Des Fleurs pour Algernon : analyse du compte-rendu n°7 par Sarah

Publié le par Professeur L

Friedrich Füger, peintre allemand (1751-1818), Prométhée apporte le feu à l'humanité, huile sur toile, 1817.

Friedrich Füger, peintre allemand (1751-1818), Prométhée apporte le feu à l'humanité, huile sur toile, 1817.

Le point de vue utilisé est interne, nous sommes dans la peau de Charlie. Le point de vue interne a été utilisé pour créer un lien entre le narrateur et le lecteur, Charlie parle au lecteur, il lui raconte ce qu’il voit, comment il se sent, ce qui se trouve autour de lui. Cette impression est donnée grâce à cette manière d’écrire, des comptes rendus. Mais également pour mieux comprendre ce que vit le personnage, il confronte plusieurs manières de voir la vie. Le texte ici n’est pas compliqué. Le narrateur écrit en laissant de son plein gré énormément de problèmes dans ce texte, des problèmes de syntaxe, d’orthographe, de conjugaison, mais également de ponctuation. Charlie utilise de la ponctuation à certains endroits où cela n’était pas nécessaire, mais il en oublie également à certains endroits. On a l’impression de lui parler, de le comprendre, c’est pour cela que le narrateur utilise un vocabulaire peu varié, en utilisant des termes tels que : «machin », et crée des répétitions, cela accentue cet effet de « relation » entre le lecteur et Charlie. Il utilise le champ lexical de la crainte, en utilisant différents mots comme : « peur », «vomir », « effraié » ou « estomac séré». Ce dernier utilise des phrases courtes, mais complexes, il y a plusieurs verbes. Ces phrases sont souvent déclaratives, Charlie les utilise tout le temps, ne sachant sûrement pas comment utiliser d’autres types de phrases. Grâce à tous ces éléments, on se sent proche de Charlie, on peut essayer de le comprendre. On comprend que Charlie est naïf, qu’il ne sait pas ce qui l’attend après son opération, grâce à cette phrase : « C’est drôle. Ils m’ont opéré pendant que je dormait. » Cette phrase met en lumière la personnalité infantile de Charlie.

 

L’opération subie par Charlie est à la fois une source de progrès et une source de malédiction à la fois. En effet, comme dans le mythe de Prométhée, le feu, symbolisant l’intelligence, donné à l’homme est un énorme progrès, qui fera évoluer les humains, mais, c’est également une malédiction car Prométhée sera enchaîner à un rocher, et sera condamné à avoir éternellement le foie dévoré par un aigle. Dans le récit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, Adam et Eve sont punis pour avoir changé la création de Dieu, « Voilà que l’homme est devenu comme l’un de nous par la connaissance du bien et du mal ! » cette phrase semblerait vouloir dire qu’après avoir mangé le fruit, ils pourront connaître le bien et le mal, ce qui serait en fait une source de progrès. Pour Charlie, devenir intelligent est une source de progrès pour la science, ils ont découvert que des changements sont possibles sur les humains, mais ce serait surtout une malédiction car comme pour Adam et Eve ou Prométhée, les conséquences de leurs actes entraînent des sanctions négatives, données par Dieu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article