Alors que les obus par Julien

Publié le par Professeur L

Alors que les obus tombent
Les armées s'effondrent
Par centaines de soldats
Et ils sont morts là

Pourquoi se fait-il tuer ?
Battre et mal traiter ?
Son visage est déchiré
Comme une bombe éclatée.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

FERREIRA Gregory 10/10/2009 11:13



Bonjour Mr voici la synthèse de Fruit étrange de Abel Meeropol que vous m'aviez demander :


FRUIT ETRANGE


 


 


Ce texte dénonce le lynchage des noirs dans le sud des Etats-Unis pendant la ségregation ratiale ( 1865-1954). Ici le fruit évoqué est une metaphore , le fruit désigne les noirs pendus aux
arbres. L'auteur utilise la metaphore pour évité les représailles. C'est un effet poétique qui permet au texte d'avoir une critique implicite. C'est comme un sous entendu. C'est un moyen pour
faire réflechir le lecteur. Ce texte exprime le dégoût grâce au champ lexical de la mort violente:" yeux révulsés la bouche déformée" "la chair qui brûle" et la répétition du mot " sang" "les
corps noirs qui se balancent".


Les autres sentiments produits chez le lecteur sont: la pitié et l'affliction.
L'auteur utilise l'ironie pour dénoncer la l'acheté des blancs racistes:"scéne pastorale du vaillant sud". 


Professeur L 10/10/2009 18:17



Bonjour Gregory,

Merci pour ce travail. Quelques erreurs cependant :
1. Raciale prend un c et non un t. C'est le c que l'on trouve dans le mot race.
2. Métaphore prend un accent aigu sur le premier e.
3. Quand un verbe qui se termine par le son "é" est suivi d'une préposition (à, de, pour), il se termine par er : il est à l'infinitif : pour éviter.
4. Réfléchir prend un accent aigu sur chaque e.
5. Tu as mal orthographié le mot lâcheté.
6. Scène prend un accent grave sur le premier e.

Tu as 17/20.

Bien amicalement,

Monsieur LANUSSE