De l'abolition immédiate de l'esclavage avec la seconde 13

Publié le par Professeur L

Thomas Nast (1840-1902), Umpehent, J. W.− Emancipation, S. Bott, Philadelphie. Caricature optimiste et manichéenne à propos de l'abolition de l'esclavage après la Guerre de Sécession, guerre civile américaine, 1861-1865.

Thomas Nast (1840-1902), Umpehent, J. W.− Emancipation, S. Bott, Philadelphie. Caricature optimiste et manichéenne à propos de l'abolition de l'esclavage après la Guerre de Sécession, guerre civile américaine, 1861-1865.

Texte 2 : Victor Schoelcher, Des colonies françaises : abolition immédiate de l’esclavage (1842)

 

Quels sont les arguments de Victor Schoelcher pour abolir l’esclavage ?

 

Il n’y aucune raison économique et morale pour justifier l’esclavage.

Il ne faut pas fermer les yeux face à l’esclavage car c’est une porte ouverte au crime : « une chose criminelle ne doit pas être nécessaire. ».

Tous les humains sont égaux : « que de deux hommes, l’un se dit le maître de l’autre...vertiges de rage ».

L’auteur compare l’esclavagiste au voleur : l’esclavagiste vole la liberté à ceux qu’il réduit en esclavage.

L’esclavage consacre le droit du plus fort : or tôt ou tard, cela se retourne contre l’esclavagiste.

Attaquer la liberté des uns revient à attaquer la liberté des autres.

 

 

 

 

 

 

La liberté est inaliénable : si on s’en prend aux droits d’une seule personne, finalement on s’en prend aux droits de tout le monde, puisqu’il s’agit des mêmes droits.

Il découle de ce raisonnement que nous ne serons libres que lorsque tous les humains seront libres. Attaquer la liberté d’autrui, c’est attaquer ma liberté.

 

Texte complémentaire : Joseph Conrad, Au cœur des ténèbres, 1899.

 

Ce texte nous apprend que l’esclavage engendre la déshumanisation. On découvre l’esclavage de l’intérieur, grâce au point de vue interne. Dès le début, l’esclavage est lié au travail continu et à la mort. L’esclave, pourtant désigné à l’aide de l’euphémisme « auxiliaire », est décrit comme un objet.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article