Lecture-plaisir Le Liseur : critique de Jérémy

Publié le

Ce livre m'a plu car il y a un contraste entre l'amour et l'âge. Pour l'auteur, l'âge ne compte pas en amour et j'approuve cette hypothèse. En faisant apprendre à lire et à écrire à Hannah pendant ses années de prison, il a voulu montrer qu'en prision il ne se passe pas que des mauvaises choses. Etre une femme cougar, ce n'est pas honteux pour cet écrivain !

 

D'après moi, M. Schlink pense qu'il vaut mieux provoquer la mort plutôt que d'attendre qu'elle vienne nous surprendre. Pour lui, il vaut mieux partir pour un autre monde que de recommencer une vie après avoir été enfermé des années.

 

Bien que Michael ait épousé une autre femme, Gertrude, l'amour qu'il ressentait pour Hannah ne s'était pas vraiment estompé. Aucune idée ne lui parvient pour l'oublier. L'écrivain veut montrer que le premier amour ne disparaît jamais, même en épousant quelqu'un d'autre. Le premier amour occupe toujours une place dans notre coeur.

 

Il aimerait à travers ce livre nous faire comprendre que commettre un délit peut gâcher une vie entière et que, même en étant malade pendant une longue période, nous pouvons quand même apprendre des choses grâce à la lecture. C'est l'un des messages qu'il a voulu nous faire passer.

 

J'ai compris, en lisant ce livre, que même adolescent on peut se débrouiller pour avoir ce que l'on veut. Ce livre m'a aussi fait prendre conscience qu'il ne faut pas voir la vie avec désinvolture et que faire des erreurs peut nous laisser un sentiment d'amertume et de dégoût face à nos actes.

 

Grâce à ce livre qui m'a énormément plu, j'ai pu faire une introspection et je me suis découvert sensible à cette histoire. Je conseillerais vivement aux adolescents de lire ce livre qui fait comprendre la vie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article