Ce en quoi je crois, ce à quoi je tiens

Publié le par Professeur L

Ce en quoi je crois, ce à quoi je tiens  

Si j’ai décidé de devenir professeur, c’est avant tout parce que je crois en la valeur fondamentalement salvatrice de la connaissance et de son partage. Durant mes années d’études, j’ai accumulé une quantité considérable d’informations : d’abord en classes préparatoires aux grandes écoles, en hypokhâgne et en khâgne, puis en philosophie et en géographie, et enfin en lettres modernes. Or l’accumulation ou la thésaurisation de ce savoir multiple ne servirait à rien, si je ne pouvais le partager. Le savoir n’a de sens et d’utilité que s’il est partagé. C’est ma conviction profonde, et c’est la raison pour laquelle j’adhère totalement au point de vue développé par Michel Serres dans Atlas : l’expression « banque de données » est paradoxale, car les données, les informations, en somme la connaissance et le savoir, ne sont pas faits pour être conservés, mais pour circuler. L’enseignement, et c’est ce qui le rend noble à mes yeux, fonctionne à l’inverse de l’économie. En effet, lorsque par exemple je désire une baguette de pain chez le boulanger, je dois donner à ce dernier de l’argent pour obtenir le produit désiré. Si je donne un euro à un ami, je perds l’euro tandis que mon ami le gagne. L’enseignement fonctionne selon une logique radicalement différente. Il n’est pas de l’ordre de l’échange à somme nulle. Il relève plutôt de la donation gratuite et sans perte. Car si je connais un savoir particulier et que je le transmets à autrui, non seulement autrui gagne ce nouveau savoir, mais encore je conserve celui-ci que je viens de transmettre. Ce phénomène, qui est au cœur de l’enseignement, m’a toujours fasciné.
Mais si je crois en la valeur de partage qui se situe au fondement de l’enseignement, je crois encore plus en la valeur salvatrice et humaniste de l’enseignement du français et de la littérature. Pendant longtemps, j’ai cru que la philosophie, que je considérais à mon corps défendant comme la science royale, était la voie qui menait le plus facilement à la sagesse, au progrès moral et à la compréhension de soi, des autres et du monde. Il est absolument incontestable que la réflexion philosophique peut faire évoluer les mentalités, et transformer de manière radicale son rapport à soi, aux autres, et au monde. Mais très vite je me suis rendu compte que la philosophie ne permettait pas de tout comprendre, et j’ai éprouvé le besoin de compléter ma formation en philosophie par des études de géographie. L’étude de l’organisation spatiale et des relations entre les milieux naturels et les sociétés humaines m’ouvrait ainsi une dimension tout à fait passionnante qui complétait selon moi ma compréhension de l’homme. La géographie était pour moi la science complexe faisant le pont entre les sciences dures et les sciences humaines qui complétait la cartographie des concepts qu’était à mes yeux la philosophie.
Cependant, je n’étais toujours pas satisfait. Il me semblait que la géographie comme la philosophie, aussi complémentaires fussent-elles, manquaient une dimension, ou plutôt une relation fondamentale, moins aride et plus charnelle : celle qui relie la sensibilité à l’entendement. En effet, il me semble désormais que la meilleure façon de devenir humain, de s’humaniser, de progresser moralement, est de pratiquer ce qu’un philosophe tel que Kant a compris mais n’a jamais mis en pratique : non pas la seule élucidation des concepts, qui est le travail de la philosophie, mais le va-et-vient permanent entre la sensibilité et l’entendement. C’est ce que Kant appelle dans la Critique du jugement la « finalité sans fin », et que l’art nous procure. Or la littérature permet justement à mon avis d’entrelacer en permanence la sensibilité et l’entendement, le cœur et la raison, le concept et la chair. C’est la lecture des Essais de Montaigne qui m’a aidé à en prendre conscience. Dans l’Apologie de Raymond Sebond, Montaigne montre que tout le malheur du monde provient de l’inadéquation, de l’écart, du fossé ou du divorce entre le concept et le phénomène sensible en perpétuelle mutation. Le langage verbal et conceptuel est fixiste et substantialiste, alors que la réalité sensible est mouvante, diverse, multiple, ondoyante et bigarrée. Non seulement le langage verbal ne permet pas de saisir ou de comprendre la nature de la substance divine, puisque celle-ci se situe au-delà du monde des apparences sensibles, au-delà de la temporalité, mais encore le langage verbal et conceptuel est incapable de saisir les apparences sensibles, sans cesse mouvantes. Autrement dit, il y a un divorce entre le mot et la chose, entre la réalité sensible, mouvante, particulière et le concept nécessairement général, fixiste et substantialiste.
Par conséquent, si l’on ne peut saisir ni Dieu ni la réalité sensible à l’aide du langage verbal et conceptuel, peut-on se saisir soi ? Montaigne fait également l’expérience d’un soi aussi ondoyant, divers, multiple et fluide que le réel sensible auquel il appartient. Dans ces conditions, si le langage verbal et conceptuel ne permet de saisir ni Dieu, ni le monde, ni soi, à quoi peut-il bien servir ? Il s’agit pour Montaigne de rendre le concept charnel par son travail d’écriture, de façon à tenter de saisir au mieux la réalité sensible et ondoyante, et surtout de manière à mieux se comprendre, à se réapproprier pour lutter contre la mélancolie qui le guette. Dès lors, l’esthétique est une éthique, l’objectif étant d’apprendre « à jouir loyalement de son être », comme l’écrit Montaigne dans De l’expérience. L’écrivain dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit. La littérature permet donc de rendre vivants et sensibles les concepts, offre un regard plus ambigu et plus interrogateur que la philosophie sur soi, sur les autres et sur le monde. Dès lors, tout se passe à mes yeux comme si la littérature était plus philosophique que la philosophie elle-même. Car si le plaisir est au cœur de la littérature, plaisir intellectuel engendré par l’entrelacement de la sensibilité et de l’entendement, il n’en demeure pas moins qu’elle permet, tout comme la philosophie et d’une certaine manière la géographie, mais de manière plus efficace encore, de transformer son rapport à soi, aux autres et au monde, vers plus d’humanité et de douceur, au moyen de l’imagination, de la fiction, et de la magie du style.
Tout le monde connaît la célèbre formule de Gargantua, dans sa lettre à Pantagruel, dans le Pantagruel de Rabelais : « science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » Je crois justement que c’est l’enseignement des lettres qui permet le mieux de saisir cette pensée fondamentale. En somme, pour moi, les lettres, c’est la pensée critique et créatrice, analytique et synthétique, plus le cœur. Je relisais dernièrement Des Fleurs pour Algernon de Daniel Keyes, qui est un très beau roman que l’on peut faire lire à des élèves de troisième. Le protagoniste, Charly Gordon, à la suite de son opération au cerveau, découvre la littérature et prend conscience de cet enseignement humaniste fondamental qui est au cœur de la littérature : « j’ai appris que l’intelligence seule ne signifie pas grand-chose. Ici, dans cette Université, l’intelligence, l’instruction, le savoir sont tous devenus de grandes idoles. Mais je sais maintenant qu’il y a un détail que vous avez négligé : l’intelligence et l’instruction qui ne sont pas tempérées par une chaleur humaine ne valent pas cher. […] L’intelligence est l’un des plus grands dons humains. Mais trop souvent, la recherche du savoir chasse la recherche de l’amour. C’est encore une chose que j’ai découverte pour moi-même récemment. Je vous l’offre sous forme d’hypothèse : l’intelligence sans la capacité de donner et de recevoir une affection mène à l’écroulement mental et moral, à la névrose, et peut-être même à la psychose. Et je dis que l’esprit qui n’a d’autre fin qu’un intérêt et une absorption égoïstes en lui-même, à l’exclusion de toute relation humaine, ne peut aboutir qu’à la violence et à la douleur. » C’est ce que moi aussi je crois, et c’est ce que je désire transmettre à travers mon enseignement. La littérature, en entremêlant en permanence le concept et la vérité de la chair, l’intelligence et la sensibilité, a le pouvoir de rendre plus humain, et d’éduquer chacun d’entre nous vers plus de douceur.
Bien évidemment, je ne compte pas enseigner mot pour mot à mes élèves tout ce que je viens d’expliquer. Je ne me fais pas non plus d’illusion, et je sais que de toute façon de nombreux élèves, si ce n’est la majorité, au cours de ma carrière, ne seront pas du tout réceptifs à ce que je veux faire partager en les aidant à construire leur propre compréhension des textes. Mais je crois profondément aux bienfaits de l’enseignement en général et de la littérature en particulier, et j’ai la naïveté de penser que je peux au moins indirectement rendre plus humains une partie de mes élèves par la découverte et la co-compréhension des grands textes de la littérature, que celle-ci soit classique ou de jeunesse.

Aime l'autre qui engendre en toi l'esprit.

Michel Serres, Le Tiers Instruit.

Ce en quoi je crois, ce à quoi je tiens
Ce en quoi je crois, ce à quoi je tiens

Publié dans Présentation

Commenter cet article

Charlotte Vezier 10/02/2013 22:40


Et bien, pour tout avouer, j'ai eu le choix entre Le Journal d'Anne Frank et Des fleurs pour Algernon. J'ai choisi Anne Frank, pensant que c'était un "classique" et j'ai trouvé cela lent,
monotone et ennuyeux. Par la suite, nous avons lu en classe quelques passages du fameux journal ainsi que de l'autre livre que je n'avais pas choisi. Guidée par l'histoire intéressante de ce
dernier, j'ai décidé, de mon plein gré évidemment, d'acheter le livre en question, qui m'a énormément plu. Par ailleurs, nous lisons L'ami retrouvé dont l'affiche du film est exposée un peu
partout dans le collège et qui est d'ailleurs un livre intéressant à lire en 3e (oui je fais un peu de publicité pour les petits blogueurs qui aiment lire, même si je doute qu'il y en ait...) !
De surcroît (encore une expression que vous m'avez apprise), je conteste totalement l'outil informatique ! Je ne comprends pas pourquoi nous, anciens élèves qui n'avions rien demandé, devions
nous dépêcher de recopier ce que Monsieur Lanussé écrivait très simplement et rapidement sur son ordinateur ! J'ai souffert à cause de vous, parce que vos synthèses faisaient DEUX
pages MINIMUM et que nous devions tout recopier UNIQUEMENT AU STYLO ! Alors profitez bien les 6eme ! En tout cas, je pense que
cet "élargissement de possibilités" est quelque chose de très instructif, autant pour l'élève que pour le professeur. Toutes les activités que vous avez pu faire comme le voyage
d'écriture, les courts métrages ou mini films, etc... tout ceci permet de sortir du français (je parle grammaire, conjugaison...) "traditionnel" pour rentrer dans quelque
chose d'un peu plus plaisant et j'irais même jusqu'à dire ludique. C'est ça qui est bien. Pour finir ce long post, je ne vais pas dire que je suis une parfaite élève de 3e mais j'essaye
de me débrouiller comme je peux. J'essaye également d'appliquer tout ce que vous m'avez appris les années précédentes. Ah oui ! Ma maman m'a toujours dit "quand on veut, on peut" mais
je vais considérer cette situation comme l'exception confirmant la règle. Cordialement.

Charlotte Vezier 10/02/2013 19:05


Ouah... Même si je n'ai certainement pas le niveau et la maturité pour comprendre entièrement tout ce que vous avez écrit et bien je l'ai lu en entier (oui je sais, mais même si je ne suis
malheureusement plus une de vos élèves, et bien ce n'est pas une raison pour que je ne regarde pas de temps en temps ce que votre blog contient !) . Bref, je serais tentée de dire "Allez y,
écrivez un livre !" mais je n'en ai pas l'audace. C'est vraiment très émouvant cette passion pour l'enseignement que vous transmettez à partir de mots compliqués, de citations, de références à de
bons livres comme "Des fleurs pour Algernon". Cela prouve que vous aimez votre métier et je pense que c'est pour cela que les élèves sont autant intéressés par vos cours. Bref, je mets 20/20 à
cette dicertation ! n_n Cordialement. 

Professeur L 10/02/2013 20:59



Bonjour Charlotte,


Merci de ce commentaire chaleureux. Ce texte a été écrit il y a maintenant cinq ans, et il conserve pour moi tout son sens. Je crois toujours en ce que j'ai écrit, et je dois dire que j'aime
peut-être encore plus mon métier aujourd'hui qu'à cette époque, car j'ai depuis découvert des possibilités dont je n'osais même pas rêver à l'époque : l'utilisation presque permanente de l'outil
informatique (grâce aux micro-ordinateurs dont bénéficient les élèves de sixième, les élèves peuvent enfin ramener leurs micro-ordi 60 au collège), la création de comédies musicales, des voyages
d'écriture et de mémoire, la rencontre d'acteurs culturels passionnants...Mais ce sont aussi les élèves intéressés comme toi qui rendent le métier intéressant. Apparemment tu as lu Des Fleurs
pour Algernon. Ce livre s'adresse à chacun de nous, aux plus faibles comme aux plus forts...


Je constate également à la qualité de ton écriture que ton niveau n'a pas baissé, et j'ai entendu dire que tu t'en sortais très bien en troisième. Moi aussi j'aurais aimé t'avoir à nouveau cette
année, mais que veux-tu, on ne peut pas tout avoir !


N'hésite pas à venir me voir ou à m'envoyer des commentaires pour me donner régulièrement de tes nouvelles.


A bientôt,


Bien amicalement,


Monsieur LANUSSE



Anne K. 15/01/2012 19:20


          Je viens de lire intégralement l'intégralité () de votre "Ode
foudroyante" (j'hésitais sur le "foudroyante", je ne suis pas sûre que ce soit le mot parfaitement approprié à ce que je ressens) à l'enseignement de la langue. Waou ! Le simple fait de lire ça
me donne envie de devenir professeur(e ?) de français. Je ne m'étais jamais rendue compte qu'il y avait autant d'idées, d'envies, derrière l'apprentissage de la grammaire ou de l'orthographe à
des élèves. Bien évidemment, je me doutais que les professeurs de français ne choisissaient pas ça par dépit (je l'espère pour eux), mais je ne pensais pas à autant de... choses. (désolée pour ce
piètre mot)


          Bref, tout ça pour dire que je verrais différemment mes profs, maintenant.


          Au passage, vous écrivez merveilleusement bien ! Ce fut un régal de vous lire, vous avez déjà écrit dans le but d'être publié ? Je veux dire
un livre, des articles de journal, par exemple. En sixième je me rappelle de votre réponse à notre question "Vous voulez pas écrire un livre ?" (je cite) : "Ce n'est pas l'envie qui manque". Vous
voyez, cette phrase m'a marquée ! Bien évidemment je ne veux pas m'infiltrer dans votre vie privée mais je me
souviens qu'à l'époque, je n'avais pas compris. Je ne devais pas être la seule, je suppose. J'espère. Enfin bref, ça nous avait coupé le sifflet, je dois avouer.


Bien cordialement,


Anne K.

Professeur L 15/01/2012 21:20



Bonsoir Anne,


C'est la première fois qu'un de mes anciens élèves lit ce texte. Je l'avais écrit quand je débutais dans le métier. Depuis je n'ai rien lâché, et j'essaie de cultiver le mieux possible ces
valeurs qui me tiennent tant à coeur. Je reste convaincu que la culture en général et la littérature en particulier, c'est l'alliance du coeur et de la raison. Alliance sans laquelle nous ne
serions plus humains.


Comme tu as pu le constater, cette réflexion est le fruit d'un long parcours, qui m'est personnel, puisqu'avant d'adopter comme patrie les vertes vallées de la littérature, j'ai voyagé à travers
la géographie, qui m'a fait découvrir le monde, et la philosophie, qui m'a fait découvrir ce que je suis réellement.


Mais lorsque j'ai écrit ce texte, je ne connaissais pas encore pleinement l'expérience de l'enseignement, qui m'a confirmé, à travers la richesse humaine que cela m'apporte, que derrière chaque
être humain, et plus encore derrière chaque enfant et chaque adolescent, il y a l'absolu, un infini ouvert à toutes les possibilités, et un appel, une invocation à l'amour, exigeant respect,
écoute, estime et reconnaissance.


Je suis content que ce texte t'ait touché, car je crois profondément en ce que je dis et ce que j'écris.


C'est aussi un plaisir d'avoir de tes nouvelles et de te lire.


Bien amicalement,


Monsieur LANUSSE


 



Bastien ANTOMARCHI 07/01/2012 15:33


Bonjour, Mr LANUSSE,


Pour l'évaluation des classeur je peux taper sa par ordinateur?


                            Cordialemennt Bastien Antomarchi


 


 

Professeur L 07/01/2012 15:56



Bonjour Bastien,


Excuse-moi, mais je ne comprends pas ta question. Que veux-tu taper sur ordinateur ?


Bien amicalement,


Monsieur LANUSSE



Bastien 09/10/2011 14:34



merci Monsieur Lanussé



Bastien Antomarchi 08/10/2011 19:30



Bonsoir Mr Lanussé.


Juste une petite question:  le devoir maison est-ce-que je peux vous le rendre lundi?


 


aurevoir


 



Professeur L 09/10/2011 10:21



Bonjour Bastien,


Tu peux me rendre le devoir maison lundi sans aucun problème.


Bon courage,


Bien amicalement,


Monsieur LANUSSE



Antomarchi 23/12/2010 10:46



Votre blog m'inprssione beaucoup



Antomarchi 22/12/2010 15:28



Bonjour, Mr Lanussé.


Ashitaka quitta son village pour fuir un maléfice. Après plusieurs jours de marche, il découvrit les mystères de la forêt. Ce fut dans le village des forgerons dirigiè par Dame Eboshi qu'il
rencontra la princesse Mnonoké ou Sam. Celle çi aidée de ses frères loups attaquaient le village. Elle fut blessée par un jet
d'aquebuse. Ashitaka lui sauva la vie. Il l'emporta inconsciente. Il fut luui aussi blessé par une villagoise. Ashitaka très faible tomba de Yakuru. Quand la princesse se réveilla, elle voulut le
tuer. Ashitaka lui avoua son amour. Il furent attaqués par des singes des montagnes car ils haissaient les humains mails les loups attaquèrent les singes s'enfuyèrent. La princesse amena Ashitaka
et Yakuru dans le repaire de shéobigami et le déposa sur l'île du lac sacrée. Ashitaka fut guéri par l'arrivée de Didarabocchi forme nocturnedu shi-shi-goli. Ashitaka en se réveillant découvrit
qu'il était guéri mail il gardait toujours sa malédiction au bras. Il retomba inconscient. Sam le soigna car elle voulait aider celui que le Dieu-Cerf avait guéri. Ashitaka trop faible pour
manger. Elle lui macha sa nourriture. C'est alors qu'ils furent attaqués par des sangliers et après cette discussion avec Moro, ils devinrent amis. Moro qui était blessé se refugia dans une
caverne er raconta à Ashitaka comment Sam la princesse, avait été abondonnée par les humains. Elle était devenuesa fille adoptive et lui dit: "Si tu aimerais ma fille, il te faudrait battre les
humains". Quand Ashitaka se réveilla, Sam et Moro étaient partis. Il chargea sa guide de remettre à Sam, un pendentif que Kaya lui avait donné. Sam et Moro rejoignirent les sangliers pour
attaquer le village des forgerons. Juste avant le combat, le guide remi le pendentif d' Ashitaka à la princesse qu'elle accrocha à son coup. Ashitaka voulait éviter qu'il n'y a pas de combat.
Hélas, sa monture Yakuru ayant été blessé, il arriva trop tard et il vit un effrayant carnage. Sam réussit à s'échapper et elle s'enfuya avec Okkotonushi blessé, seul survivant des sangliers. Ils
furent poursuivis et combattus par les soldats de Jikobulu qui s'étaient déguisés en sangliers. La princesse défendit Okkotonushi mais elle tomba dans sa guele car il était redevenue le
Dieu-Démon. Ashitaka arriva, repoussa les soldats et tenta de sauver Sam mais il tomba dans le lac. Moro qui le suivait utilisa ses dernières forces et la sauva et confia la princesse à Ashitaka.
Dame Eboshi et Sam sont des ennemis. Ashitaka voulait que les humains et la forêt fassent la paix.


Morale: "Il faut regarder le monde sans haines"



Legros Léa 29/11/2010 21:51


Bonsoir Monsieur lanusse je n'ai pas finis ma rédaction . Je vous remercie de corriger le début de cette rédaction. J'ai rencontré un village ou il y avait une bataille avec les samourais et les
villageois . Je suis partis les combattre , mon bras m'a fait mal quand j'ai tirer sur les samourais . Je suis allé dans leurs villages pour acheter mon riz et j'ai donné une pépite d'or ,pour
payer , mais la vendeuse n'en a pas voulu . Un vieux monsieur ai venu voir … Je suis partis du village et là le monsieur me court après , des gens du village nous poursuivaient… Le vieux monsieur
m'a emmené dans un vieux village que les samourais on détruit ... Il m'a dit qu'à l'ouest il y a l'esprit de la foret … Des loups ont attaqués une troupe de Dame Eboshi .Dame Eboshi a demandé à sa
troupe de tirer sur les loups , les loups sont partis et la mère des loups arriva et saute sur tout le troupeau et Dame Eboshi lui a tiré dessus , la louve tombe dans les ravins . La louve c'était
une déesse. Je suis arrivé devant une rivière et là j'ai vu des hommes blessés qui faisait parties de la troupe de Dame Eboshi . Je les ai allongé sur l'herbe puis je tourne la tète et l'a j'ai vu
la louve avec princesse mononoké qui lui suçait le sang . Je me suis rapproché d'eux pour aller leur parler … La louve , les deux louveteaux et la Princesse Mononoké m'ont regardé un instant puis
ils sont partis . L'homme blessé a crié , je suis partis le voir et je vois qu'il y avait un silvains , cela porte bonheur . Plusieurs silvains arrivent et je leur ai demandé s'il pouvait m'emmener
au sein de la forêt avec les blessés… Nous sommes passés devant l'arbre qui était la mère aux silvains , et après nous sommes arrivés au sein de la forêt . J'ai vu les traces des loups et j'ai
supposé que c'était la leur territoire .J'ai aperçu d'autres traces mais pas ceux de princesse mononoke… Quand je prenais de l'eau , j'ai vu une troupe de cerfs . Mon bras m'as brulé .J'ai donné de
l'eau au blessé . Puis nous sommes repartis. Et tout à coup les blessés étaient plus légers et le deuxième blessé n'avai plus mal au bras. J'avais réussi à nous faire sortir de la forêt et nous
sommes arrivés aux forges de Dame Eboshi. Puis Banza arriva méchamment ,et il m'a remercié de les avoir ramené aux forges . Une fille apparut et m'a remercié elle aussi. Dame Eboshi arriva et elle
m'as dit qu'elle me remercierait plus tard, que je devais me reposer , que je la verrai dans la soirée. Pendant qu'il faisait nuit, je mangeais , toute les filles étaient autour de moi . Les hommes
me disaient que Dame Eboshi les surveillaient de trop et donc de ce fait , elles étaient vulgaires avec les hommes … Ils m'ont précisé que Dame Eboshi avait un grand coeur , qu'elle n'avait peur de
rien même pas des hommes et des dieux … Les gens des forges ont évoqué que j'aurais dû voir quand elle leur a débarrassé de Nagot : c'était un gigantesque sanglier qui régnait sur toute la forêt .
Personne ne voulait se rendre sur les montagnes car Nagos les misérer . Il devenait fou de rage et voilà que Dame Eboshi arriva avec sa puissante armée. Je suis allé voir dame Eboshi et elle m'a
demandé ce que je faisais ici ? Je lui ais montré mon bras et en même tant j'ai sorti la pierre . Je lui ai demandé si elle avait déjà vu cette pierre . Cette pierre a brisé les os du sanglier
géant qui a attaqué mon village elle a pourrie sa chère et a fai de lui un monstre et j'ai du l'abattre . J'ai tué cette bête et depuis sa malédiction me poursuit , je suis condamné à en mourir .
Elle s'est levée et elle m'a conduit là ou elle cachait ses secrets. J'ai vu son jardin ou aucun villageois n'a eu le droit de rentrer. Dans une cabane , elle avait des blessés qui lui fabriquaient
des armes . Je lui ais demandé si elle n' était pas fatiguée de détruire la forêt au sanglier et de fabriquer des armes mortelles , de semer la terreur et la haine . C'est moi qui as tiré
cette balle , je suis désolée de toute la souffrance qu'à enduré cet imbécile de cochon .Il n'aurait pas dû te blesser, mais moi et la mon bras commence as bouger dans tout les sens et sa me fait
mal il voulait la tuer … La un blesser commence as murmurer et nous as dit Désoler Dame Eboshi il ne sous estimer la force de ce garçon , jeune homme étant en moi meme maudit comme toi je connait
la souffrance , la colère , la détresse mes tu aurais tord de tuer cette Dame je t'en supplie de pas le faire elle seul nous as traiter comme des etre humains nous sommes des lépreux , le monde
entier mais pas Dame Eboshi elle nous as tous recueillit , elle avait le courage de nous changer nous panssement… Elle m'as demander de rester pour l'aider a détruire l'esprit de la foret . Vous
ferez un telle crime de détruire le coeur meme de la foret .Un jour les anciens dieu seront des monstres deviendrons ce qu'il étaient de simple animaux .. Et la Princesse Mononoké deviendras une
simple humaine elle qui est l'esprit de la foret des animaux , élever par des loups et qui a jurer ma mort. Je suis parties aider les femmes au forges … Princesse mononoke arrivent pour attaquer
les forges avec un masque et avec c'est loup elle voulait tuer dame eboshi elle mas combattue je lui est dit je veut pas me battre je suis avec toi elle grimpait sur les toit et la dame eboshi
arrivent elle c'est montrer devant eux et elle c'est laisser tomber mais je l'ai rattraper j'ai elle elle c'est montrer devant eux et elle c'est laisser tomber mais je l'ai rattraper j'ai enlever
des branches il lui on tirer sur la tète elle ses réveiller et elle a essayer de me tuer et elle est parti droit devant sur dame eboshi je commençait a m'énerver et mon bras a commancer a avoir des
vers bleu autour et une force immence ,je suis partit au milieu de dame eboshi et princesse mononoke je l'ai tenue toute les deux et je l'ai est fait s'endormir on mas tirer en plein ventre et j'ai
pas eu mal,jai perdu énormément de sang et j'ai continuer d'avancer jusqu'au loup avec yakulou j'ai ouvert la porte avec mon bras je suis tomber part terre et yakulou et elle mon transporter a
l'esprit de la foret elle m'avait mis un branche au dessus de moi il fallait que personne monte sur la plate forme . Je me suis réveiller le lendemain et m'ont trou n'était plus la l'esprit de la
foret a voulut que je soit vivants . Mas bléssur c'est élargie , princesse mononke est revenu me voir ...elle mas donner un manger ou elle a machée dans sa bouche et elle me la remis dans ma bouche
les loups sont venus et on na entendu les sanglier arriver et il sont venu tuer les humain pour sauver les humains et il voulait me tuer … Et je leur est raconter pour nagos tous se que j'ai fait
et la le chef de la troupes des sangliers arrivent et a sentis ma main pour voir si j'avais raison parce que c'est la voix de la raison et il était aveugle et il m'as dit je te croit je t'en
remercie je te suis conffut que d'aprendre qu'un dieu maléfique a souyer un membre de ma tribut au puissant seigneur aurais t-il un moyen de quitter cette malédiction , hélas ces trop tard mais
quitte cette foret car si je te reverais je devrais te tuer . Tu ne peut rien faire contre les humains et leur baton de feu il vous détruirons tous , Molot regarde m'as tribut chaque année nous
devons plus petit et plus bète a cette cadansse la nous ne serons bien que gibier pour les humains tu voudrais tout risquer dans une ultime bataille se serait faire le jeux des humains , je ne te
demande pas de nous venir en aide mère louve mème si nous devons périre jusqu'au dernier se serait une bataille que les humains oublierons jamais sa tribbut par princesse mononoke a vu l'esprit de
la foret entrain de boire . Entre Dame Eboshi et les Samourais il y avait eu une guerre ces armes était tellement puissante que personne pouvait y survivre il regroupait les troupes des lignes de
tire . Un messager arrivent de notre amis asadou le messager dit salut a vous dame des forges vous avez combattu avec noblesse et vous avec blavour je vous en mené un messager de mon seigneur et
mettre assadou faite ouvrir les porte on t'entend très bien de la ou on n'ai notre maitresse a repris cette montagnes au sanglier elle lui a part tien votre seigneur et votre maitre n'en voulait
pas a l'époque et aujourd'hui il change d'avis insolente je vous consseille de vous adresser a vous avec respect un il ose parler de respect des hommes comme toi nous on traiter comme de la bouts
depuis notre naissance vous voulez du faire voila du plond et puis elle tire et il parte …


Professeur L 29/11/2010 22:42



Bonsoir Léa,


Merci pour ce travail qui a l'air très intéressant.


Je me permets donc de relever les fautes que j'observe :


- un village où il y avait une bataille : le où indique ici le lieu, donc il ne faut pas oublier l'accent.


- Je suis parti les combattre : le s à parti est inutile, car parti s'accorde avec je.


- j'ai tiré : c'est du passé composé.


- un vieux monsieur est venu voir : ici l'auxiliaire est être, pas avoir. (un monsieur était venu voir)


- des loups ont attaqué : le participe passé attaqué est conjugué avec l'auxiliaire avoir, donc attaqué est invariable, il ne prend pas de s.


- des hommes blessés qui faisait partie : partie est au singulier féminin.


- je les ai allongés sur l'herbe : ici allongés s'accorde bien qu'il soit conjugué avec l'auxiliaire avoir, car l'auxiliaire est précédé du pronom COD les. Dans ce cas, le participe passé s'accorde avec le pronom COD.


- je leur ai demandé s'ils pouvaient : n'oublie pas le pluriel car le sujet désigne les sylvains.


- mon bras m'a brûlé : le sujet de a brûlé est mon bras, troisième personne du singulier. Donc pas de s à a.


- il m'a remercié de les avoir ramenés aux forges : le participe passé s'accorde avec le pronom COD les.


- elle m'a dit : le sujet est elle, troisième personne du singulier, donc pas de s à a.


- toutes les filles : quand toute est suivi du pluriel, il faut rajouter un s à toutes.


- attention je ne comprends pas la phrase : Nagos les misérer. Le verbe utilisé ne veut rien dire, il n'existe pas en français. Il faut reformuler.


- Je lui ai montré : le sujet est je, donc pas de s à l'auxiliaire avoir.


- elle a pourri sa chair : pourri est invariable car il est conjugué avec le verbe avoir qui n'est pas ici précédé par un pronom COD.


- a fait de lui : le participe passé de faire prend toujours un t : fait.


- c'est moi qui ai tiré : le sujet est qui qui reprend moi : c'est donc la première personne du singulier.


- qu'a enduré cet imbécile de cochon : attention pas d'accent sur le a car ici il s'agit de l'auxiliaire avoir.


- mon bras commence à bouger : ici il s'agit de la préposition à.


- tous les sens : tous est suivi du pluriel donc il doit se terminer par un s.


- ça me fait mal : cela me fait mal : il n'y a jamais sa avant me. Toujours ça.


- un blessé


- commence à murmurer et nous a dit


- désolé


- je connais la souffrance


- mais tu aurais tort de tuer cette Dame : il n'y a jamais mes avant tu.


- elle seule : seule s'accorde avec elle.


- elle seule nous a traités


- elle nous a tous recueillis


- nos pansements


- elle m'a demandé


- à détruire : si le mot qui suit à est à l'infinitif, alors à prend un accent.


- un tel crime : crime est du masculin donc tel doit être au masculin.


- les anciens dieux


- deviendront ce qu'ils étaient, de simples animaux


- et la Princesse Mononoké deviendra


- élevée par des loups


- qui a juré


- aux forges


- Princesse Mononoké arrivant


- avec ses loups


- elle m'a combattu


- je lui ai dit


- je ne veux pas


- sur les toits


- et là Dame Eboshi arrive


- elle s'est montrée


-  elle s'est laissé tomber


- mais je l'ai rattrapée


- j'ai enlevé des branches


- ils lui ont tiré


- elle s'est réveillée


- elle a essayé


- elle est partie


- je commençais à m'énerver


- mon bras a commencé à


- immense


- je suis parti


je les ai fait s'endormir


- on m'a tiré


- j'ai continué


- je suis tombé


- par terre


- m'ont transporté à l'esprit de la forêt


- je me suis réveillé le lendemain


- mon trou


- l'esprit de la forêt a voulu que je sois vivant


- Ma blessure s'est élargie


- Princesse Mononoké est revenue me voir


- elle m'a donné à manger


- elle a mâché


- elle me l'a remis


- on a entendu les sangliers


- ils sont venus tuer les humains


- je leur ai raconté pour Nago


- tout ce que j'ai fait


- le chef de la troupe des sangliers arrive et a senti


- il m'a dit


- je te crois


- je suis confus d'apprendre qu'un dieu maléfique a souillé un membre de ma tribu


- ô puissant seigneur


- aurait-il


-c'est trop tard


- si je te revoyais


- tu ne peux


- ils vous détruiront tous


- regarde ma tribu


- à cette cadence


- ce serait faire le jeu des humains


- périr


- ce serait une bataille que les humains n'oublieront jamais


- en train


- ces armes étaient tellement puissantes


- des lignes de tir


La fin est un petit peu confuse car les phrases sont tellement longues que je ne parviens pas à les comprendre. Fais des paragraphes et des phrases plus courtes. N'oublie pas la ponctuation,
notamment pour les dialogues.


Ton texte est très complet et très détaillé, mais il faut à tout prix te relire et te corriger, car plus on avance dans la lecture, plus il y a de fautes !


Si tu corriges tout ça, tu obtiendras un travail convenable et intéressant.


Bon courage,


Bien amicalement,


Monsieur LANUSSE


 


 


 



Brandao Vanessa 24/05/2010 19:43



Chère Monsieur L


Je suis Vanessa Une ancienne élève de 6°1 au collège des Bourgognes. Je vous envoie ce message pour vous demandez si vous comptez revenir parmi nous .


Merci ,Vanessa



Professeur L 24/05/2010 20:17



Bonsoir Vanessa,


Comme je suis heureux de pouvoir discuter avec toi par l'intermédiaire de ce blog! Comment vas-tu ? Comment s'est passée ton année de cinquième bientôt terminée ?


J'ai toujours le stylo et la carte que tu m'avais offerts. J'utilise régulièrement le stylo et la carte est toujours sur mon bureau, chez moi. C'est avec beaucoup de nostalgie que je repense à
toi et à la 6e1. Il est toujours difficile pour un professeur de devoir abandonner ses élèves.


J'aimerais bien t'avoir à nouveau comme élève, mais je dois rester à Saint-Leu-d'Esserent.


Ce n'est pas moi qui décide, mais l'Etat.


Je suis cependant en train de monter un projet qui pourrait me faire revenir de temps en temps à Chantilly grâce au Club Philo.


N'hésite pas à me donner des nouvelles régulièrement. Cela me fera très plaisir.


A très bientôt Vanessa,


Bien amicalement,


Monsieur LANUSSE