Lycéens au Cinéma : Rêves d'or de Diego Quemanda-Diaz avec la seconde 6

Publié le par Professeur L

SÉQUENCE 3 : OUVERTURE ARTISTIQUE ET CULTURELLE

Lycéens au cinéma

Rêves d’or de Diego Quemanda-Diez (2013)

 

Séquence 3 séance 2

 

Objectifs :

- comprendre les représentations des frontières

- caractériser les personnages Chauk et Juan

 

On a tout d’abord la représentation de frontières mentales : la jalousie et l’obstination aveugle de Chauk et de Juan dénotent une attitude immature. On a la frontière entre l’enfance et l’âge adulte. La première tentative ratée d’émigration, l’intervention de la police et la disparition de Samuel sont autant d’événements qui font basculer les personnages de l’enfance vers l’âge adulte.

 

Une seconde frontière est montrée qui est la frontière physique entre le ciel et la terre, le haut et le bas, quand Chauk est dans l’arbre alors que Sarah est sur terre.

La troisième frontière est présentée avec la distance entre Sarah au premier plan et Chauk à l’arrière-plan : c’est une distance linguistique, mais aussi et surtout sentimentale qui révèle l’incommunicabilité entre des êtres qui cherchent à s’aimer mais qui n’ont pas trouvé le langage pour l’exprimer.

Ensuite, la caméra accomplit un travelling arrière pour dire adieu à des personnages et à des temps passés. Le train traverse un pont : c’est le passage entre deux rives, entre une époque d’insouciance et une période obscure qui s’ouvre.

Il y a une frontière entre la vie et la mort lorsque Chauk et Juan sont par terre, blessés par le gang (la mara). Le croisement des chemins symbolise cette frontière. On a d’autre part la représentation de la frontière entre la liberté (symbolisée par les oiseaux dans le ciel) et l’enfermement que subit Sara (et l’assujettissement des migrants qui se soumettent à la mara). Enfin, le contraste entre la scène choquante du kidnapping et l’envol des oiseaux symbolise la frontière entre l’enfer et le paradis.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article