Une lutte infinie par Ilhem et Solène

Publié le par Professeur L

L'ombre des usines reflète la pauvreté,

La fumée sombre des usines

Les flammes sont leurs seules lumières

Ici, le jour est la nuit.

 

Se regardant dans le feu, la misère couve chez les ouvriers

Le bruit vrombissant des machines devient indécent pour les ouvriers

 

Les combats ténébreux des ouvriers

Le malheur et le désespoir deviennent un enfer

Les ouvriers mangeant sur un sol collant et visqueux

La lutte des maladies est infinie.

 

Les ouvriers mal payés travaillent pour leurs familles

Les monstres les retenant font d'eux des esclaves

La pollution sera toujours présente.

Ils vivront encore et toujours dans la pauvreté.

Commenter cet article