La Mort des amants de Charles Baudelaire commenté par Quentin et Thomas

Publié le par Professeur L

L'Entrée du cimetière (en allemand : Friedhofseingang) est un tableau du peintre allemand Caspar David Friedrich, réalisé vers 1825. Il fait partie de la collection de la Galerie Neue Meister à Dresde en Allemagne.

L'Entrée du cimetière (en allemand : Friedhofseingang) est un tableau du peintre allemand Caspar David Friedrich, réalisé vers 1825. Il fait partie de la collection de la Galerie Neue Meister à Dresde en Allemagne.

Le texte étudié s'intitule "La Mort des amants", composé par Charles Baudelaire, poète du XIXe siècle. Il est né le 9 avril 1821 à Paris et est mort le 31 août 1867 à Paris. Baudelaire est souvent rattaché au mouvement symboliste mais il est surtout considéré comme le précurseur de la modernité poétique. L’œuvre traitée est issue du recueil de poèmes intitulé Les Fleurs du Mal paru en 1867. Ce texte est un poème composé de vers décasyllabiques. Il décrit le tombeau des amants et leur réunion dans la mort. Comment l'auteur parvient-il à exprimer un sentiment d'amour et de tristesse à travers le lyrisme et le fantastique ? Le texte se déploie en trois mouvements : tout d'abord, l'auteur nous fait part d'un amour passionnel et chaleureux ; ensuite, il évoque un adieu émouvant ; et pour finir, Charles Baudelaire met en évidence une certaine forme de renaissance.

Odilon Redon, La Flamme, collection particulière.

Odilon Redon, La Flamme, collection particulière.

Tout d'abord, l'auteur nous montre l'amour passionnel et chaleureux que vivent les deux amants. Nous pouvons notamment le remarquer grâce au champ lexical de l'amour : "cœurs", "rose", "fidèle", "joyeux", ainsi qu'au champ lexical de la chaleur : "chaleurs", "flambeaux", "lumières", "éclair", "flammes". Charles Baudelaire utilise aussi une grande amplitude phrastique afin de nous faire ressentir toutes les émotions et sentiments du récit. De surcroît, le poète instaure un sentiment de désir et d'envie en utilisant le conditionnel, ce qui renforce cet amour passionnel. Les amants vivent un amour chaleureux et intense, comme le prouve l'exemple suivant : "nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux". Cette métaphore montre une identification de l'amour au feu, ce qui souligne l'ardeur du désir qui lie les deux amants. En même temps, l'image du feu rappelle que le désir amoureux est voué à se consumer et donc à disparaître. L'idée de désir et d'unité se retrouve dans l'évocation des couleurs : le rose renvoie à la femme et le "bleu mystique" à l'homme. Les deux amants s'unissent dans la nuit. L'"éclair unique" que les amants échangent peut évoquer le désir de fusion amoureuse. La chaleur exprimée à travers l'évocation "doubles lumières" montre l'énergie vitale qui se dégage du corps des amants. La relation apparaît comme vive, intense et forte. L'amour est d'autant plus fort que les cœurs dont les amants sont comme les "miroirs" réfléchissent leur amour, comme l'indique le champ lexical de la lumière et du miroir : "lumières", "réfléchiront", "miroirs jumeaux". L'amour s'exprime donc à travers la métaphore filée de la chaleur, de la lumière, et l'unité des amants est symbolisée à travers les couleurs et l'image du miroir.

Caspar David Friedrich, Paysage avec rivière. 1830-1835, Museumslandschaft Hessen Kassel, Allemagne.

Caspar David Friedrich, Paysage avec rivière. 1830-1835, Museumslandschaft Hessen Kassel, Allemagne.

Nonobstant la force de l'amour, l'auteur évoque un adieu émouvant des deux amants. En effet, le champ lexical de la séparation est assez présent dans le texte et nous plonge dans un sentiment de tristesse : "chaleurs dernières", "sanglot", "adieux", "ternis". L'auteur insiste aussi sur l'aspect morbide du décor, en rappelant que les lits sont avant tout des tombeaux. Il évoque aussi d'"étranges fleurs", qui font référence aux fleurs mortuaires. L'endroit où ils s'aiment est un endroit où ils vont rester toute leur vie, ou plutôt toute leur mort. De surcroît, les miroirs qui reflétaient leur amour deviennent des "miroirs ternis". Ceux-ci, marqués par le temps qui passe, ne réfléchissent donc plus l'amour entre les deux amants et marquent une mort ou une séparation. Une autre expression nous montre qu'ils passent une dernière nuit ensemble : "leurs chaleurs dernières". Cette nuit est d'ailleurs mêlée d'un "sanglot" avant leur "adieu" car ils ne pourront plus vivre ensemble.

Odilon Redon, Beatrice, 1885, pastel, collection privée.

Odilon Redon, Beatrice, 1885, pastel, collection privée.

Malgré cela, Baudelaire nous montre une renaissance de cet amour. Effectivement, il évoque un "Ange" qui "viendra ranimer" les "miroirs ternis et les flammes mortes" que sont les amants. Cet ange peut être interprété de deux manières. L'ange serait tout d'abord une allégorie de l'enfant qui naît ("écloses"). Lorsqu'un enfant naît, l'amour entre les deux amants peut sûrement renaître. Mais l'ange ici semble plutôt désigner une nouvelle forme de vie après la mort. Cela signifie donc que les âmes des deux amants continueront à s'aimer malgré la séparation mortelle des corps qu'ils auront subie au cours de leur existence temporelle. De plus, la mort va être paradoxalement le meilleur endroit et le meilleur moment pour qu'ils vivent leur amour, comme le prouve l'exemple suivant : "écloses pour nous sous les cieux plus beaux". Une fois la mort passée, ils vivront heureux, comme le montre le champ lexical des fleurs : "pleins d'odeurs légères", "fleurs", "écloses". Les amants s'échappent dans la mort pour y trouver refuge et vivre pleinement leur amour dans un paradis orné de "fleurs" et d'"anges". C'est ce paradis qui "viendra ranimer, fidèle et joyeux, les miroirs ternis et les flammes mortes."

Odilon Redon, Fleurs étranges, Huile sur carton, 50,8 x 26,5 cm Dépôt du musée d’Orsay, Paris, donation Arï et Suzanne Redon

Odilon Redon, Fleurs étranges, Huile sur carton, 50,8 x 26,5 cm Dépôt du musée d’Orsay, Paris, donation Arï et Suzanne Redon

Au terme de cette analyse, nous pouvons constater que l'auteur utilise le lyrisme et le fantastique pour exprimer des sentiments amoureux plus forts que la mort. En effet, on trouve dans le texte une multitude de sentiments plus forts les uns que les autres. On y trouve aussi un aspect surnaturel qui relève ces émotions et ces sentiments. Tout cela permet au lecteur d'accomplir un cheminement de l'amour à la mort, et de la mort à la renaissance de cet amour. Ce poème nous fait penser au roman L'Amour au-delà de la mort de Care Santos qui raconte l'histoire d'une jeune fille qui ferait tout pour retrouver son bien-aimé, quitte à mourir. Il nous fait aussi penser à l’œuvre théâtrale de William Shakespeare intitulée Roméo et Juliette, dans laquelle les amants ne peuvent pas vivre l'un sans l'autre, et où ils trouvent la mort alors qu'ils s'aimaient tant. L'oeuvre de Charles Baudelaire est intéressante, notamment car on remarque bien l'utilisation des registres destinés à exprimer les sentiments d'amour et de deuil. Mais aussi car cela nous prouve que rien ne peut battre ou surpasser l'amour, pas même la mort.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article