Ulysse s'adresse à Nausicaa par Cloé, Margot et Ines

Publié le par Professeur L

Femme, votre peau semble douce comme de la soie. Vos yeux couleur or sont semblables à des bijoux étincelants. Vos cheveux sont noirs, soyeux et éblouissants. Votre voix est suave comme un chant d'oiseau au printemps. Quand vos yeux scintillent, mon coeur à cette vue se remplit de bonheur. Et vos jambes sont tellement belles ! Vous êtes une beauté fatale.

J'ai dû affronter tellement d'épreuves durant mon voyage. J'ai survécu à la mer déchaînée et branlante. La vue de la mort de mes camarades, mes frères, me marquera à vie. J'ai dû combattre des hommes et des monstres pour sauver ma patrie. Ces derniers temps, j'ai eu peur de mourir et de ne plus voir ma femme Pénélope et mon fils Télémaque.

Maudit par Poséidon, je suis cependant protégé par Zeus, dieu de l'hospitalité. J'ai été emporté par la mer branlante et j'ai échoué sur votre île merveilleuse. Je cherche l'hospitalité sur l'île. Toi qui habites sur l'île, rappelle-toi l'histoire de l'hospitalité de Philémon et Baucis. Dans cette histoire, Jupiter et Mercure se sont fait passer pour des mendiants, pour voir si les humains étaient hospitaliers. Ils frappèrent à plusieurs portes, mais personne ne leur ouvrait, sauf la maison la plus petite, la plus modeste et la plus pauvre, celle d'un vieux couple, Philémon et Baucis. Ceux-ci accueillirent les dieux qu'ils prirent pour des mendiants, et leur offrirent leur plus beau repas. Ils en furent récompensés par les dieux eux-mêmes. Prends exemple sur eux et, je t'en prie, accueille-moi comme le veut le roi des dieux.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article