4e La presse et le journalisme : écrire un journal

Publié le

SEQUENCE 6 : ECRIRE UN JOURNAL

 

 

Séance 1 : transition : mercredi 14 mars 2012

Support : extrait de Candide ou de l'optimisme de Voltaire (1759)

Objectifs : découvrir la litote, la structure emphatique, l'onomastique et comprendre l'ironie du texte ; se sensibiliser à la question de l'esclavage pour pouvoir écrire un article sur l'esclavage moderne

 

Dans ce texte, Voltaire critique et dénonce l'esclavage. En effet, l'esclavage est mauvais car il enlève à celui qui le subit : - la possibilité d'agir : l'esclave est allongé par terre, passif, dans l'incapacité d'agir.

- des membres de son corps ;

- sa liberté : il devient un objet de marchandage : « j'attends mon maître, M. Vanderdendur » . Il est commerçant. Le champ lexical du commerce est très développé dans le texte : « fameux négociant. » Voltaire décrit et explique l'esclavage avec des touches d'ironie. En effet, « Vanderdendur » est un nom qui révèle le caractère cruel du personnage, que souligne ironiquement l'adjectif qualificatif « fameux ». D'autres mots appartiennent au champ lexical du commerce : « vendit », « dix écus patagons », « c'est l'usage », « prix ».

- Sa dignité, son honneur, sa religion : on l'a converti de force en lui faisant croire qu'il était le frère ou le cousin d'un Blanc tout en le traitant comme un esclave. Le champ lexical de la religion occupe une place particulière : « fétiches », « Adam », « prêcheur », « convertit ». Ses parents, sa famille, sa patrie, sa culture.

L'esclavage est en somme une aliénation totale de l'individu. Les nobles et grands bourgeois européens sont responsables de l'aliénation économique, tandis que le clergé est la cause de l'aliénation mentale. Voltaire utilise toutes les ressources de l'ironie pour dénoncer cette condition.

 

 

Séance 2 : mardi 27 mars 2012

Supports : les Unes du 27/03/2012

Objectifs : analyser les Unes et comprendre le rôle du journaliste

 

Un article est écrit par un journaliste. Donc il exprime nécessairement, même involontairement, son point de vue. Son point de vue peut être celui de toute la communauté. Dès lors, l'actualité varie en réalité selon le journaliste. Le journaliste exprime déjà sa vision du monde dans la sélection des informations qu'il met en avant. Il n'y a pas que les idées personnelles ou les valeurs qui influencent le journaliste dans la sélection de ses informations. Il y a aussi le goût de la gloire, du scandale, la volonté de faire de l'argent (sexe et violence) dans le cas de la presse à scandale. 

 

 

Année scolaire 2011-2012 – Collège Jules Vallès de Saint Leu d'Esserent

Niveau quatrième – séquence sur la presse

Séance 3

Objectifs : comprendre que le rôle du journaliste ne se limite pas à la transmission de l'information. Il est aussi là pour créer des débats sur les phénomènes de société. Écrire un article de journal sur le rôle positif et/ou négatif des jeux vidéos

 

Dans cet article, le journaliste ne raconte pas vraiment un événement. Il raconte qu'un événement ne s'est pas produit, mais a provoqué des réactions dans tout le pays, et suscité de nombreux débats dans la société. Le journalisme est donc indissociable du débat démocratique.

 

Voici quelques idées qui ont été discutées en classe. A vous de les expliquer, de les développer. Ne vous contentez pas de les recopier. Il peut y avoir d'autres idées. Dans tous les cas, il faut à chaque fois utiliser des exemples précis.

 

Le pour :

 

- les jeux vidéos permettent aux enfants de se défouler, de s'évader, de travailler l'imagination, de mobiliser les capacités intellectuelles pour résoudre un problème ou élaborer une stratégie.

- C'est de l'art, au même titre que le cinéma, la littérature, le théâtre.

- Ils permettent de vivre ce qu'Aristote appelle la catharsis dans la Poétique.

- Les jeux vidéos ne sont pas plus violents que les programmes télé ou que les actualités.

- Le problème n'est pas les jeux vidéos, mais la facilité d'accès aux armes à feu.

- Les parents sont les premiers responsables : à eux de bien choisir les jeux vidéos.

 

Le contre :

 

- les jeux vidéos violents enferment l'adolescent dans un univers brutal ;

- à force de jouer à ces jeux, l'adolescent ne fait plus la différence entre le réel et le virtuel ;

- les jeux vidéos violents favorisent le développement de l'agressivité, de la violence ;

- ces jeux n'aident pas l'adolescent à construire sa personnalité ;

- de nombreux psychopathes ou adolescents dépressifs finissent par tuer à force de jouer à ces jeux violents.

 

 

Séance 4 : mercredi 11 avril 2012

Support : article du Monde du 09 décembre 2006

Objectif : apprendre à écrire un texte argumentatif avec des thèses et des antithèses

 

Tout d'abord, je pense que les jeux vidéos peuvent être dangereux pour les adolescents. En effet, rester sur les jeux vidéos à long terme provoque une certaine dépendance. C'est comme une drogue. Et c'est surtout dangereux pendant le développement intellectuel et psychologique de l'enfant et de l'adolescent. Des témoignages prouvent qu'un grand nombre d'adolescents ne sait plus s'arrêter, ce qui provoque des pertes de sommeil et de concentration. Les psychologues montrent qu'ainsi, les adolescents perdent le contact avec les autres. On constate ce phénomène chez certains adultes en crise d'identité.

On observe de plus qu'en jouant aux jeux, on ne fait plus d'activité physique. On n'est plus attiré par le sport. On passe son temps à manger des aliments gras et sucrés, ce qui favorise l'obésité.

Enfin, l'adolescent, en s'identifiant aux personnages virtuels, ne sait plus faire la différence entre le réel et le virtuel. Aux États-Unis et en Allemagne, de nombreux exemples prouvent que cette addiction aux jeux peut susciter la folie, la démence, ou le meurtre.

 

Néanmoins, les jeux vidéos ne sont pas que négatifs. Ils peuvent être positifs. Tout dépend de ceux qui l'utilisent, et de ce à quoi on joue.

En effet, il faut nuancer les critiques faites à l'encontre des jeux vidéos. Ceux-ci ne provoquent pas toujours l'obésité : certains ont remplacé les drogues, le tabac, les aliments gras et sucrés, par les jeux vidéos. Ne vaut-il pas mieux se détendre en jouant plutôt qu'en fumant ou en grignotant ? Le joueur peut s'amuser à imaginer, faire travailler sa créativité. Donc les jeux vidéos ne poussent pas à la destruction, mais invitent à la création.

Ils entraînent à la rapidité, à la réflexion. Ils améliorent ainsi les capacités visuelles. Call of Duty est un jeu qui parle de la guerre. Le but du jeu est de défendre son pays. On a là un exemple de jeu qui développe le patriotisme, la stratégie, les capacités visuelles. Tout ceci prouve que ce n'est pas parce qu'on joue à des jeux de guerre que l'on finit par tuer, de même que ce n'est pas en jouant à Mario Bros que l'on devient plombier. De même, par exemple, Cerebral Academy est un jeu dont l'objectif principal est d'évaluer les capacités intellectuelles.

Par ailleurs, si les jeunes deviennent violents en jouant à des jeux interdits aux mineurs, c'est d'abord aux parents qu'il faut s'en prendre, avant d'accuser le jeu vidéo.

Enfin, loin d'encourager la violence, les jeux vidéos permettent au contraire de se défouler, et donc de canaliser la violence.

 

LES PRINCIPES DU JOURNALISME

LA CHARTE DE MUNICH

(partie séquence : la presse)


I. Les devoirs du journaliste

 

- il ne doit pas cacher la vérité, il ne doit pas la transformer, et il doit la dévoiler à ses risques et périls (la vérité des faits, sur ce qu'il s'est passé, sur les événements)

- il doit informer comme il le veut, il doit analyser et exprimer son point de vue.

- Il doit permettre la confrontation des opinions.

- Il doit vérifier la source des informations, la citer si besoin, et toujours vérifier l'exactitude de ces informations. Il ne faut surtout pas modifier les sources.

- Chaque journaliste doit respecter la vie privée de la source en l'informant de son métier et en demandant l'autorisation de la personne en question de publier des photos, des documents ou des témoignages.

- Il doit corriger les erreurs qu'il a commises dans une rubrique intitulée : erratum

- le journaliste doit respecter le choix d'un témoin ou d'une source si celui-ci ou celle-là veut rester secret(e).

- Il ne doit pas copier un article déjà existant, accuser quelqu'un sans preuve, répandre des rumeurs.

- Il ne doit pas faire de la publicité, ni pour un produit, ni pour un homme politique.

- Le journaliste doit obéir uniquement à ses chefs (les directeurs de la rédaction).

- Il doit refuser qu'on lui force à écrire un article qu'il n'a pas envie d'écrire. Un journaliste ne doit pas être la marionnette d'un homme politique ou d'un patron.

- Enfin, il doit respecter la loi.

 

 

II. Les droits du journaliste

 

1. Le journaliste a le droit d'écrire un article sur ce qu'il veut, du moment que cela ne concerne pas la vie privée. Il a le droit d'accéder à toutes les sources d'information pour écrire un article sur un aspect de la vie publique (sport, politique, finance, économie, art, mode).

2. Le journaliste a le droit de refuser qu'on lui ordonne d'écrire un article contraire à ses idées ou à ce qu'il estime être la vérité.

3. Le journaliste a le droit d'exprimer son point de vue, ses idées. Donc il a aussi le droit de refuser qu'on lui impose des idées qui ne sont pas les siennes.

Commenter cet article