Au revoir là-haut de Pierre Lemaître : le dîner chez les Pericourt par la seconde 6

Publié le par Professeur L

Affiche du film Au revoir là-haut d'Albert Dupontel d'après le roman de Pierre Lemaître.

Affiche du film Au revoir là-haut d'Albert Dupontel d'après le roman de Pierre Lemaître.

Texte 2 : Pierre Lemaître, Au revoir là-haut, chapitre 19

Objectifs :

- reconnaître la maïeutique

- reconnaître l’inversion des rôles

 

Albert est allé chez les Pericourt. Il est tendu car il doit parler de la mort d’Edouard. Par conséquent, il doit mentir. De plus, il a peur que Pradelle soit là. Enfin, Albert est déstabilisé par l’environnement qui l’entoure : il pénètre dans la sphère de la haute bourgeoisie.

Albert est aussi intimidé par M. Pericourt. Ce dernier a un regard froid et perçant. Il est comparé à un obus ou à une grenade. Le père d’Edouard a toutes les apparences d’un prédateur.

 

 

 

 

Au début de la description qu’Albert fait d’Édouard, on pense plus à une soirée entre amis qu’à la réalité de la guerre. Pendant la description, Albert prend la place d’un auteur parce qu’il romance les moments passés de la guerre. Il invente des personnages, et notamment un Édouard heureux de partager des moments avec des amis à la guerre. Il retranscrit les caractéristiques de ses compagnons et il les attribue à Édouard. Cependant, Monsieur Pericourt émet un sourire : il se rend compte qu’il aime Edouard. Autrement dit, le mensonge d’Albert dévoile la vérité des sentiments du père pour son fils. C’est la définition même de la littérature : inventer des histoires pour produire des sentiments, pour révéler la vérité.

Dans ce passage, l’auteur met en place une inversion des rôles : alors qu’Albert devait consoler une famille endeuillée, c’est l’inverse qui se produit. Madeleine et M. Péricourt finissent par le consoler quand la vérité du traumatisme ressurgit.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article