"Parfum exotique" de Baudelaire par Tristan

Publié le par Professeur L

"Parfum exotique" de Baudelaire par Tristan

Le poème "Parfum exotique", écrit par Charles Baudelaire, est un sonnet. Un sonnet est composé de deux quatrains et de deux tercets. Ce texte est composé d'alexandrins.

Le poème évoque l'amour, avec la relation amoureuse entre le poète et son amante. Son amour est écrit notamment à l'aide des cinq sens. Nous avons le toucher : "sein chaleureux". Ici le poète ressent la chaleur du sein de son amante. La vue : "l’œil", "je vois", "éblouissent", "les deux yeux fermés". Le goût : "fruits savoureux". L'odorat : "Je respire l'odeur". L'ouïe : "au chant des mariniers". C'est par ces cinq sens que le poète éprouve un plaisir intense, l'extase. C'est par ces cinq sens que le poète est à l'apothéose, au paroxysme du plaisir. Tous ces sens sont liés, c'est-à-dire que l'odorat provoque le toucher : "Je respire l'odeur de ton sein chaleureux". Le toucher engendre la vue : "qu'éblouissent les feux d'un soleil monotone". La vue provoque le goût : "des arbres singuliers et des fruits savoureux". Et pour finir le goût engendre l'ouïe : "au chant des mariniers". La musique constitue le point culminant de ces correspondances entre les sens.

D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? est une des œuvres les plus connues de Paul Gauguin. Peinte à Tahiti en 1897-1898, elle est conservée au musée des beaux-arts de Boston (Massachusetts, États-Unis).

D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? est une des œuvres les plus connues de Paul Gauguin. Peinte à Tahiti en 1897-1898, elle est conservée au musée des beaux-arts de Boston (Massachusetts, États-Unis).

Le poète rêve dans les bras de son amante qu'il connaît personnellement, de façon intime, car ils se tutoient : "ton sein chaleureux". Ce poème est donc le récit du rêve que l'auteur fait dans les bras de son amante. Le poète rêve qu'il est sur une île, sur laquelle il est au paradis. C'est une métamorphose de la femme en île paradisiaque. Cette île est un endroit tranquille, calme, sauvage, où tout est harmonie. Cette île permet l'oisiveté car la nature y est généreuse et luxuriante : "fruits savoureux", "arbres singuliers". Sur cette île, les hommes sont beaux : "des hommes dont le corps est mince et vigoureux". Les femmes sont sincères : "des femmes dont l’œil par sa franchise étonne." Baudelaire réinvestit ici le mythe du bon sauvage. Les habitants de l'île sont à l'état de nature. Ils vivent en harmonie avec la nature. Ils sont en symbiose avec la nature.

Ensuite, dans le premier tercet, la femme devient un port. Elle devient un port quand le poète est avec son amante et il a l'impression de voyager. C'est grâce au jeu des sensations, au sentiment de bonheur présent partout dans le texte, à la volupté, aux correspondances entre les sens que l'âme du poète voyage vers un autre monde.

Paul Gauguin, Reclining Nude [recto], French, 1848 - 1903, 1894/1895, charcoal, black chalk, and pastel on laid paper, Gift (Partial and Promised) of Robert and Mercedes Eichholz, in Honor of the 50th Anniversary of the National Gallery of Art (1894-1895)

Paul Gauguin, Reclining Nude [recto], French, 1848 - 1903, 1894/1895, charcoal, black chalk, and pastel on laid paper, Gift (Partial and Promised) of Robert and Mercedes Eichholz, in Honor of the 50th Anniversary of the National Gallery of Art (1894-1895)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article