Pêche à la truite par Allan

Publié le par Professeur L





Je vais quelquefois à la pêche à la truite avec mon père et mon endroit préféré est au bord d'un étang, quant à mon plat préféré, c'est la truite saumonée. Pendant les vacances, avec mon père et ma soeur, on partit en Auvergne dans un petit chalet près des montagnes, un peu éloigné du village. Mon père avait ramené le matériel de pêche. Après avoir cherché un étang à truites, nous nous décidions d'y aller dès le lendemain matin. J'étais tout excité et n'arrivais pas à m'endormir car j'étais pressé d'y être. Mon père m'avait réveillé le matin et pendant que je déjeunais, mon père préparait les cannes à pêche et ma soeur faisait des sandwichs. Nous étions prêts pour passer une bonne journée. Lorsque nous arrivions sur le parking, il fallait porter le matériel et la glacière jusqu'à l'étang, et ce n'était pas facile car le chemin était étroit. Le soleil était là et la chaleur se faisait déjà sentir. Après avoir mis les vers sur l'hameçon, il fallait jeter les cannes à l'eau et attendre que les poissons mordent. Pendant ce temps, je pouvais contempler le paysage. L'étang n'était pas très grand, on pouvait avoir d'autres pêcheurs sur l'autre rive. Derrière nous, il y avait plein de petits arbustes, ensuite des sapins et plus loin, les montagnes. Le paysage était sauvage et magnifique. L'eau était d'une couleur vert foncé, c'était sûrement profond. Soudain, j'ai vu que le bouchon provenant de la canne de mon père avait coulé ; en rembobinant, le poisson avait essayé de se libérer et le fil s'était emmêlé dans le mien. Il y avait un noeud et il nous a fallu vingt minutes pour le défaire. Après quelques heures, nous avions pêché cinq truites. Elles étaient grosses sauf deux mais assez pour faire un bon repas. Lorsque nous fûmes rentrés, mon père les vida. Il fallait couper la tête, la queue, couper le corps en deux dans le sens de la longueur du ventre, et tout retirer, même les arrêtes pour faire des filets de truite, et ensuite bien les laver. Après, il les avait enroulés dans la farine et cuits à la poêle dans le beurre, avec un peu d'huile d'olive, du sel et du citron. Elles étaient délicieuses. Ce fut une belle et simple journée passée en famille et restera un bon souvenir.


La descente infernale par Théo :

Durant les dernières grandes vacances d'été, mes parents m'avaient fait la surprise d'emmener mon copain Arthur et moi dans un parc d'attraction. Nous étions très heureux ! Arthur était plus grand et plus âgé que moi, il avait des cheveux noirs comme du charbon et un visage d'ange. Le voyage était long et il y avait un soleil de plomb mais nous étions enfin arrivés au parc d'attraction ! Nous avions passé la journée à essayer des manèges de toutes sortes mais il y en avait un bien différent des autres et qu'on préférait à tous. Ce manège s'appelait "la descente infernale". C'était le plus grand, le plus long, et il était plus rapide que l'éclair. Nous étions assis dans un gros wagon qui descendait à toute allure à travers des rochers et des cascades qui ressemblaient à des diamants. On tournait dans tous les sens, et nous étions éclaboussés, c'était vraiment impressionnant mais amusant. A mes yeux c'était le meilleur manège au monde ! J'avais passé une journée formidable et à peine parti, je rêvais déjà d'y retourner l'année prochaine.


Voyage au Sénégal par Justine :

Pour mes dix ans, mes grands-parents m'ont offert un voyage au Sénégal. La jeune dame qui nous hébergeait était la directrice de l'école du village.
Elle nous invitait à déjeuner dans l'enceinte de l'école. Nous avions mangé de la Tiboudienne. C'est un plat typique qui se compose de riz, poissons, piments, légumes et concentré de tomates. Ce plat ressemblait étrangement à une bouillabaisse. Nous étions servis par de très gentilles gouvernantes.
Un peu plus tard, elle nous amena dans un restaurant qui se nommait "Le Sénégalais", afin que l'on puisse manger des spécialités de ce pays.
La nourriture était très épicée mais excellente. La décoration du restaurant était très modeste par rapport aux restaurants français.
Pour mon retour en France, la directrice de l'école avec ses élèves m'offrirent un dessert qui s'appelait le "ratstout". C'était une spécialité locale composée de noix de coco, de mangue et de banane. Cela est très proche de notre salade de fruits.
J'ai passé un merveilleux séjour au Sénégal. C'est un pays très convivial. J'aimerais y retourner afin de gouter de nouvelles recettes et faire de prochaines rencontres.

Commenter cet article

Marion. Elève de 4ème 26/03/2010 21:05



Re-Bonjour Monsieur Lanusse.

Je vous remercie pour la grande définition que vous m'avez donné. :)
Comme vous le dites, ce n'est pas très important ( à part pour le récit) mais ma prof' de français nous demande beaucoup à savoir le faire.
Je vous remercie encore & je pense que je reviendrai plus d'une fois.

Bonne Soirée :)



Professeur L 27/03/2010 11:05



Bonjour Marion,

J'espère que tu as compris. La meilleure façon de le maîtriser serait de s'entraîner un maximum avec les textes que tu lis.
Bon courage,
A bientôt,
Bien amicalement,
Monsieur LANUSSE



Marion,Une élève de 4ème qui ne fait pas partie de votre collège 19/03/2010 21:08


Bonjour Mr LANUSSE.

Je me permet de poster un message bien que je ne soit pas une de vos élèves.
Je suis une élève de 4ème à Paris, j'avais envie de vous écrire pour vous dire que j'aimerais bien vous avoir en tant que professeur ( même si ce n'est pas possible), car rien qu'en regardant votre
blog on voit que vous êtes un professeur interessé par un son métier, vous avez l'air d'aimer votre métier et vous êtes tellement pédagogue dans ce que vous faîtes sur ce blog. Vous répondez
toujours précisement à vos élèves jamais vaguement et sans un sous-entendu tel que " débrouille-toi avec ça ", c'est rare maintenant de trouver des prof's comme vous et je vous adore déjà en lisant
ce que vous faîtes [ d'autant plus que j'aime la philo' > Et oui ça existe en 4ème :) ]

Je voulais savoir si j'aurais la possibilité de vous poser des questions, je serai un peu une élève virtuelle mais ce serait un coup de pouce par rapport au français.
Petites précisions : Je lis beaucoup.

Je me demandais si vous n'aviez pas des "astuces" pour retenir la définition d'un shéma narratif.

Bonne Soirée ou Journée.


Professeur L 21/03/2010 23:03



Bonjour Marion,

Tu es bien sûr la bienvenue sur ce blog et je répondrai à toutes tes questions concernant le français avec le plus grand plaisir.
Ce blog est destiné à tous mes élèves, mais il est là aussi pour les esprits curieux de tous les horizons.
Concernant la définition du schéma narratif, tu tombes plutôt mal, car je ne suis pas un fan de cette notion. Je trouve qu'elle prête bien souvent à confusion, et qu'à trop s'y attarder, on perd
ce qui fait le charme et l'intérêt de la littérature. D'ailleurs, en ce qui me concerne, je n'en fais plus un objet d'étude fondamental.

Le schéma narratif, c'est simplement la structure du récit. On te l'a déjà certainement expliqué, mais tout récit se compose généralement de la façon suivante :
1. La situation initiale : c'est le cadre qui permet de situer l'action : l'époque, le lieu, et la présentation des personnages.
2. L'élément déclencheur : c'est ce qui provoque l'action.
3. L'action : ce sont les événements, les aventures.
4. La résolution de l'action : c'est ce qui achève l'action.
5. La fin.

Le schéma narratif est surtout intéressant pour que l'élève comprenne bien comment organiser la rédaction d'un récit. Quand tu dois écrire une histoire, il faut de préférence toujours commencer
par :
1. situer l'action dans l'espace et dans le temps (quand se situe ton histoire ? Dans quel lieu ? ),
2. développer ensuite l'action (que se passe-t-il ? Quelles sont les aventures ? Quels sont les événements importants qui s'y déroulent et qui font évoluer ton héros ?)
3. et enfin résoudre l'action et terminer ton histoire par une fin qui est l'aboutissement de l'action, la victoire de ton héros - ou sa mort.

Pour t'aider, imagine ce que nous avons tous vécu enfants, adolescents ou parents : une dispute entre parents et enfants.
1. Situation initale : le soir, à la maison, les parents reviennent du travail.
2. Elément déclencheur : les parents découvrent que la chambre de leur enfant est désordonnée.
3. Actions : les parents et l'enfant se disputent, les parents crient, l'enfant pleure, l'enfant range sa chambre, l'enfant fait ses devoirs.
4 Résolution de l'action : la chambre est totalement rangée et les devoirs sont terminés.
5. La fin : tout rentre dans l'ordre : les parents souhaitent une bonne nuit à l'enfant.

Autre exemple : l'histoire d'élèves perturbés par une abeille qui vient d'entrer dans la salle de classe. (c'est du vécu)
1. Situation initale : les élèves écoutent plus ou moins le professeur en classe, pendant l'après-midi. Il fait chaud. Les fenêtres sont ouvertes.
2. Elément déclencheur : une abeille vient d'entrer dans la salle.
3. Action : les élèves sont perturbés, la concentration disparaît, le professeur attrape l'abeille.
4. Résolution de l'action : le professeur envoie l'abeille dehors et referme la fenêtre.
5. Fin : tout est rentré dans l'ordre, le cours peut reprendre normalement.

Sinon, regarde un épisode d'une série télé un peu nulle (tu as l'embarras du choix) avec des gentils et des méchants. En général, chaque épisode suit scrupuleusement le schéma narratif.

J'espère que j'ai été suffisamment clair. Mais surtout ne t'inquiète pas. Le schéma narratif, c'est utile pour savoir écrire un récit, mais la plupart du temps, ce n'est d'aucun intérêt dans
l'étude des textes.

Bon courage pour la suite,
N'hésite pas à revenir et à poser des questions,
Bien amicalement,
Monsieur LANUSSE