Poésie et modernité

Publié le

SEQUENCE 1 : POESIE ET MODERNITE

 


Introduction : jeudi 06 septembre 2012 (4eE)

à quoi reconnaît-on un texte poétique ou un poème ?

 Comment les poètes voient-ils la ville et la modernité ?


Traditionnellement, on considère que la poésie parle des fleurs, d'amour, de la nature, d'une personne (la femme aimée) ou d'un animal (Fables de La Fontaine), et des dieux, les sentiments. La poésie qui parle des sentiments et d'amour est appelée poésie lyrique. Mais les poètes du XIXe siècle vont commencer à s'intéresser à des aspects de la modernité qui apparemment ne sont pas beaux ou attirants.

 

 

Séance 1 (4eE)

Support : Axel Bauer, « Au-dessus des villes », Charlélie Couture, « La Musique des villes »

Objectif : découvrir le poète romantique et comprendre une description dynamique de la ville

 

Axel Bauer veut échapper aux hypocrites. Il veut s'élever et rester seul : « Je peux encore m'isoler », « au tout dernier étage ». L'auteur fait penser à un poète romantique comme Victor Hugo ou comme Lamartine dans son poème « L'Isolement ». Le poète romantique préfère en effet s'isoler dans sa « tour d'ivoire ». Cette expression a été formulée pour la première fois par un poète romantique du nom de Sainte Beuve. Charlélie Couture au contraire aime bien la ville car il aime le bruit des klaxons, les cris des femmes, la population. Il fait une description dynamique (car il bouge tout le temps) de la ville. Cette description est fondée sur l'ouïe avec un champ lexical abondant.

 

Séance 1 : lundi 10 septembre 2012 (4eD)

Introduction : de quoi parle la poésie ?

 

Traditionnellement, la poésie parle de : 

- l'amour 

- la politique 

- la société (les chefs d'État, les inégalités dans la société) 

- la vie personnelle du poète 

- la nature pour décrire sa beauté 

- l'enfance

Plusieurs poètes ont différents points de vue sur la poésie et sur l'environnement urbain. Les poètes romantiques préfèrent les endroits calmes, sans bruit, loin de la pollution, de la population, des hypocrites et de la ville. Ils se recueillent dans leur « tour d'ivoire ». Sainte-Beuve a inventé l'expression « tour d'ivoire » pour désigner l'endroit dans lequel le poète se recueille et s'exile (Les Consolations, 1830) Pour certains poètes, la ville est une source d'inspiration. Charlélie Couture a par exemple un autre point de vue sur la ville que les poètes romantiques. La ville selon lui est intéressante car elle est vivante. L'auteur la décrit comme une grande « symphonie ». La description repose sur le bruit et donc sur l'ouïe, comme le prouve le champ lexical du son : « une sirène », « un moteur », « vrombit », « casse », « tohu-bohu », « mélodie », « symphonie », « à l'écoute », « aux aguets », « le son sec de tes talons qui claquent », « grésillement », « frottement », « j'écoute les conciliabules ». Cette description est dynamique puisque celui qui décrit est sans cesse en mouvement. « La musique des villes » est la musique de la vie. Il essaie de la reproduire dans sa chanson grâce aux rimes et aux rimes internes : « le son sombre d'un bateau qui sombre ».

 

 

Année scolaire 2012-2013 – Collège Jules Vallès de Saint Leu d'Esserent

Niveau quatrième – séquence 1 : poésie et modernité

Séance 2 Support : Émile Verhaeren, « Les usines », Les Villes tentaculaires, 1895.

Objectif : comprendre une vision poétique ambivalente de la ville industrielle

Synthèse collective élaborée à partir des travaux de Clément, Shayan, Maximilien et Louison

 

Dans son recueil poétique intitulé Les Villes tentaculaires, écrit en 1895, en pleine révolution industrielle, Emile Verhaeren raconte qu'il aime le côté humain de l'usine, le savoir-faire mécanique et industriel. Mais il déteste aussi la pollution et le bruit que génèrent les usines qui le fascinent et le terrifient à la fois. Le poète est à la fois fasciné et effrayé. Il est impressionné par les technologies des hommes et effrayé par les usines polluantes. Il fait des métaphores : « mordent parfois le ciel, à coups d'abois et d'incendies ». Il compare l'usine à un animal féroce et sauvage. Il évoque les humains sans les citer directement, grâce à l'utilisation du pronom impersonnel « on » et du nom « les doigts ». Il exprime certes le savoir-faire du doigt humain, mais le « on » sert à montrer que les hommes sont réduits à l'état d'esclaves par les machines. Les hommes sont soumis aux machines. Ils sont à leur service, comme Charlie Chaplin dans Les Temps modernes qui joue le rôle d'un ouvrier soumis aux cadences infernales d'une chaîne de montage. Car le travail à la chaîne oblige les hommes à être au rythme des machines. Finalement, le savoir-faire humain est quasiment invisible. Le poète décrit les machines par l'ouïe : « les gares, folles de tintamarre ». Le vers : « de grands marteaux monumentaux » repose sur une rime interne qui reproduit le bruit des machines et sert à montrer la grandeur des machines. En effet, « grands » et « monumentaux » sont des adjectifs qualificatifs qui caractérisent l'immensité des machines. Il les décrit aussi par la vue, comme le prouvent les mots suivants : « ici, sous de grands toits où scintille le verre », « et plus lointains encor des toits d'autres usines ». La description est donc à la fois auditive et visuelle. Le poète utilise une énumération comme figure de style : « voici les docks, les ports, les ponts, les phares », ce qui suggère sa fascination pour la transformation de la ville industrielle qui se répand et s'étend partout.

Au cours de ce texte, le poète est en train de subir un changement industriel en remplacement du savoir-faire humain en perdition.

 

Année scolaire 2012-2013 – Collège Jules Vallès de Saint Leu d'Esserent

Niveau quatrième

Séance 2 : synthèse collective à partir des copies d'Anthony Saad, Maxime Girault, Tony Hulin, Andrea Hafez, Léa Jafeu, Elodie Becaert et Pauline Charbonnier

Support : Emile Verhaeren, « Les usines », « Les Villes tentaculaires », 1895.

Objectif : comprendre une vision poétique ambivalente sur la ville industrielle, entre fascination et répulsion

 

Dans Les Villes tentaculaires, recueil poétique écrit en 1895, en pleine révolution industrielle, Emile Verhaeren décrit sa fascination pour les usines qu'il trouve « formidables ». Ce terme laudatif permet de résumer son attitude face à ce qu'il observe et décrit. Il s'intéresse plus particulièrement aux industries textiles (« tissent des draps » « légers et fins comme des fibres », « fils ») et sidérurgiques (« la fonte », « le métal »). Il utilise ainsi une description visuelle, par les yeux, comme le prouvent les mots suivants : « s'illuminent », « scintille », « là-bas » , mais aussi une description auditive, grâce à l'ouïe : « bruits menus », « abois », « folles de tintamarre », ainsi que des rimes internes : « de grands marteaux monumentaux » qui reproduisent le bruit des marteaux et des machines. L'auteur emploie également des accumulations : « Voici les docks, les ponts, les phares et les gares » qui traduisent la fascination et l'admiration du poète pour ce qu'il voit, notamment l'architecture des bâtiments industriels. L'auteur fait aussi des métaphores : « des mâchoires d'acier mordent et fument », « mordent parfois le ciel, à coups d'abois et d'incendies », qui soulignent l'aspect menaçant et effrayant de l'usine, qui est comparée à une bête monstrueuse et féroce comme un dragon. Les usines apparaissent comme dangereuses.

Dans ce poème on remarque que l'être humain n'est mentionné que deux fois, de façon très discrète : « les doigts » et « on ». L'utilisation de ce pronom impersonnel donne l'impression que l'homme est rabaissé, invisible, moins important que les machines, et qu'il est même au service de la machine, comme Charlie Chaplin sur la chaîne de montage dans Les Temps Modernes. L'homme est à l'arrière-plan dans l'usine, face aux machines. Les êtres humains sont dès lors comme rabaissés ou dominés par les machines. C'est pourquoi Verhaeren décrit l'invisibilité des hommes face aux machines.

Alors que tout le monde à son époque trouve les machines sombres et polluantes, Verhaeren nous ouvre une nouvelle vision sur ce qui est notre création.

 

 

Année scolaire 2012-2013 – Collège Jules Vallès de Saint Leu d'Esserent

Niveau quatrième : poésie et modernité

Séance 3

Objectif : découvrir le poème en prose et comprendre la situation d'énonciation

Support : Charles Baudelaire, « Les yeux des pauvres », Le Spleen de Paris, 1869.

Synthèse collective élaborée à partir des travaux de Jade, Angélique, Margaux, Solenn, Célia, Rémy, Bastien, Gabriel, Wesley, Quentin et Lucas.

 

Ce texte écrit en 1869 par Charles Baudelaire dans son recueil intitulé Le Spleen de Paris est un poème en prose. On peut l'affirmer car, même s'il n'y a pas de vers mais des paragraphes, il y a des rimes à travers tout un jeu de répétitions sonores : « neuf », le son « é » répété avec des mots qui riment, « mythologie » rime avec « goinfrerie », « yeux » avec « honteux », « amphore » avec « bicolore » et « carafe » avec « soif », « cochère » avec « ouvert », « blancheur » avec « splendeur » et « ardeur ». Le texte est saturé de rimes. De plus, l'auteur emploie un registre soutenu : « imperméabilité féminine », « splendeurs inachevées », « amphores à bavaroises », « obélisques bicolores des glaces panachées » et des figures de style comme la métaphore ou l'énumération. Enfin l'utilisation du passé simple (« vous voulûtes ») à la deuxième personne du pluriel prouve qu'il s'agit bien d'un texte poétique.

Par ailleurs, ce texte est à la fois une description (celle du café) et un portrait (des personnages). C'est pourquoi le poète utilise l'imparfait de l'indicatif quand il décrit le décor et les personnages : « déployait », « éclairait », « remplissait ». Le poète écrit ce texte pour expliquer à sa compagne pourquoi il est passé de l'amour à la haine, comme le prouve cette phrase au présent d'énonciation : « Je vous hais aujourd'hui ». Dans ce texte, il y a cinq personnages : la dame, que le narrateur considère comme sa moitié (« Nous nous étions bien promis que toutes nos pensées nous seraient communes à l'un et à l'autre, et que nos deux âmes désormais n'en feraient plus qu'une » (lignes 5-6)) ; deux enfants, leur père et l'auteur-narrateur. La scène se passe dans un café luxueux : « un café neuf qui formait le coin d'un boulevard neuf ». Le café où ils dînent est merveilleux mais tapageur, vulgaire et provoquant, comme le prouve l'utilisation des mots suivants dans l'énumération : « blancheur », « ors », « dorures », « éblouissantes », « aveuglants ». Le point de vue du poète sur le café est donc négatif. Il est résumé par le mot qui clôture la longue énumération de la troisième strophe : « goinfrerie ». Dans son texte, l'écrivain utilise des métaphores : « habités par le Caprice et inspiré par la Lune » et une énumération, notamment dans la troisième strophe : « aveuglants de blancheur […] les Hébés et les Ganymèdes ».

Le narrateur déteste la dame désormais (« vous voulez savoir pourquoi je vous hais aujourd'hui ») car celle-ci se moque des pauvres qui la regardent à l'extérieur du café. Elle veut qu'ils partent : «ces gens-là me sont insupportables […] de les éloigner d'ici ? ». Le narrateur au contraire éprouve de la pitié et de la compassion pour ces gens trop pauvres pour entrer dans le café : « j'étais attendri par cette famille d'yeux […] nos verres et nos carafes plus grandes que notre soif ». La pitié et la compassion que le poète ressent à l'égard de la famille pauvre est créée par la variation des points de vue qu'il met en place dans son texte en plongeant dans les regards de chacun. Il change de points de vue en épousant le regard du père, de l'aîné et du cadet : en effet, il se met dans la tête du père (« Que c'est beau ! Que c'est beau ! On dirait que tout l'or du pauvre monde est venu se porter sur ces murs. ») puis dans celle de l'aîné (« Que c'est beau ! Que c'est beau ! Mais c'est une maison où peuvent seuls... ») et, enfin, dans celle du cadet, trop fragile et trop petit pour pouvoir exprimer sa fascination avec des mots : « ils étaient trop fascinés pour exprimer autre chose qu'une joie stupide et profonde. » C'est en passant du regard d'un personnage à l'autre que le poète gagne en compassion. La pitié que ressent le narrateur pour la famille de pauvres transparaît à travers le portrait qu'il dresse de chacun d'eux : « brave homme », « visage fatigué », « à la barbe grisonnante », « tous en guenilles », « un petit être humain trop faible ». Le poète oppose ainsi le luxe démesuré du café à la noirceur misérable de la famille. Le poète change d'avis à propos du café où il mange quand il lit dans les regards du père et ses deux fils. Il dénonce ainsi l'illusion de l'amour romantique et l'inégalité scandaleuse entre les riches qui se goinfrent dans le luxe et les misérables qui ont à peine de quoi manger. Il critique ainsi l'injustice et l'indifférence qui existent entre les pauvres et les riches et montre que la pauvreté n'interdit pas l'amour.

Au début, l'écrivain pense l'amour fusionnel possible, mais à la fin il est très déçu. Il considérait en effet sa compagne comme sa moitié (« nous nous étions bien promis que toutes nos pensées seraient communes à l'un et à l'autre, et que nos deux âmes ne feraient plus qu'une »), mais finit par comprendre que l'amour fusionnel n'existe pas, car ils ne partagent pas les mêmes pensées et les mêmes sentiments face au spectacle de la pauvreté : « tant il est difficile de s'entendre, mon cher ange, et tant la pensée est incommunicable, même entre gens qui s'aiment. » Cette révélation finale sur l'illusion de l'amour fusionnel et romantique est écrite au présent de vérité générale. Ce qui est donc intéressant dans ce poème en prose est l'évolution des sentiments du poète à travers le jeu des regards, et la dénonciation des discriminations entre les riches et les pauvres.

 

Année scolaire 2012-2013 – Collège Jules Vallès de Saint Leu d'Esserent

Niveau quatrième : poésie et modernité

Séance 3 Objectif : découvrir le poème en prose et comprendre la situation d'énonciation

Support : Charles Baudelaire, « Les yeux des pauvres », Le Spleen de Paris, 1869.

Synthèse collective élaborée à partir des travaux de Léa Jafeu et Jeremy

 

Ce texte est un poème en prose. Dans ce poème en prose l'auteur utilise en effet des rimes : le soir/asseoir, fatiguée/café, vous/vous, yeux/honteux, ouverts/cochères, chaussée/était/planté/années, ardeur/blancheur/splendeur, mythologie/goinfrerie, aveuglants/éblouissants. Par ailleurs Baudelaire emploie un vocabulaire recherché : « glorieusement », « imperméabilité », « obélisques bicolores », « gravois ». Le passé simple à la deuxième personne du pluriel prouve également que le langage ici est recherché et ciselé : « vous voulûtes ». De plus, l'auteur déploie une énumération ou accumulation dans la troisième strophe pour décrire l'opulence et l'abondance du luxueux café qui sert de lieu de décor dans ce texte.

L'auteur écrit à sa compagne. Il veut lui expliquer la raison de sa haine. C'est pourquoi il utilise le présent d'énonciation (« je vous hais aujourd'hui ») avant de passer à l'imparfait de l'indicatif et au passé simple afin de procéder à un flash-back, afin de remémorer l'événement qui est à l'origine de ses sentiments.

Dans ce poème en prose, l'auteur fait une double description : celle du café et celle d'une famille pauvre. Le poète dresse ainsi le portrait de la famille pauvre : « tous en guenilles » (qui est une phrase non verbale), « un brave homme » (le mot « brave » prouve la compassion du poète), « au visage fatigué », « la barbe grisonnante ». Tous ces groupes nominaux permettent d'esquisser à grands traits le portrait du père et montrent qu'il travaille beaucoup, qu'il est fatigué par la dureté de son travail : c'est pourquoi il paraît plus vieux qu'il ne l'est en réalité. Les mots employés pour désigner les enfants traduisent également de la pitié : « un petit garçon », « un petit être trop faible pour marcher ». Le poète, face à cette « famille d'yeux », éprouve même un sentiment de culpabilité : « je me sentais un peu honteux de nos verres et de nos carafes plus grands que notre soif. » Baudelaire crée une opposition brutale entre le dehors des misérables et le dedans luxueux.

L'auteur a utilisé une variation de points de vue ; en effet, il se met successivement dans la peau des différents personnages à l'extérieur et à l'intérieur du café. Tout d'abord, il donne son propre point de vue, lorsqu'il décrit le café avec la longue énumération critique, se terminant par un mot : « goinfrerie », ce terme résumant à lui seul ce qu'il pense réellement du café et de son luxe tapageur. Puis il épouse le regard du père et de ses deux fils, avant d'adopter le point de vue de sa compagne, qui, elle, exprime de la haine et du dégoût pour la famille pauvre.

Ainsi ce poème en prose, bâti sur une variation subtile de points de vue, un portrait et une description, permet à son auteur de développer une double critique : tout d'abord, la dénonciation des inégalités scandaleuses entre les riches et les pauvres ; ensuite, la remise en cause de l'illusion romantique de l'amour fusionnel. Au début de sa relation en effet, Baudelaire pensait qu'avec sa femme leurs deux âmes ne feraient plus qu'une, et qu'ils communiqueraient par le cœur et la pensée dans une étroite communion. C'est le mythe romantique de l'amour fusionnel. Mais la rencontre des visages des pauvres a brutalement mis fin à cette illusion chez le poète. Alors qu'il épouse avec pitié et compassion les regards de la famille pauvre, il cherche vainement dans les yeux de sa compagne la même pitié. D'où l'utilisation du présent de vérité générale à la fin du texte, par lequel le poète se fait penseur et exprime son propre point de vue qu'il pense vrai : « Tant il est difficile de s’entendre, mon cher ange, et tant la pensée est incommunicable, même entre gens qui s’aiment ! » Pour conclure, on peut trouver ce texte intéressant, car il s'agit d'une forme originale et moderne de poème (le poème en prose), mais aussi parce l'auteur parvient à éprouver de la compassion et de la pitié dans le regard des gens pauvres qui l'admirent. Il démonte ainsi le vieux mythe de l'amour fusionnel tout en dénonçant de façon subtile les inégalités injustes entre les riches cruels et égoïstes et les pauvres.

 

 

 

Année scolaire 2012-2013 – Collège Jules Vallès de Saint Leu d'Esserent

Niveau quatrième – séquence 1 : poésie et modernité

Séance 4

Support : « Ma Bohème » d'Arthur Rimbaud

Objectifs : découvrir le sonnet, la poésie lyrique et comprendre que la poésie est une fugue vers un monde inconnu Synthèse collective élaborée à partir des travaux de Jeanne Garnier, Léa Jafeu, Elodie Bécaërt et Léa Massines

 

Dans le poème d'Arthur Rimbaud, l'auteur utilise des rimes embrassées comme : « crevées/rêvées », « idéal/féal », « trou/frou », « course/Ourse » ; et des rimes suivies : « routes/gouttes », et « fantastiques/élastiques ». Ce poème est un sonnet car il est composé entièrement en alexandrins (vers de douze syllabes) organisés en deux quatrains (les deux premières strophes comportent chacune quatre vers) et deux tercets (les deux dernières strophes possèdent chacune trois vers). Les alexandrins sont séparés en deux hémistiches par une césure. Mais certains vers ont leur césure à l'intérieur du premier hémistiche, ce qui crée un bouleversement du rythme : « Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées ». Dès ce premier vers en effet Rimbaud bouleverse les règles traditionnelles de la poésie car la césure se trouve dans le premier hémistiche. Le poète insiste sur son activité : « Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course-poursuite Des rimes » Ici aussi, il y a un bouleversement car il termine sa phrase au début du vers suivant, ce qui s'appelle un rejet lui permettant d'insister sur le mot « rimes » qui constitue sa principale activité au cours de son errance. Car pour l'écrivain, le poème est un signe de liberté, une porte ouverte vers l'inconnu, une errance vers un monde nouveau et un refuge solitaire.

Dans ce poème, l'auteur raconte sa fugue. Il emploie l'imparfait de l'indicatif, qui est ici un imparfait de description et de répétition : « Je m'en allais », « j'allais », « devenait », « j'égrenais ». Il fugue la société et les règles de la poésie pour être libre. Rimbaud veut la liberté totale. Dans sa fuite, il écrit des poèmes : « j'égrenais dans ma course/Des rimes », « rimant au milieu des ombres fantastiques ». Aucun mot ou expression dans ce poème n'indique la destination de sa fuite. Il erre : « assis au bord des routes », « les bons soirs de septembre », « mon auberge était à la Grande Ourse ». Rimbaud se perd dans la poésie. C'est un échappatoire.

Dans ce poème, l'auteur dresse un portrait de lui-même. « Petit-Poucet rêveur » : dans cette phrase, Rimbaud se compare à un Petit-Poucet errant, seul mais libre. L'écrivain se dit aussi semblable à un Orphée jouant de la lyre avec les élastiques de ses souliers. C'est une métaphore comique, car on sait qu'Orphée était beau, alors que l'adolescent ressemble désormais à un bohémien, comme le prouvent les phrases : « les poings dans mes poches crevées », « mon unique culotte avait un large trou. » Dans son autoportrait, le poète utilise l'autodérision car il trouve amusant de se décrire comme un clochard sale et sans-abri : « Mon auberge était à la Grande-Ourse. » L'auteur se sert du lyrisme pour exprimer ses sentiments à travers des phrases exclamatives telles que : « Que d'amours splendides j'ai rêvées ! », de façon à prouver sa joie et ses rêves d'amour : « mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou. » Ce texte nous montre que parfois, il vaut mieux être errant, pauvre mais libre que riche mais esclave de la société.

 

Année scolaire 2012-2013 – Collège Jules Vallès de Saint Leu d'Esserent

Niveau quatrième Séquence 1 : poésie et modernité

Séance 5

Support : Arthur Rimbaud, « Ma Bohème », 1870.

Objectifs : découvrir le sonnet, connaître le lyrisme, repérer l'autoportrait et l'autodérision, comprendre que la poésie est elle-même une fugue vers un monde inconnu.

Synthèse collective réalisée à partir des travaux de Jade, Morgane, Shayan, Rémy, Margaux, Clémence et Maximilien.

 

Ce texte est un poème parce qu'il est composé de strophes et de vers. Il est constitué de deux quatrains et de deux tercets. Il est entièrement écrit en alexandrins. Un alexandrin est un vers de douze syllabes avec deux hémistiches. Ce poème est donc un sonnet. Ce poème évoque et décrit la fugue d'un adolescent en révolte contre la société. Dans ce poème, l'auteur évoque plus particulièrement son adolescence précoce faisant écho à une enfance difficile, à cause notamment de sa mère et de ses sœurs qui ne lui laissaient plus d'espace de liberté pour que son intelligence puisse s'épanouir. C'est ainsi que, marqué par l'enfance, le poète évoque les fugues : « je m'en allais ». Peu importe la destination. Seule l'errance compte. Le poète s'appelle Arthur Rimbaud. Il a seize ans et il veut être libre. Il est le symbole même de l'adolescence.Il a provoqué une révolution poétique en coupant les alexandrins au milieu du premier hémistiche. Arthur Rimbaud fait preuve d'autodérision : « Mon unique culotte avait un large trou. ». Il se moque de lui-même. Il dresse un autoportrait en se décrivant comme un nomade ou comme un bohémien, d'où le titre du poème : « Ma bohème ». Il dort à la belle étoile : « Mon auberge était à la Grande Ourse. » Et il ressemble à un clochard pour son plus grand plaisir : « Je m'en allais les poings dans mes poches crevées ». Il l'assume totalement et il est heureux : « J'allais sous le ciel, Muse, et j'étais ton féal. » Il utilise des comparaisons pour se décrire. Il se compare notamment au Petit Poucet : « Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course des rimes ». Ce personnage du conte de Perrault et lui ont en commun la solitude, ils sont pauvres tous les deux dans leur errance, ils partent seuls dans le monde. Mais Rimbaud, à la différence du Petit-Poucet, a choisi d'être pauvre. Il passe sont temps à composer des poèmes : « un pied contre mon cœur », le pied faisant ici référence à la marche lors de la fugue, mais également au vers, car le pied est l'élément de base rythmique du vers en latin. Arthur Rimbaud est ainsi un adolescent à l'état pur. Il veut tout essayer et tout pousser à l'extrême : « Oh ! Là là, que d'amours splendides j'ai rêvées ! » ; « comme des lyres, je tirais les élastiques de mes souliers blessés », « je les écoutais, assis au bord des routes » : ce poème est lyrique car l'auteur parle d'amour. Arthur Rimbaud compare les femmes aux étoiles : « Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou ». Il féminise l'univers, remplissant le cosmos de ses fantasmes d'adolescent. Dans ce poème, dans lequel il exprime un sentiment amoureux, il y met tout son cœur. Ainsi la fugue lui permet d'aller jusqu'au bout de ses limites. La poésie lui permet d'exprimer ses sentiments. La poésie est elle-même une fugue car il ne veut pas respecter les lois de la poésie traditionnelle. Il est d'ailleurs le symbole même de la révolution poétique. Et pour lui, écrire des poèmes permet de s'évader et d'être libre. Cette poésie est une fugue qui lui permet d'être libre.

 

 

Année scolaire 2012-2013 – Collège Jules Vallès de Saint Leu d'Esserent

Niveau quatrième – séquence 1 : poésie et modernité

Séance 5

Support : Charles Baudelaire, « Bohémiens en voyage », in « Spleen et idéal », Les Fleurs du Mal, 1857.

Synthèse collective réalisée à partir des travaux d'Anthony Mailfert, Jahden Dian, Anthony Saad, Jeremy Caron Labalette, Léa Duriez, Marion Borius, Anthony Alleau, Thomas Cartier, Marie-Claire Margain et Pauline Charbonnier Objectif : reconnaître le sonnet, comprendre que le bohémien est le modèle ou le double du poète, capable de révéler la nature mais maudit par les hommes

 

Ce poème est constitué de deux quatrains et de deux tercets écrits en alexandrins. Il y a des rimes embrassées (« ardentes, petits, appétits, pendantes ») et des rimes suivies dans le premier tercet : « grillon, chanson ». C'est donc un sonnet.

Dans les deux premiers quatrains, l'auteur met en scène les bohémiens. Ce sont des nomades, des voyageurs toujours errants, comme le prouve cette phrase : « hier s'est mise en route ». Ce vers exprime ce qu'ils vivent au quotidien. L'auteur fait une allitération en « r » dans les deux premiers vers pour reproduire le son des roues et des charrettes : « tribu », « prophétique », « ardentes », « hier », « route », « emportant ». Le poète envoie une vision négative des bohémiens en montrant les femmes comme des animaux affamés : « mamelles pendantes », prouvant leur malnutrition, et représentant les enfants comme des bêtes sauvages : « fiers appétits ». En effet, l'adjectif qualificatif « fiers » vient du latin ferus qui signifie féroce, sauvage. Il parle aussi des hommes armés paressant dangereux et menaçants, car ils sont armés, afin de veiller à la sécurité de leurs familles. En effet, ces voyageurs sont sans cesse en fuite, car ils sont marginalisés par la société. Ils sont maudits et bannis du reste du monde. La société ne veut pas d'eux.

Dans les deux tercets, l'écrivain renvoie une pensée positive et magique des bohémiens en montrant qu'ils sont proches de la nature, notamment grâce à une allitération en « f » qui reproduit le son de l'eau et du vent : « fait couler le rocher et fleurir le désert ». Cette musique de la nature accompagne les bohémiens dans leur errance perpétuelle. La tribu est aimée par Cybèle, la déesse de la nature féconde, car la faune et la flore sont belles et merveilleuses avec les bohémiens : « le grillon,/Les regardant passer, redouble sa chanson ; / Cybèle, qui les aime, augmente ses verdures ». La nature reconnaît chez les bohémiens des êtres divins qui entretiennent avec la nature une relation intime et fusionnelle. C'est pourquoi la nature est généreuse et protectrice envers eux. Elle joue son rôle de mère-nature. Les bohémiens sont en harmonie avec la nature.

Pour désigner les bohémiens, le poète utilise une périphrase : « la tribu prophétique aux prunelles ardentes ». Cette figure de style ici permet d'insister sur le fait que tous les bohémiens sont voyants ou clairvoyants, qu'ils peuvent voir dans l'avenir, et que nous avons peur de leurs visions de l'avenir. Le dernier vers (« l'empire familier des ténèbres futures ») fait écho au premier. Dans ce texte, le bohémien est en réalité le symbole du poète, car ils sont tous les deux en train de fuir la société. Ils sont rejetés par le monde car on considère qu'ils n'exercent pas de véritables métiers lucratifs. Ils se sentent étrangers au monde et différents de la société moderne qui considère que l'argent est la valeur suprême. Les bohémiens sont à la fois seuls et solidaires comme les poètes. Et ils ont tous les deux le pouvoir surnaturel qui consiste à voir l'essence des choses. Pour Baudelaire, le poète est un visionnaire capable d'aller au fond des choses, d'accéder à la profondeur de l'être, à ce qu'il appelle « la surnature. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article