Victor Hugo, Ruy Blas : une scène d'aveu

Publié le par Professeur L

Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple, 1830, Musée du Louvre, Paris, France.

Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple, 1830, Musée du Louvre, Paris, France.

LECTURE ANALYTIQUE 14

 

Une scène d'aveu

 

  1. Un lyrisme intense
  2. L'amour impossible
  3. Amour et liberté : même combat

 

  1. Un lyrisme intense

Utilisation abondante du pronom personnel je

Invocation lyrique

Parallélisme

beaucoup de phrases exclamatives

champ lexical de l'amour

Dévotion de Ruy Blas

Hyperbole

anaphore

Interjection lyrique « Hélas »

accumulation /énumération

Ruy Blas annonce déjà son destin tragique : il l'aime tellement qu'il est prêt à mourir pour elle

Champ lexical de la mort

 

  1. L'amour impossible

Antithèse entre la lumière et l'obscurité

Comparaison de la reine à un ange

Ruy Blas se compare à un aveugle

La reine est sublime et lui se décrit comme une créature grotesque

la reine dit « tu » et Ruy Blas dit « vous » ce qui montre une inégalité, un écart, un fossé

            Répétition du complément circonstanciel de temps « six mois » qui montre la durée de cet amour clandestin

 

  1. Amour et liberté : même combat

Dans la pièce Ruy Blas et la reine ne peuvent pas s’aimer : ils n’ont pas le droit de s’aimer

Or ils ne pourront s’aimer librement qu’à la condition de donner la liberté politique au peuple en prenant la place du roi

Le destin du peuple et le destin de Ruy Blas et de la reine sont liés

Opposition entre la situation de Ruy Blas et celle de la reine

La reine est enfermée physiquement : champ lexical de l’enfermement et comparaison avec un oiseau en cage : la colombe

Colombe rime avec tombe : la reine a le sentiment d’être morte en étant enfermée

De plus la colombe symbolise la paix et la liberté : la liberté qui est morte

Vois quels fers sont les nôtres ! : phrase exclamative, verbe à l’impératif, phrase injonctive, les nôtres désigne à la fois la reine,Ruy Blas et le peuple ce qui prouve que leur destin est lié

Les fers : c’est le mot dans la phrase qui définit l’enfermement, situé en milieu de vers pour le mettre en valeur

Ce qui est au cœur du problème, c’est le combat pour la liberté

Fers : métaphore de l’enfermement, métonymie de la servitude

Ruy Blas n’est pas enfermé physiquement : il a le pouvoir d’un noble et du Premier Ministre

 

La reine : enfermée physiquement

Ruy Blas : libre physiquement

La reine : libre intérieurement : elle accepte ses sentiments en les dévoilant

Ruy Blas : enfermé intérieurement parce qu’il n’est pas prêt à mettre en œuvre ses sentiments

Dans le discours de la reine : Ruy Blas est sublime alors qu’elle reste prisonnière de l’ombre

Elle exprime sa souffrance liée à sa servitude :

Sans espoir, sans amour, sans un rayon doré : anaphore de « sans » qui insiste sur l’absence de liberté

Enumération qui insiste sur son destin tragique

Gradation qui insiste sur l’enfermement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article