Lettre aux Etats-Unis d'Amérique de Victor Hugo commentée par la seconde 13

Publié le par Professeur L

Estampe représentant l'abolition de l'esclavage en 1794, auteur inconnu

Estampe représentant l'abolition de l'esclavage en 1794, auteur inconnu

Séance 3 : mardi 21 janvier 2020

Texte 3 : Victor Hugo, lettre du 2 décembre 1859 aux États-Unis d’Amérique

 

I. Le passé (lignes 3 à 17) : résumé de la situation, récit

II. Le présent (lignes 18-47) : le procès, le martyre de John Brown, éloge des États-Unis, arguments

III. L’avenir (lignes 48-fin) : le poète se fait voyant, il explique les conséquences du meurtre de John Brown

 

Victor Hugo explique les bienfaits de l’action de John Brown. Il se fait l’avocat de John Brown : il développe un plaidoyer (ou plaidoirie au tribunal). Victor Hugo est l’avocat de John Brown au tribunal divin. Pour le poète, le juge ultime, c’est Dieu : « il y a quelqu’un. » C’est un discours judiciaire.

Le discours à l’égard de John Brown et des valeurs de la démocratie est mélioratif : c’est un discours épidictique.

Enfin, Victor Hugo encourage les USA à libérer John Brown : c’est donc aussi un discours délibératif.

Le texte de Victor Hugo suit les étapes d’un discours traditionnel :

1. Première phrase : un exorde : la phrase d’accroche ou d’amorce qui interpelle le lecteur.

2. La narration : VH raconte les événements : ligne 6 à la ligne 28

3. La confirmation : l’argumentation (ligne 29-54) : pourquoi il ne faut pas tuer John Brown, les conséquences du crime

4. La péroraison : conclusion en crescendo qui repose sur l’énumération et sur la gradation. (lignes 55-62)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article