L'usine des misérables par Paul et Kévin

Publié le par Professeur L

Esclaves fatigués et enchaînés,

La douleur et la sueur de travailler,

Dans une usine mécanique et enfermée

Voilà ce qui arrive à des prisonniers.

Les machines enflammées grinçantes,

Telles des hurlements d'une vieille femme du fond du coeur,

Le feu limpide semblant une mer qui vous fera descendre vers les enfers

Travaillant sans cesse et dur,

Dans une usine sans fenêtres aux murs,

L'étouffement vrombissant de la forge

Comme de la braise engloutissant la gorge

Le moteur vrombit sans relâche,

Semblable à des outils souillés,

Utilisés par les travailleurs usés.

Les vieux moteurs engourdis,

Le feu attise la fumée grise et étouffante.

La misère des favelas et les aboiements des chiens apeurés

Attrisent les ouvriers.

Commenter cet article