Transportée par une vaste énergie par Charlotte V.

Publié le par Professeur L

Transportée par une vaste énergie

Qui me donnait une nausée inimaginable,

Mon corps et ma tête n'étaient plus

Imprégnés de l'essence de la vie.

Le chant des oiseaux s'était tu,

La tension était palpable,

Et dans cette forêt de bruits incessants

Mon âme et mon esprit voguaient

Au-dessus de ce que je suis

Et de ce que j'étais.

Là, tous les regards dévisageaient

Ma dépouille avec des yeux incrédules.

Moi, quelqu'un de tellement insignifiant

Aux yeux des autres, j'étais dans une sorte de bulle.

Seul quelqu'un s'avança après tant de temps.

On aurait dit que cette personne portait

Sur son visage tous les sentiments existants

Sur cette Terre mère.

La colère, la tristesse, l'amour, la tendresse.

Cette personne restait à me contempler

Avec un sourire stupide et dérangeant.

Mais finalement, elle déclara

En ne cessant de pleurer

"Elle est morte".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Charlotte V. 09/04/2012 15:04


Bonjour Monsieur!


J'ai un léger petit souci avec l'article à écrire pour demain (Je sais! je viens de m'en rendre compte à l'instant...)!! Comment est-ce que l'on peut définir la catharsis? (Je prie pour que votre
ordinateur soit allumé!!) Répondez-moi vite s'il vous plaît!


Cordialement,


Charlotte!

Professeur L 09/04/2012 16:38



Bonjour Charlotte,


Je me suis trompé. Exceptionnellement, je ne vous prends pas en heure de vie de classe demain, car je rattraperai un cours avec mes élèves de sixième.


La rédaction est donc à me rendre mercredi 11 avril 2012, comme je l'ai annoncé sur Pronote.


La catharsis est traditionnellement traduite par l'expression : "purgation des passions". Cela signifie que l'oeuvre d'art (pièce de théâtre, musique film, peinture et, dans une certaine mesure,
pour ses défenseurs, jeux vidéos) permet au spectateur de se libérer de ses pulsions en vivant intensément ses émotions, en se défoulant en quelque sorte. C'est un phénomène psychologique que
l'on vit assez facilement à travers la musique (quand on en joue et qu'on danse) ou la littérature et le cinéma (on vit à travers les personnages des aventures merveilleuses ou intenses qui nous
permettent de ressentir, d'éprouver, d'expérimenter des émotions que la vie quotidienne ne nous permet pas forcément d'obtenir). En voyant des personnages (de théâtre ou de cinéma) avouer des
désirs, commettre des actions dangereuses ou interdites qui sont punies par le destin, par les dieux, par la justice, le spectateur s'identifie à eux, et en même temps il prend ses distances
vis-à-vis de ces actions qu'il aurait aimé commettre secrètement, car il en comprend la dangerosité. En voyant un personnage commettre par exemple un meurtre, le spectateur ressent à la fois du
dégoût, de la terreur et de la pitié et il est, grâce à ce spectacle, totalement incapable de désirer commettre un tel acte sanglant. C'est cela la catharsis. C'est une notion qui apparaît pour
la première fois chez le philosophe Aristote dans deux ouvrages qui s'intitulent Les Politiques et La Poétique. Cette notion va traverser les siècles et être reprise par de nombreux auteurs,
théoriciens, philosophes, médecins et psychanalystes pour expliquer notamment l'apport positif de l'art sur le genre humain.


Voilà en quelques mots une petite explication de la catharsis.


Bon courage,


Bien amicalement,


Monsieur LANUSSE



Charlotte V 04/04/2012 13:39


Bonjour Monsieur!


Comme je vous l'avais dit, je vais vous montrer la rédaction que j'ai faite avec la charte de Munich! Dites-moi ce que vous en pensez (et relevez les fautes d'orthographes par la même occasion si
vous en voyez s'il vous plaît...):


 


Ça faisait un certain temps que j'étais arrivée à Cuny Graduate School, l'école de journalisme, et j'allais enfin rencontrer un vrai journaliste! Enfin! Mr. Kenns, le proviseur était
passé ce matin dans les différentes classes des premières années. Il tenait fermement dans sa main droite des petits papiers. Il en posa un sur chacune des tables. Quand ce fut mon tour, je ne
pus m'empêcher de regarder ce qu'il y avait d'écrit sur le papier. « Kate Brown, immeuble 8, appartement 145, Broadway, Manhattan ». Après avoir distribué les coupons, le proviseur nous
expliqua que notre première « mission » serait d'interroger la personne, dont le nom était inscrit sur le papier, sur ses droits et ses devoirs de journaliste. Il ajouta avant de
retourner dans son bureau que nous aurions tout l'après-midi.


 


J'étais à l'intérieur de l'appartement de la journaliste. C'était un appartement comme les autres, très moderne. Des diplômes étaient accrochés au mur, des feuilles éparpillées sur la table du
salon aux grandes baies vitrées et un café odorant était posé à côté. Elle avait été mise au courant de mon arrivée : tant mieux, je ne voulais pas débarquer chez elle à l'improviste et expliquer
pourquoi j'étais ici. Mais elle m'avait malheureusement dit qu'elle n'aurait que peu de temps avant de retourner à la rédaction. Je cherchai rapidement mon questionnaire dans mon cartable et un
stylo. J'étais très nerveuse.


 


« Euh... Je suppose que...que vous savez ce que je dois vous...vous demander, balbutiai-je.


 




Non! Le proviseur m'a juste dit que je recevrais une élève aux mains tremblantes, dit-elle avec un large sourire.




Très drôle! Je vais vous poser des questions sur vos droits, vos devoirs... Mais aussi vous donner des exemples de situations dans lesquelles vous vous êtes certainement déjà retrouvée. Et
bien... Voilà! On commence?




Sans problème!




Alors... Première question! Selon vous, quel est le premier devoir d'un journaliste et quelle est également sa mission?




Et bien... Un journaliste, du moins un bon journaliste, doit toujours dire la vérité, quelles qu'en soit les conséquences pour lui par la suite. Il fait cela car ses lecteurs ou auditeurs ont
bien évidemment le droit de connaître cette vérité! Ensuite, un journaliste a pour mission d'informer son public, il doit également commenter et adopter un esprit critique pour critiquer
ensuite.




Vous dites que vous devez dire la vérité... Même si vous y risquez votre vie? demandai-je un sourire en coin.




Surtout si j'y risque ma vie, dit-elle en souriant.




Bien. Ensuite, un journaliste aurait-il le droit de modifier une interview? De supprimer des informations? De publier n'importe quelle information?




Ça fait beaucoup! déclara-t-elle en riant. Un journaliste n'a pas le droit de modifier une interview par exemple, vu qu'il est sensé dire uniquement et seulement la vérité. Si tu es un bon
journaliste, tu ne supprimes pas des informations primordiales, excepté si celles-ci portent atteinte à la vie privée. Et enfin, non! On ne publie
pas n'importe quelle information, pour plusieurs raisons. Je ne vais pas te les dire toutes mais il y en a deux importantes à retenir. Premièrement, tu ne publies pas une information dont tu
ne connais pas la source. Un bon journaliste ne publie aucune rumeur! Deuxièmement, comme je l'ai dit il y a un instant, tu ne publies pas d'informations concernant la vie privée de
quelqu'un, que ce soit un particulier ou un milliardaire. Lorsqu'un journaliste donne une interview par exemple, il doit toujours informer celui-ci de son métier et demander l'autorisation de
la personne en question de publier des photos, des documents ou des témoignages la concernant.




OK. Selon vous, quelles sont les interdictions du journaliste?




Le plagiat, la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondement sont les principales interdictions du journaliste. Un journaliste ne doit pas également, comme dans tes exemples,
accepter de l'argent ou en donner pour arriver à ses fins. Si tu es un journaliste et qu'une personne te demande de ne pas dévoiler son nom, car c'est elle qui t'a fourni des informations, tu
dois respecter son choix. Pour finir, un journaliste ne doit pas faire de publicité, que ce soit pour un produit ou pour un homme politique .Il doit uniquement informer.




D'accord. Ensuite... Un journaliste a-t-il accès à toutes les sources et informations? Un journaliste peut-il écrire quelque chose qui ne vient pas de sa propre opinion?




Ah ah! dit-elle d'un air mystérieux. Bonnes questions! Pour répondre à la première, le journaliste a normalement libre accès à toutes les sources et informations. Il a également le droit
d'enquêter sur les affaires concernant la vie publique. Tout cela est bien sûr mis en œuvre par un bon journaliste, excepté si quelqu'un donne de solides raisons pour qu'il ne puisse pas le
faire. Ensuite, pour le deuxième question, un journaliste exprime ses propres opinions et pensées à travers son écriture ou ses paroles, sauf s'il est idiot et s'amuse à dire ou écrire des
choses qu'il ne pense pas. Sinon, un bon journaliste est indépendant des opinions des autres.




Très bien! Et... Que pensez-vous globalement du métier de journaliste? Est-ce que vous aimez ce métier?




Oh oui! J'ai commencé à travailler il y a seulement sept ans mais je ne me lasse pas de ce métier! Je trouve que c'est un métier à risque! Un métier dangereux! Mais je trouve également que le
journalisme s'est abîmé au fil des années. J'entends encore et encore qu'il faut des nouvelles fraîches parce que nous sommes en concurrence avec d'autres journaux. J'ai travaillé dans
plusieurs bureaux de rédaction, et heureusement, celui où je travaille en ce moment ne publie pas tellement de nouvelles sans importance, comme le font d'autres journaux. Après, ce n'est que
mon avis personnel, je ne peux pas me permettre de dire que tous les journaux sont mal écrits, regarde le New York Times par exemple!


Le New York Times était réputé pour être un journal qui critique beaucoup les célébrités, qui parle beaucoup d'économie et de politique. Personnellement, je ne l'ai jamais lu, même
si mon père le lisait tous les matins en prenant son petit déjeuner.




Mais bon, termina-t-elle en prenant son cartable et son café, les critiques sur un journal varient selon les points de vue. C'est très subjectif. Bon! Je dois y aller! Nous avons termin


Professeur L 04/04/2012 13:55



Rebonjour Charlotte,


 


Bravo pour ce travail excellent. Le dialogue est vivant, précis, maîtrisé.


Concernant le fond, à un moment, quand tu dis que le journaliste peut ne pas avoir accès à certaines sources d'information, uniquement si c'est justifié, cela concerne par exemple le problème du
terrorisme. Les journalistes sont alors invités à ne pas divulguer des informations pour permettre à la police ou à l'armée de faire son travail, afin que les criminels ou les terroristes
n'adoptent pas une attitude différente ou imprévue en fonction des informations.


Concernant la forme, c'est presque parfait. Quelques erreurs :


- eh bien (et non pas et bien)


- quelles qu'en soient les conséquences (le sujet du verbe "soient" est "les conséquences", donc il ne faut pas oublier l'accord)


- la deuxième question


- nous avons terminé


 


Voilà ! Bonne journée et à demain pour de nouvelles aventures ! (le tournage du court-métrage !!!!! )