L'Odyssée d'Homère

Publié le

ULYSSE ET LES FEMMES DANS L'ODYSSEE D'HOMERE, ENTRE EXCLUSION ET HOSPITALITE PREPARATION DE LA COMEDIE MUSICALE


INTRODUCTION : Mercredi 08 décembre 2010 Objectif : comprendre ce qu'est un dieu grec


Chez les Grecs, un dieu est en réalité une force mystérieuse que l'on ne contrôle pas. Un dieu est une puissance énigmatique, que nous ne maîtrisons pas, et à laquelle nous n'avons aucune explication scientifique possible :

- Gaïa est la déesse de la Terre : la Terre est la seule planète que nous connaissons qui offre la vie. Elle est donc divine pour les Grecs. 

- Chronos est le dieu du temps (les heures et les minutes)

- Ouranos est le dieu du ciel (le père de Chronos)

- Eole est le dieu du vent.

- Hermès est le dieu des messagers, des voleurs et des commerçants.

- Poséidon est le dieu de la mer.

 - Hélios est le dieu du soleil.

 -Hadès est le dieu des morts.

-  Apollon est le dieu de l'art et de la beauté.

-  Zeus est le roi des dieux, et le dieu de l'orage.

-  Athéna est la déesse de la guerre, de la stratégie et de la ruse.

 

 

 

Séance 1 : Lundi 13 décembre 2010

Support : L'Odyssée d'Homère

Objectif : reconnaître les éléments du merveilleux et comprendre qu'Ulysse est courageux et solidaire


Dans ce texte, on trouve beaucoup de merveilleux :

- la magie de Circé : cette femme est une sorcière divine

- la métamorphose des camarades en cochons

- Circé fait des formules magiques et dispose d'une baguette magique

- les drogues de Circé sont magiques

 

  Hermès donne une plante magique à Ulysse pour résister au sort maléfique de Circé. Ulysse est prêt à donner sa vie, à se sacrifier, pour sauver ses compagnons prisonniers de la sorcière Circé. Il prend des risques car lui aussi risque d'être métamorphosé, bien qu'il soit aidé par Hermès. Ulysse est contraint, pour rester fidèle à sa femme, de coucher avec Circé. Car il a besoin de ses camarades pour pouvoir retourner à Ithaque.

La morale de ce texte pourrait être que l'être humain doit apprendre à ne pas se comporter comme un simple animal ou un cochon.

 

 

 

Séance 2

Support : L'Odyssée d'Homère

Objectif : comprendre la nostalgie, la tonalité lyrique. Comprendre qu'Ulysse accepte sa condition humaine en refusant l'immortalité proposée par Calypso

 

Synthèse individuelle d'Amaryne :

 

L'amour de Calypso pour Ulysse est intense. Mais comme le dit "le dieu éblouissant" (Hermès), le dessein d'Ulysse est tel : il devra être libéré.

"Ayant parlé, le dieu éblouissant partit et la royale nymphe alla retrouver Ulysse [...] pour obéir à l'injonction de Zeus", "je veux bien te donner..."

"Le dieu éblouissant" est une périphrase. Elle désigne Hermès, le messager des dieux (et le dieu des messagers), qui apporte l'injonction de Zeus. Une périphrase est généralement composée d'un complément du nom et d'un nom qui sert à donner comme un surnom aux personnages concernés.

Calypso essaie de retenir Ulysse. En faisant cela, elle prouve son affection et son amour. Elle fait un discours argumentatif pour lui prouver son envie qu'il reste. Calypso promet son royaume à Ulysse : "tu garderais avec moi ces demeures".

Elle lui promet aussi l'immortalité : "tu serais immortel", et surtout, elle le prévient du danger : "cretes, si tu pouvais imaginer tous les soucis que le sort te prodiguera jusqu'au jour du retour."

 

La fidélité d'Ulysse est éprouvée dans ce texte : il refuse l'immortalité. Il préfère mourir, souffrir ou encore vieillirplutôt que de vivre éternellement avec une nymphe ardente et parfois orgueilleuse. En somme, il préfère exister. Car être humain, c'est aussi accepter de mourir. Ulysse éprouve de la nostalgie pour Ithaque, sa femme, son fils, sa vie : "ses larmes n'avaient pas séché, et toute la douceur de la vie s'écoulait avec ses larmes ; la nymphe ne lui plaisait plus. Il n'en passait pas moins les nuits, mais par devoir, dans la grotte profonde...Elle ardente et lui sans ardeur."

Dans ce court texte on peut aussi dire qu'il est humain. Car il pleure, il éprouve des sentiments, bref c'est un homme. Ulysse est l'exemple parfait de l'homme fidèle, car il préfère mourir et revoir sa femme en souffrant pour elle, que de rester à vie, dans un immense royaume et devenir en quelque sorte un dieu.

Dans ce texte, une tonalité lyrique est ressentie par le lecteur : beaucoup de sentiments personnels, de l'amour, mais surtout de la nostalgie.

 

Synthèse individuelle de Floriane :

 

Calypso, la nymphe, est amoureuse d'Ulysse, mais elle doit le libérer car Zeus a ordonné à Hermès, "le dieu éblouissant", de libérer Ulysse car c'est son destin et son dessein. Mais Calypso éprouve de l'affection, voire de l'amour envers Ulysse. Pour le convaincre de rester, elle lui promet son royaume, l'immortalité et le met en garde face au danger :

"certes si tu pouvais...tous les soucis que le sort...tu serais immortel...je ne crois pas être moche..."

Ulysse préfère sa femme à la belle Calypso car l'amour triomphe toujours. Il préfère vieillir, souffrir et mourir que de passer l'éternité sans Pénélope : "toute la douceur de sa vie s'écoulait avec ses larmes" ; "il pleurait en regardant la mer."

Ulyssee est l'exemple parfait de l'homme fidèle. De plus, il n'a pas peur de mourir et préfère rester humain et accepte de mourir quand il en sera temps et de pouvoir exister vraiment. Il ressent de la nostalgie quand il pense à sa femme Pénélope et à son fils, le prince Télémaque.

Ulysse part donc retrouver son amour perdu. Ulysse n'est pas un héros comme les autres, car tous les autres sont des guerriers impitoyables qui ne pleurent pas, surtout pour une femme, même si tous les héros possèdent un point faible (le talon d'Achille).

 

 

 

Préparation de la scène entre Nausicaa et son père Alcinoos, roi des Phéaciens :

 


LES THESES : les idées de Nausicaa pour défendre l'hospitalité, pour accueillir Ulysse :


- l'hospitalité est une obligation

- si on n'accepte pas l'étranger, on est un monstre

- on n'a pas le droit d'abandonner quelqu'un qui est dans le dénuement

- on doit faire quelque chose pour l'aider sinon il risque de mourir

- il vient de loin, c'est un naufragé, c'est un immigré et à ce titre nous devons lui apporter les soins nécessaires

- si on ne lui vient pas en aide, c'est comme si on le tuait.

- si on ne l'accueille pas, les dieux seront en colère et se vengeront. (légende de Philémon et Baucis, récit de la Genèse)

 

LES ANTITHESES : les idées d'Alcinoos contre l'accueil d'Ulysse :


- on ne sait pas qui il est : c'est un inconnu; c'est peut-être un meurtrier ou un voleur.

- si on l'accueille lui, d'autres vont venir, attirés par nos richesses.

- on risque d'être envahis par des immigrés qui vont se comporter comme des parasites.

- il n'est pas comme nous, il n'est pas civilisé, c'est un barbare.

- tu t'es laissé apitoyer par un inconnu qui t'a séduite.

 

 

 

Séance 4 : Mercredi 05 janvier 2011

Support : La Bible

Objectif : Comprendre l'hospitalité et reconnaître qu'Ulysse est une sorte d'immigré qui demande l'hospitalité.

 

La Bible nous montre bien qu'il faut être gentil avec les étrangers et les immigrés en leur offrant l'hospitalité. C'est la charité. En effet, dans la Genèse (Ancien Testament) Abraham offre l'hospitalité à trois étrangers qui sont en réalité Dieu incarné. On pourrait dire que c'est un test, une épreuve, que Dieu fait subir à Abraham et à sa femme pour voir s'ils obéissent à Lui. Abraham ne sait pas que ces étrangers sont Dieu. Mais il s'empresse de leur offrir l'hospitalité : « à leur vue, il courut de l'entrée de la tente à leur rencontre » ; « se prosterna ». A la fin, Dieu accorde un enfant à Sarah pour récompenser leur hospitalité. Dans ce texte, on peut faire un rapprochement avec l'Odyssée d'Homère. Car Ulysse demande souvent l'hospitalité. Ulysse a demandé l'hospitalité à Nausicaa, Circé et Calypso et le porcher Eumé qui l'ont accueilli. En revanche, Charybde, Sylla, le Cyclope, les Lestrygons, les Lotophages et les prétendants refusent l'hospitalité. Selon la Bible et les Grecs, il faut accueillir les étrangers car ce sont des êtres humains et derrière chaque être humain, il y a Dieu. Si on n'accueille pas les étrangers, on est un monstre pour les Grecs.

 

Support 2 : « Philémon et Baucis », Les Métamorphoses d'Ovide

Objectif : comparer les textes mythologiques et bibliques sur l'hospitalité

 

Dans ce texte, on trouve des ressemblances avec le texte de la Genèse (Ancien Testament, première partie de la Bible) :   - dans les deux cas, les souhaits des humains sont réalisés, car ils sont croyants et ils sont récompensés pour leur hospitalité.

 - Sarah, Abraham, Philémon et Baucis sont pauvres : « c'est la cabane la plus petite, la plus pauvre », « modeste maison », « un vieux tapis », « un tesson de bouteille sous le pied trop court ».

 -  Les dieux descendent sur la Terre : ici, Jupiter et Mercure se transforment en mendiants.

 -  À chaque fois, ceux qui accueillent sont des vieillards.

  - Dans les deux textes, ça se termine par une nouvelle vie : dans la Genèse, la naissance d'Isaac est annoncée. Dans ce texte, Philémon et Baucis connaissent une nouvelle vie, métamorphosés en arbres. Dans la Genèse, Abraham et Sarah n'ont rien demandé à Dieu, alors que Philémon et Baucis ont formulé des vœux. Ainsi, on a l'impression qu'Abraham et Sarah sont encore plus hospitaliers, car ils n'ont rien demandé. De plus, dans « Philémon et Baucis », les dieux se vengent, ce qui n'est pas le cas dans la Genèse. Enfin, Philémon et Baucis n'ont pas d'enfant. Ils renaissent sous une autre forme, mais rien de nouveau n'apparaît réellement. Alors que dans la Bible, une famille est née.

 

 

 

Les défauts d'Ulysse : préparation du jugement des dieux :

 

  - orgueilleux, hérétique, il se croit supérieur aux dieux

  - meurtrier, criminel, cruel

  - a crevé l'œil du fils de Poséidon

  -  ruse au service de la cruauté

  - infidèle car il couche avec toutes les femmes qu'il rencontre (Circé, Calypso)

  - il se sert de Nausicaa

  -égoïste

-  impiété : Ulysse au début est impie : il ne respecte pas les dieux, les sacrifices, les rites

  - parasite la caverne de Polyphème et fait preuve d'imprudence

Commenter cet article