.

Paul Gauguin, tahitien : Ea haere ia oe (A haere ia oe) Ou vas-tu? II, Musée de l'Hermitage, Saint Petersbourg, Russie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article