Loïc maltraité de Guillaume et Benjamin

Publié le par Professeur L

Loïc maltraité

Il était une fois une très riche famille qui tenait une entreprise qui se nommait : Télé Réalité. Elle possédait trois enfants : l'aîné avait dix-neuf ans. Il avait les yeux vert, un gros nez pointu, une bouche énorme comme une pastèque, des oreilles décollées comme un singe : il s'appelait Armand. Il était très intelligent. Le cadet avait quatorze ans. Il avait de gros yeux bleu, un énorme nez rond, une bouche petite comme une fourmie, des oreilles percées comme celles des boeufs : il se nommait Arsène. C'était un cancre. Le benjamin s'appelait Loïc. Il était handicapé mental, chauve, portait des lunettes spider man, de la morve coulait de son nez tout le temps. Sa bouche crasseuse était toute jaune. Il avait douze ans. Loïc était le bouc-émissaire de la famille, car il était handicapé mental. Il était toujours de corvée : faire le ménage, nettoyer la vaisselle, mettre la table.
Maintenant que nous avons fini de parler des enfants, parlons des parents : le père avant dans la cinquantaine et la mère avait dans la quarantaine. Un jour Loïc en eut marre et ne voulut plus rien faire. L'aîné l'entendit et le maltraita. Loïc avait des traces rouge sur son dos. Le pauvre enfant dit : 
" D'accord, je vais faire tout ce que vous me direz."
Son frère répondit :
" Je préfère ça."
Le soir, un vieil homme qui avait les cheveux blancs, dans les soixante-dix ans, une allure ostentatoire, des yeux rouge et allongés, de petite taille, apparut à la fenêtre de la chambre de Loïc et dit :
" ça ne se fait guère, ce que fait ta famille. Ils sont très méchants avec toi, mais moi je peux faire quelque chose."
Et en un claquement de doigts, il entra dans la pièce. L'enfant dit :
" Qu'est-ce que vous pouvez faire pour moi ? Et comment êtes-vous rentré dans cette pièce ?
- Je suis un sorcier. Grâce à moi tu peux devenir normal et être intelligent. Le veux-tu ?
- Oui ! , répondit Loïc. S'il vous plaît ! Que devrais-je faire en échange ?
- Rien, je suis vraiment très gentil. Je me sers de mes pouvoirs.
- Mais quand ne serai-je plus handicapé mental ?
- Quand je claquerai du doigt."
Mais le problème, c'est que le petit deviendrait très méchant et il aurait des pouvoirs magiques qui ne lui serviraient qu'à faire le mal. Loïc ne savait pas tout cela bien entendu. Le sorcier claqua des doigts. Le jeune entendit une voix qui disait :
" Acceptes-tu la transformation ?"
Loïc répondit :
" Oui, j'accepte."
Et là le sorcier disparut. Le petit s'écroula d'un coup.
L'enfant se réveilla deux jours après. Ses parents ne s'inquiétèrent même pas. L'enfant se leva et partit de la maison. Il chercha le sorcier mais ne le trouva pas. Mais un jour, Loïc se rendit compte qu'il était sorcier. Il avait la peau blanche comme la neige. Il avait grandi. Il retourna chez lui et fit beaucoup de mal à sa famille. Il laissa des mots anonymes comme : "Je vais vous tuer." Un jour, Armand vit Loïc dans la maison et découvrit que c'était lui qui leur faisait du mal. Longtemps après, Loïc en eut marre, car il voyait que sa famille souffrait de plus en plus. Il fit un voeu, car il vit une étoile filante passer et son souhait était de redevenir handicapé mental. Le lendemain, son voeu se réalisa et tout s'arrangea avec sa famille. Ils promirent de ne plus maltraiter Loïc.

MORALITE

Il ne faut pas se moquer des handicapés. Car un jour ou l'autre, ça vous retombe dessus. Ils ne sont pas inférieurs aux autres.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

r.d 14/05/2009 19:54

Ce conte est presqu'exactement le résumé de "Des fleurs pour Algernon que ceux qui passent en seconde doivent lire.Je trouve que ce conte relate plus d'une fable même si il n'a pas d'animaux car la morale est concrète, réelle et sans pareille.Je trouve que l'idée de faire devenir un handicapé mental, un être intelligent est original, car on aurait l'habitude des trésors et des chevaliers.Donc je met moi un plus même si mon avis compte peu sur ce conte.Alors un côté négatif maintenant ( il en faut toujours un, rien n'est parfait):Ce conte est beaucoup trop court, et je remarque que la description est trop scolaire ( peut être que j'en demande de trop pour un sixième...).En effet la description est deux trois adjectif pour chaque fils, chacun pour le nez, la bouche, et enfin le caractère, il faudrait plus affiné la description et l'étoffer davantage (enfin c'est ce que je pense, je ne dénigre pas....)Et pour finir une petite remarque à l'auteur:Est-ce le diable la personne de soixante-dix ans aux cheveux blancs ?En conclusion: quelques lacunes qui amoindrissent la qualité de l'ouvrage mais qui toutefois sont réparables par l'expérience et les années.Ps: Pour ce qui concerne les 3e on a passé nons épreuves communes le lundi de la rentrée, j'ai oublié de vous le dire sensei.

Professeur L 14/05/2009 21:17



Bonsoir Rémi,

J'ai moi aussi pensé à Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes en lisant et en corrigeant ce conte. C'est la raison pour laquelle je le trouve très intéressant, d'autant plus que les
élèves de sixième ne connaissent pas ce livre.
Concernant tes critiques sur la description, d'un point de vue général tu as bien entendu raison mais, comme tu le reconnais toi-même, ce sont des élèves de sixième, et on ne peut pas demander à
des élèves de sixième de réaliser un travail de troisième.
Je suis content d'apprendre des nouvelles de la 4e 1 grâce à toi. J'espère que vous allez tous très bien. Même si vous avez des difficultés cette année, je reste toujours très fier d'avoir été
votre professeur, et je garde un très bon souvenir de chacun de vous. Donne-moi régulièrement des nouvelles. Et parle-moi de tes lectures, de tes envies littéraires, etc... Je me ferai un plaisir
de te donner des propositions de lecture pour ton plaisir et ton épanouissement personnels.
A bientôt Rémi,
Bien amicalement,
Professeur L