Comment survivre par Mohammed et Florent

Publié le par Professeur L

le-survivant-George-Grosz.jpgLe Survivant de George Grosz

Ma chère épouse,

Comment t'expliquer ? Comment survivre ?
Il y a deux jours seulement que j'allais mourir à cause d'un obus envoyé par les Allemands, un obus si volumineux, si grand, si gigantesque !
Voici toute la misère que les soldats nous font, un gros troupeau encombrant les tranchées, le champ de bataille, les bords de la route. La vie dans ce champ de carnage est difficile comme perdre un être cher. Aujourd'hui, il pleut, il fait froid, et je viens de perdre un ami cher à mon coeur. Je pense à la naissance de notre enfant et aussi à plein de moments chaleureux passés avec toi sur le sable, au bord de l'océan. Quand je me souviens de mon ami littéralement détruit par cette saleté d'explosion, c'est horrible ! Je me trouvais avec tous ses boyaux, son estomac et le reste de son corps sur le mien. Voici le dégoût profond que je tire de ce conflit.

Manech

Commenter cet article

taron cyril 17/10/2010 18:10



voici deux autre synthèse je vous remercie d'avance


 


 


Synthèse:Le déserteur


 


Ce texte est un poème mais aussi une chanson écrit par Boris Vian en 1975.Ce poème parle d'un homme qui écrit au président pour lui dire qu'il a reçu ces papier
militaire et qu'il refuse de participer et il lui explique qu'il a décider de déserter .Cette œuvre est un poème ou une chanson engager car il dénonce quelle que chose et explicite car il dit ses
penser sans se cacher. Le poète dénonce l'enrôlement forcer des gens mais aussi le fait que ce soit toujours les même qui soit envoyer au front.


 


Ce texte est composer d'une musicalité car il y a la présence de rimes en formation A et le fais que ce soit une chanson mais aussi plusieurs anaphore:


« je ne » « j'ai vu » « et se » « on m'a » « refusez »


 


Je trouve que l'enrôlement devait être dénoncer car c'est une pratique qui n'est pas normal car tous le mondes ne veut pas y aller et il devrait respecter les choie
des gent


 


 


Synthèse: L'expiation


 


Ce texte est poème écrit par Victor Hugo en1852. Ce poème parle de la guerre et de l'abandon des soldat par les généraux en temps de crise grave lors d'une guerre
qui a eu lieu en Russie. Cette œuvre est un poème engager car il dénonce quelle que chose,explicite car il donne ses idées directement et il a une touche de pathétisme car le sujet aborder est
triste. Dans ce poème l'auteur dénonce la guerre mais plus précisément son horreur et ses difficulté: « il neigeait » « blancs de givre »
« boulets[...]pleuvaient »


mais aussi l'abandon des homme par les généraux et leur pays en cas de défaite: « on étais seul » « la solitude » « laissant
derrière »


 


Ce texte est composer du musicalité avec la présence de rime en fin de vers mais aussi anaphore « plaine blanche »


 


Ce poème est très réaliste et très précis car les moyen de survie employer pour sauver sa vie en cas de guerre se qui le rend vivent et très réaliste



Professeur L 17/10/2010 20:00



Bonsoir Cyril,


Voici une aide à la correction de l'orthographe :


1. Une chanson écrite par Boris Vian


2. Il a reçu ses papiers militaires : au pluriel je mets un s au nom et à son adjectif qualificatif. Ce sont les papiers à lui, les siens, donc
ses papiers.


3. Il a décidé : il a vendu.Donc é à décidé.


4. Une chanson engagée : engagée ici est adjectif qualificatif, donc pas de er à la fin.


5. Il dénonce quelque chose.


6. Ses pensées : pensées ici est un nom féminin pluriel. Donc pas de terminaison en er.


7. L'enrôlement forcé  : forcé est un adjectif qualificatif, pas un verbe, donc é et pas er.


8. Les mêmes.


9. Qui sont envoyés au front. Le sujet de sont envoyés est "les mêmes". Donc c'est la troisième personne du pluriel. De plus il s'agit du passé composé. Donc pas de er à la fin
du verbe ! er est la terminaison de l'infinitif uniquement pour les verbes du premier groupe !


10. Ce texte est composé. On aurait pu dire : ce texte est construit (et pas ce texte est construire) donc composé prend un é à la fin et pas er.


11. Le fait : ici fait est un nom et il s'écrit toujours avec un t à la fin.


12. Plusieurs anaphores : il y en a plusieurs, donc un s à la fin d'anaphores.


13. L'enrôlement devait être dénoncé : il devait être vendu. Donc é à la fin de dénoncé.


14. C'est une pratique qui n'est pas normale : normale est l'adjectif qui qualifie pratique. Donc au féminin singulier je rajoute à e à la fin.


15. Tout le monde : quand tout est suivi d'un nom au singulier (ici "le monde") tout prend un t à la fin. C'est le monde : donc pas de s à la fin de monde.


16. Les choix : au pluriel toujours un x à choix.Choix s'écrit avec un x aussi bien au singulier qu'au pluriel.


17. Des gens : toujours un s à la fin de gens, jamais de t.


18. Des soldats : n'oublie pas le s au pluriel !


19. Attention "pathétisme" n'existe pas. On dit : "une touche de pathétique".


20. Le sujet abordé : le sujet construit : donc é à la fin de abordé.


21. Ses difficultés : s au pluriel !


22. Des hommes : s au pluriel !


23. On était : on est un pronom impersonnel qui équivaut à la troisième personne du singulier. Donc le verbe qui suit doit être à la troisième personne du singulier. Donc je mets
un t à la fin de était.


24. Ce texte est composé de musicalité : ce texte est construit : donc pas de er à la fin de composé.


25. Les moyens : c'est du pluriel donc je n'oublie pas le s !


26. Avant "qui" il n'y a jamais se mais toujours ce : ce qui le rend vivant.


Il y a des erreurs que tu répètes, donc je ne l'ai signalé qu'une seule fois. A toi de te corriger à présent et de bien te relire, en prenant en compte ma correction !


Bon courage,


Bien amicalement,


Monsieur LANUSSE



taron cyril 17/10/2010 15:04



tenez voici mes synthèse 


 


Synthèse:Europe


 


Ce texte est un poème explicite engager écrit par René Guy CADOU en 1994. Ce poème parle des différente phase de la guerre de
l'enrôlement a l'occupation. L'auteur dénonce la guerre et ses horreur,mais aussi l'enrôlement des jeune enfant: « au sortit du collège ». Il parle aussi du débarquement et de ses
nombreuse victimes: « D'autre ont pris la mer » « Quelque un crucifiés saigne dans les haubans »


ainsi que des autre front: « forcent les neiges » « poussées des fleurs » « les odeurs de la terre »et du manque de nourriture pendant
ce conflit:« on manque de pain blanc »


Le poète s' exprime aussi sur l'occupation: « ton bras se soumet aux amis de passage.


 


L'œuvre est composer de personnification: « plein d'ombre qui marche » « l'œil brillant d'un fusil » « les cils de bruyères »


Mais elle comporte aussi une phrase ironique qui montre le dégoût de l'auteur pour ces envahisseur: « aux ami de passage »


 


Je pense que la guerre est une chose néfaste pour tous le monde et c'est ce qu'a voulu montrer l'auteur dans ce poème vraiment très beaux et très riche en
sens


 


 


Synthèse:L' Enfant


 


Ce texte est un poème écrit par Victor Hugo en 1828. Le poème parle du massacre des habitant de la ville de Chio et du ressentiment des habitant rescapés. Ce texte
est engager car il dénonce quelque chose,explicite car l'auteur exprime ces idée directement,sans ce cacher mais il comporte aussi une tonalité pathétique car il y a hélas.


Dans ce texte le poète dénonce la guerre et la destruction de cette ville par les Turcs. Mais il parle aussi de la ressentiment des habitant: « Je veux de la
poudre et des balles »


 


Pour se faire il emplois plusieurs figure de style comme le chants lexical de la destruction: « ruine » « deuil » « écueil »
« désert » « noircis »...


L'œuvre comporte aussi une certain musicalité grâce a des anaphore: « Chio » « il avait » « gaîment » mais aussi grâce a des rimes
diverse


 


Je pense que ce texte est vraiment très important pour pouvoir prendre conscience des ravage de la guerre sur les enfant.



Professeur L 17/10/2010 20:08



Bonsoir Cyril,


Fais attention au pluriel : si un nom est au pluriel, son adjectif qualificatif et son verbe seront au pluriel.


Il faudra revoir également les terminaisons qui ont le son "é" car tu te trompes à chaque fois.


Pour savoir si à la fin d'un verbe en "é" il faut mettre er ou é, il faut remplacer dans ta tête le verbe en question par un verbe du troisième groupe. Si le verbe du troisième groupe est à
l'infinitif, il faut mettre er au verbe sur lequel tu doutes. Dans tous les autres cas, il faut toujours mettre é.


1. Un poème explicite et engagé : on peut dire : un poème explicite et construit : construit ici n'est pas à l'infinitif, donc engagé ne doit pas être à l'infinitif. Sa
terminaison n'est pas er mais é.


2. Les différentes phases de la guerre : au pluriel je n'oublie pas le s !


3. à l'occupation : on ne peut pas dire : l'enrôlement avait l'occupation. Cela ne veut rien dire, ou en tous les cas cela ne correspond pas à ce que tu veux dire. Donc je
n'oublie pas l'accent sur le à, car ici à n'est pas le verbe avoir.


4. Ses horreurs : au pluriel je n'oublie pas le s.


5. Des jeunes enfants : le pluriel !


6. Ses nombreuses victimes


7. D'autres : pluriel !


8. Des autres fronts : pluriel !


9. L'oeuvre est composée (l'oeuvre est construite)


10. Ces envahisseurs : accord au pluriel !


11. Ce poème vraiment très beau : accord !


Bon courage,


Bien amicalement,


Monsieur LANUSSE



taron cyril 16/10/2010 18:32



bonjour pourier vous corriger mes synthèse s'il vous plait et me dire se que vous en pensser merci d'avanve


 


 


 


 



Professeur L 17/10/2010 11:25



Bonjour Cyril,


Oui, bien sûr, il suffit de mes les envoyer sous forme de commentaire.


Bien amicalement,


Monsieur LANUSSE



taron cyril 12/10/2010 16:56



pourrier vous corriger les faute de ma synthèse s'il vous plais merci d'avance (dit moi si elle bon merci)


 


 


Synthèse:Extermination


 


 


Ce texte est un poème engager écrit en 1949 par Paul VALET. L'auteur dénonce les rafles des gens qui avait lieu


au moment de la deuxième guerre mondial. Ce poème est implicite car l'auteur n'exprime pas directement ces idée.


Il parle d'une famille qui décide de garder la tête haute et


reste fière malgré leur terrible destin. Ils ont préférer souffrir ensemble que de ce suicider


 


Le texte est composer de peut de figure de style mais il y une assonance de « lieu » mais aussi une répétition de « pour être ensemble » qui
marque l'amour qu'il se porte. Enfin il y a une tonalité pathétique marquer par « au lieu de »


 


Se texte est vraiment marquent mais l'auteur ne s' implique pas directement il dénonce mais ne veut pas le monter. Ce texte est vraiment bouleversent et très
marquant


 



Professeur L 12/10/2010 19:47



Bonsoir Cyril,


Ce travail a l'air très intéressant. En revanche, c'est vrai qu'il y a un certain nombre d'erreurs que je te propose de corriger.


1. Poème engagé. Pas de r à engagé car ici il s'agit de l'adjectif qualificatif et non du verbe.


 


2. Les rafles des gens qui avaient lieu : le sujet de avaient est les rafles. C'est du pluriel. Donc il faut mettre avoir à la troisième personne du pluriel.


 


3. La deuxième guerre mondiale : mondiale est adjectif qualificatif. Il qualifie guerre. Guerre est du féminin singulier. Donc mondiale doit être au féminin singulier. N'oublie
pas le e à la fin de mondiale.


 


4. L'auteur n'exprime pas directement ses idées : ce sont les idées à lui, donc il faut utiliser le possessif ses. Il a plusieurs idées. Donc n'oublie pas le
s du pluriel à idées.


 


5. Se suicider : avant un verbe, on n'utilise jamais ce mais toujours se.


 


6. Le texte est composé. On peut dire : le texte est construit. Donc é à la fin de composé. C'est le participe passé.


 


7. Peu de figures de style : peu ne prend pas de t à la fin, sinon on le confond avec le verbe pouvoir à la troisième personne du singulier au présent de l'indicatif.


 


8. L'amour qu'ils se portent : c'est l'amour de plusieurs personnes entre elles, donc n'oublie pas la marque du pluriel.


 


9. Il y a une tonalité pathétique marquée par "au lieu de". On peut dire : il y a une tonalité pathétique construite. Donc je mets ée à la fin de
marquée.


 


10. Ce texte : on ne met jamais se avant un nom. Si un nom suit le son [se], alors il faut mettre ce.


11. Marquant s'écrit toujours avec un a, jamais avec un e. Même chose pour bouleversant.


Ton analyse est vraiment intéressante. N'oublie pas de recopier le poème dans ton anthologie.


Bon courage,


Bien amicalement,


Monsieur LANUSSE