Ulysse s'adresse à Nausicaa par Darren, Mattéo et Alexis

Publié le par Professeur L

Nausicaa, tes yeux sont magnifiquement bleus comme le vaste océan, et je le connais bien, car j'y ai eu beaucoup d'aventures. Tes cheveux sont resplendissants, ressemblant au soleil splendide, couleur dorée. Tu es une mortelle, mais ta beauté me fait penser à une déesse. Tes lèvres semblent plus chaudes et plus rouges que le feu. Ton nez brille tellement qu'il reflète ta beauté. Tes habits sont magnifiques et sentent la rose. Tes jambes sont semblables à celles d'Aphrodite. Tes mains sont aussi douces que de la soie. Tes sourcils sont aussi beaux que de l'or. Je n'ai jamais entendu de prénom aussi beau que le tien.

j'ai parcouru un grand nombre d'épreuves. J'ai perdu mes compagnons à cause d'un cyclope mangeur d'hommes. Ensuite, je suis allé voir Eole. Il me donna le sac contenant tous les vents de l'univers. Malheureusement, mes marins ouvrirent le sac et le bateau, à cause du vent, dériva vers la Sicile. Là les génats nous attaquèrent et presque tous mes compagnons furent noyés. Puis ce fut au tour de Circé de s'acharner sur mon sort en transformant mes compagnons en pourceaux. Charybde et Scylla, deux soeurs monstrueuses, finirent de détruire ma vie, en anéantissant tout espoir de retourner dans ma patrie. Charybde vomit de l'eau et engloutit mon bateau, tandis que Scylla, plus terrible qu'un tigre féroce, arracha mes compagnons et les dévora. Enfin, une nymphe, Calypso, me retint prisonnier sur son île pendant sept longues années, jusqu'à ce que les dieux aient pitié de mon sort et envoient Hermès pour me délivrer.

Fille du roi Alcinoos, offre-moi l'hospitalité : un peu de ta richesse pour me vêtir, un peu de vin et de pain pour me nourrir. Je te jure sur tous les dieux de l'Olympe que j'ai besoin de ton hospitalité pour rejoindre ma patrie et revoir ma douce et chère Pénélope, ainsi que mon fils Télémaque, que je n'ai connu que lorsqu'il n'était qu'un bébé. A cette heure-ci, des centaines de prétendants doivent convoiter mon trôle et vouloir épouser ma Pénélope. Mon royaume est menacé et je ne puis partir à sa rescousse ! Si tu ne m'aides pas, je n'aurai plus aucune raison de vivre. Sans ma patrie et ma Pénélope, je ne suis rien. Si tu ne m'offres pas l'hospitalit, tout le chemin que j'aurai fait n'aura servi à rien. Cela veut aussi dire que toutes ces morts n'auront servi à rien.

Commenter cet article