L'esquive d'un jour sans fin par Julien

Publié le par Professeur L

Si je chante cette chanson, ce n'est pas pour avoir la honte

Tous les enfants qui font la guerre

Moi si je fais la guerre, c'est seulement dans les jeux vidéos

Je suis désolé pour vous, j'ai plein de trucs que vous n'aurez pas,

Peu importe ce que disent les gens,

Vous vous en moquez,

Mais au moins vous partirez en guerriers

J'ai plein de trucs que vous n'aurez pas,

Je voudrais bien vous les donner

Vous avez des machines à tuer

Et nous nous avons des machines pour jouer

Nous on sait faire plein de choses, mais vous vous ne savez faire que la guerre

Je voudrais faire une association pour vous aider

Pour vous sauver de votre misère

Toujours à tuer et à transpirer

Je n'aimerais pas avoir la même vie que vous.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dantan damien 3D 03/10/2009 15:53



fruit étrange


ce texte est un poéme engagée car il defant les noirs lutte contre le racisme et le lynchage.Pour ne pas evoquedirectement les noirs, l'auteurutilise une méthaphore "fruit étrange".Lécrivain
emploies des méthaphore pour faire reflechir le lecteur.le champs lexical de la mort violent nous a permisde comprendre que la méthaphore designe des noirs pendues."sang" "odeurde la chair
brulées" "yeux révulsée" bouchedéformée" les sentiment produits par ce champs lexical de l'horreurla pitié et le chagrin.en utilisant ces sentiment l'auteur donne une tonalité pathétique.
L'irronie est presentedans le vers"scene pastorales du vaillants sud" l'irronie denoncela lacheté des blancsenvers les noirs.le poete stucture sont dernier quatrain a l'aide du presentatifs"voici
que"pour mettre en relief le"fruit" est denoncerl'horreur du lynchage



Professeur L 03/10/2009 16:13



Bonjour Damien,

Merci pour ce travail. Quelques fautes d'orthographe et d'accord cependant :
1. Poème engagé : un accent grave sur le e de poème et c'est du masculin. Donc engagé ne prend pas de e à la fin.
2. il défend les Noirs : défend prend un accent aigu sur le premier e et un e à la place du a. Il prend un d à la fin et non un t à la troisième personne du singulier au présent de l'indicatif.
Revois la fiche-outil sur le présent de l'indicatif.
3. Métaphore ne prend pas de h entre le t et le a.
4. N'oublie pas les accents !
5. Champ dans champ lexical ne prend pas de s au singulier à la fin.
6. C'est la mort qui est violente donc je mets un e à la fin de violent.
7. Pendus : ce sont les Noirs qui sont pendus. C'est du masculin pluriel donc pas de e.
8. C'est la chair qui est brûlée, donc pas de s à la fin de brûlée.
9. Ce sont les yeux qui sont révulsés : masculin pluriel donc pas de à la fin de révulsés.
10. Les sentiments : c'est du masculin pluriel donc n'oublie pas d'accorder en mettant un s.
11. Tu as oublié le verbe dans une phrase : les sentiments produits par ce champ lexical sont l'horreur, la pitié et le chagrin.
12. N'oublie pas les majuscules après les points, quand tu commences une phrase.
13. Ironie ne prend qu'un seul r.
14. C'est la scène (avec un accent grave) qui est pastorale. Donc c'est du féminin singulier : pas de s à la fin au singulier féminin.
15. C'est le Sud qui est vaillant : masculin singulier, donc pas de s à la fin de vaillant.
16. Lâcheté prend un accent circonflexe sur le a.
17. Son dernier quatrain : son est un adjectif possessif (c'est le sien) donc pas de t à la fin de son. Sinon tu confonds avec le verbe être à la troisième personne du pluriel : ils sont.
18. N'oublie pas l'accent sur le a quand c'est une préposition : à l'aide du présentatif.
19. Il n'y a qu'un seul présentatif. Donc pas de s à présentatif.
20. Ne confonds pas est et et.
21. N'oublie pas la ponctuation : le point final !

Tu as donc 10/20.

Relis-toi, fais attention à ce qui est écrit au tableau. Ecrire correctement à l'ordinateur est un véritable apprentissage. C'est normal d'éprouver des difficultés au début. Avec de
l'entraînement et de la vigilance, tu progresseras. Courage !

Bien amicalement,

Monsieur LANUSSE



Marion Vallette 28/09/2009 18:28


Bonjour Mr vous pouvez m'aider pour le brevet blanc parce que je suis perdu
c'est dans le grand 1 le 3 c'est quoi une figure de style ?
et pour le 5 je ne comprend pas ce qu'il faut faire et vous pouvez me donner votre definitions de allitération
Merci


Professeur L 28/09/2009 19:06


Bonsoir Marion,

Une figure de style, c'est un procédé d'écriture qui permet de créer des images. Par exemple, la métaphore, la comparaison, l'oxymore et la personnification sont des figures de style. Dans le
brevet blanc, il faut trouver la figure de style que Rimbaud emploie. C'est l'une des quatre. Si tu ne sais plus ce qu'est une métaphore, l'oxymore ou la personnification, relis les synthèses sur
Fruit étrange d'Abel Meeropol et "Que m'accompagnent koras et balafongs" de Senghor.

Une allitération, c'est la répétition d'un même son consonnantique dans un vers. Par exemple le "r" ou le son "f".

Pour la question 5 : Rimbaud décrit la guerre. En général, quand on décrit quelque chose, on dit ce que l'on voit (la vue), ce que l'on entend (l'ouïe), ce que l'on touche (le toucher), ce que l'on
sent (l'odorat), ou ce que l'on goûte (quand on décrit ce que l'on mange : le goût). Parmi ces cinq sens, lesquels sont utilisés par Rimbaud pour décrire la guerre ? Justifie ta réponse en citant
précisément les mots du texte entre guillemets.

J'espère que j'ai été clair. Si tel n'est pas le cas, préviens-moi en m'envoyant un commentaire et en me posant de nouvelles questions.
Bon courage,
Bien amicalement,

Monsieur LANUSSE


Vincent Keraudren 05/09/2009 01:11

Merci beaucoup cela me fait très plaisir de savoir que je pourrais trouver de l'aide ici ! Mes 2 premieres heures de philosophie ont été très dur et très "philosophique" comme dirai-je . Nous devions expliquer les "Qu'est ce que ?" de Socrate en utilisant un objet de tous les jours ! Nous avions choisis le téléphone portable. Enfin c'était un bon début et j'espere pouvoir avoir de l'aide par la suite !Bonjour de toute la famille et surtout de Sonia ! Merci pour tout Vincent Keraudren

Vincent KERAUDREN 02/09/2009 13:49

Bonjour monsieur, ça faisait un moment que je n'étais plus venu sur le blog. Etant le frere de Sonia Keraudren elle vous passe le bonjour .De plus je viens de rentrer en en terminale S et cette année c'est la philo !J'espère ne pas perdre contact pour pouvoir avoir un peu d'aide pour cette année .Par ailleur j'ai beaucoup apprécier votre aide en français cela m'a permis de décroché un 14 à l'écrit et un 12 à l'oral je suis très fier de ma prestation et merci encore pour votre aide A bientot je l'espère ! Vincent Keraudren

Professeur L 02/09/2009 16:08



Bonjour Vincent !

Je suis très content d'avoir de tes nouvelles, et je suis surtout heureux d'apprendre tes notes au bac de français ! Bravo ! C'est très encourageant pour cette année ! Ce sont des notes très
satisfaisantes, vraiment.
En ce qui concerne la philosophie, je suis bien sûr disponible pour t'aider par l'intermédiaire du blog. C'est toujours un plaisir pour moi de pratiquer la philosophie, et d'aider des élèves.
Cela ne me pose aucun problème. Tu es le bienvenu sur le blog pour traiter de questions philosophiques et avoir des conseils de méthode. N'hésite pas à me poser toutes les questions que tu
désires pour une dissertation de philosophie.
Passe le bonjour à ta soeur. J'espère qu'elle va bien, mais je ne me fais pas trop de souci pour son avenir.
J'espère avoir bientôt de vos nouvelles.
Bien amicalement,
Monsieur LANUSSE



r.d 06/06/2009 21:49

Bonjour monsieur, désolé de ma réponse tardive mais:Je suis tout à fait d'accord avec votre décision et je ne tarderai pas non plus à aller voir le poème de V.H.Et bien pour que ce commentaire ne soit pas trop court et bien je fais cette phrase où je demande de vos nouvelle.Bonne journée         R.D

r.d 03/06/2009 14:25

La poésie engagée...... on ne l'a pas encore vu. Mais je vais m'y essayer, par contre jr risqe de faire moins bien qu'eux cela est assurée. Qui sont ces pauvres enfants? Sur ce chemin désespérant, Qui sont ces pauvres soldats? Qui n'attendent que leur trépas, Comment est arrivé cette misère, Ce si grand ulcère, A la vie comme à la mort, C'est cette société qui a tort, Allongé sur le sol, Ayant joué leur rôle, Personne ne sait la tristesse qu'il ont eu, Personne ne les avait connu, Ce sont les adultes si téméraires, Qui ont poussé ces enfants suicidaires, Eux ce battent pour leur présent, Un de ces présents mordant, Nous, nous nous battons pour notre avenir, Un futur plein de joie et de plaisir, Tandis que pour eux, La mort les attends Après leurs combats hideux, Attendant leur épuisement, Afin de les prendre encore plus sauvagement, Donc voilà si vous voulez bien me commenter. Par contre je voudrais adresser un bravo à tous ceux qui ont fait ce travail, et en particulier celui de Khadra, que j'ai beaucoup apprécié lire.

Professeur L 03/06/2009 18:57



Bonjour Rémi,

C'est du très bon travail, et je suis content de voir que tu apprécies. Ton poème est très bon aussi, malgré quelques erreurs d'accord et de grammaire. Peut-être aurait-il fallu également
rajouter quelques gradations, parallélismes et anaphores. Pour t'inspirer, tu peux lire le poème de Victor Hugo qui s'intitule Melancholia, en cliquant sur la page niveau troisième : de
la poésie lyrique à la poésie engagée. La synthèse collective est particulièrement détaillée, puisqu'elle insiste sur toutes les techniques d'écriture utilisées par Hugo dans ce poème.
Si tu me l'autorises, je veux bien publier ton poème sous forme d'article dans la même catégorie que les poèmes que tu as lus et appréciés.
Bien amicalement,
Professeur L