Des Fleurs pour Algernon : analyse du compte-rendu n°7 par Imen

Publié le par Professeur L

Des Fleurs pour Algernon : analyse du compte-rendu n°7 par Imen

Nous pouvons constater que dans cet extrait le narrateur et le personnage principal sont la même personne donc il s'agit d'une autobiographie. Charlie explique les événements de sa vie à travers des comptes rendus ; le point de vue utilisé est le point de vue interne car le récit est à la première personne « je », le narrateur est le personnage principal du récit Charlie on peut dire qu'il est un peu enfantin dans la façon de rédiger ses comptes rendus ; la narration est subjective. On peut connaître les pensées ou les émotions du narrateur ; le discours est également narrativisé. Le narrateur se pose énormément de questions « qu'est-ce qui ce passe » ; puisque le point de vue est interne, le narrateur peut discuter directement avec nous (sans attendre de réponse) ; les phrases sont longues donc on peut comprendre le désarroi de Charlie, il n'y a pas de ponctuation car le narrateur ne connaissait pas encore la fonction des ponctuations. Dans le compte rendu n°7 il y a trois mouvements : dans le premier mouvement, il explique pourquoi il n'a pas pu faire de compte rendu à cause de ses opérations. Il nous plonge directement dans le contexte. Dans le deuxième mouvement, il explique à quel point il était effrayé par la soudaine apparition des docteurs pour son opération. On a l'impression qu'il n'était pas prêt pour faire l'opération ce jour-là, et dans le troisième mouvement, il nous explique le déroulement de son opération sans trop avoir compris comment ça s’est déroulé.

            Le narrateur utilise également des répétitions « la table tout en blanc avec un tissu blanc sur la figure » on ne peut pas parler de figure de style car ce n'est ni une énumération, ni une épiphore, ni une anaphore : Charlie répète les mots en pleine phrase et non à la fin ou au début parce que son intelligence limitée ne lui permet pas pour l’instant de disposer d’un vocabulaire complet, riche et fin, lui permettant de traduire toutes les nuances de ses sentiments et de ses pensées. 

            Nous pouvons constater qu'après l'opération Charlie ne fait plus beaucoup de faute d’orthographe, et que l'opération l'a bien rendu intelligent sans qu'il s'en rende compte.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article