J'étais à genoux par Clément

Publié le par Professeur L

J'étais à genoux, là sur la place . Un soldat à côté de moi qui voulait me tuer, en face, un autre qui venait de tirer sur mon meilleur ami. Une profonde tristesse m'envahit en voyant tous mes proches mourir, alors que nous avions tous les mêmes origines, et que nous venions tous des mêmes quartiers. J'avais peur que le soldat allemand me tue d'une balle dans la tête, comme le ferait un chasseur devant la bête. J'étais tétanisée à l'idée de mourir, puis perdre mon enfant par la même occasion me rendait encore plus folle. Je n'avais aucune chance de m'en sortir vivante. C'était ça, l'horreur de la guerre, pour les Juifs !  Et là, j'entendis un soldat me parler :

- Toi !

- Qu'y a-t-il ?

- Viens avec moi, je vais te sauver ! murmura le soldat.

- Pourquoi ?

- Je t'expliquerai plus tard.

- D'accord, merci.

- Je l'emmène plus loin pour la torturer, annonça-t-il à son supérieur qui se réjouit de cette cruelle initiative.

- Bien, fit ce dernier.

Il m'emmena donc plus loin, derrière une maison, en faisant semblant de me battre, et là, derrière un mur, il me lâcha. Je lui demandai alors pourquoi il me sauva, et il me répondit qu'il me sauvait car il avait vu que j'étais enceinte, comme sa femme. Je le remerciai donc, et avant de partir, il cracha sur ses mains, comme le ferait tout bourreau qui en avait fini avec sa victime. Une fois qu'il partir, j'entendis une voix qui disait : "alors ?". J'entendis mon sauveur qu'il en avait fini avec moi.

Etant seule, éloignée de ce massacre, entendant les cris de mes amis sous la torture, je réfléchis, et je compris que la plupart des Juifs d'Europe allaient mourir, avec tous ces massacres perpétrés par les Nazis. Il n'y aurait plus de Juif du tout si cette guerre continuait. Tous ces morts dans la ville où j'habitais ! Tout cela à cause du racisme !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article