Lutter contre l'esclavage avec la seconde 13

Publié le par Professeur L

SÉQUENCE 3 : LUTTER CONTRE L’ESCLAVAGE

 

Objet d’étude : la littérature d’idées et la presse du XIXe siècle au XXIe siècle

 

Séance 1 : mardi 07 janvier 2020

 

Support : Abel Meeropol, « Fruit étrange », 1937.

 

Objectif : découvrir un texte engagé, implicite et pathétique

 

Le texte a été écrit durant la ségrégation (1876-1967). Le texte dénonce l’attitude des habitants du Sud des États-Unis envers les Noirs. Abel Meeropol écrit un texte implicite puisqu’il ne dit pas directement les atrocités faites aux Noirs par les Blancs.

Le texte repose sur la métaphore du « fruit étrange ». Le texte évoque le dégoût. Pour renforcer le sentiment de dégoût, l’auteur utilise une antithèse entre « le parfum des magnolias doux et printanier » et « l’odeur soudaine de la chair qui brûle ».

L’écrivain s’appuie sur le champ lexical de la mort pour insister sur le dégoût : « sang », « bouche déformée », « yeux révulsés ». L’auteur se sert du mot « soudaine » pour insister la surprise et le dégoût. La brutalité du changement d’odeur accentuée par l’adjectif qualificatif « soudaine » met en avant le sentiment de dégoût. Le poète développe une description à l’aide de la vision et de la sensation olfactive : « du sang sur leurs feuilles et du sang sur leurs racines », « odeur ». L’écrivain insiste sur le « sang » grâce à un parallélisme. Le sang est omniprésent, en bas et en haut de l’arbre. L’auteur dénonce le lynchage en utilisant l’ironie grâce à l’antiphrase : « scène pastorale du vaillant Sud ». Dans la dernière strophe, l’auteur termine son texte engagé en utilisant plusieurs figures de style qui poussent le lecteur à la révolte : une structure emphatique qui met en relief le « fruit » (« voici »), une énumération, une gradation et une phrase exclamative.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article