Je voulais que tout cela cesse par Marion

Publié le par Professeur L

Je voulais que tout cela cesse. Ce sang. Il y avait trop de sang, trop de morts, trop de souffrance, d'agonie et de pleurs. Le sang était partout, sur mes mains, mes vêtements déchirés, sur le sol...Mais ce sang partout n'était pas à moi. Tous ces pauvres malheureux agonisant appelant leurs mères comme de jeunes enfants. Je savais que mon tour vienrait. Ce n'était plus qu'une question de temps. Un de ces monstres viendrait se jeter sur moi et alors, malgré toutes mes jérémiades, je mourrais dans d'affreuses souffrances.

Je sortis un instant de mes pensées obscures pour me pencher sur la scène qui se déroulait sous mes yeux : bientôt, ce serait la fin. Il ne subsisterait plus rien des Juifs de Jérusalem. Au fond d'une ruelle, à côté de la place, se trouvait un garçon, il était jeune, et son minois cachait mal la peur que l'on lisait dans ses yeux. Bizarrement, je ne comprenais pas, ce garçon portait un uniforme. Il aurait dû être là, au milieu de ce massacre, avec ses compagnons, en train de terminer cette oeuvre de mort. En le regardant de plus près, je m'aperçus qu'il me fixait. Non, il me faisait un signe. Ses yeux s'agitaient dans une direction : une petite fosse souterraine qui menait vers le coeur de la ville. Pourquoi n'y avais-je pas pensé plus tôt ? Sans attendre, je m'engageais vers le jeune soldat. Sans un mot, nous nous dirigeâmes vers le conduit secret. Nous marchâmes un peu, puis, épuisée, je demandais grâce. Cela faisait maintenant plus d'une heure que nous avions quitté le champ de bataille, et les battements de mon coeur ne s'étaient toujours pas calmés. Mon poul s'embalait au moindre bruit. Je n'osais même pas imaginer la pâleur cadavérique de ma peau. J'étais pétrifiée. Il aurait fallu que je parle, mais cela m'était impossible. Une peur intense me rongeait l'estomac. Par un immense effort, je parvins à contenir les sanglots, et les tremblements qui m'agitaient. Je devais parler.

" Qui...Qui êtes-vous ? Pourquoi m'avez-vous aidée à m'enfuir ? Je...Je...

- Doucement, me coupa-t-il. Calmez-vous. Je ne suis personne. Juste un soldat qui refuse de donner stupidement la mort à des innocents pour un homme xénophobe et antisémite qui se prend pour un roi. Je suis aussi un lâche, car je me ronge les sangs à l'idée de vous avoir sauvée. Vous, une Juive ! Je ne sais même pas si je pouvais vous sauver, mais ce qui est sûr, c'est que mes heures sont comptées !

- Mais d'où venez-vous ? Pourquoi cette escorte secrète a-t-elle débarqué ainsi de nulle part ? Est-ce vrai, ce que l'on raconte sur le roi, qu'il veut exécuter quiconque n'est pas asiatique ?

- Hélas oui. Cet homme est fou ! A lui seul, il a déjà éradiqué des millions d'hommes. En ce moment, il sème la terreur en Europe. Il paraît même qu'il envisage de s'attaquer aux Etats-Unis. Une folie, vous dis-je ! Maintenant, je vous prie, remettons-nous en route, si nous ne voulons pas nous faire cueillir à la sortie du souterrain."

J'obtemperai sans broncher. En marchant, je réfléchissais. Ce roi courait à la perte du monde. Rien ne l'arrêterait. Les Etats étaient bien trop dispersés pour établir un plan d'attaque. Nous ne pouvions que subir et espérer un miracle. Si la folie du roi aboutissait, ce serait le chaos sur terre. Du sang, et encore du sang, jusqu'à ce que l'humain cesse de respirer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article