Vocabulaire du théâtre

Publié le par Professeur L

Le Vocabulaire du théâtre

I Un lieu et des personnes

Comédien : Personne réelle qui interprète un rôle.

Dramaturge : Personne réelle qui écrit des pièces de théâtre.

Metteur en scène : Personne réelle qui propose une adaptation scénique de la pièce : il choisit la distribution, les décors, les costumes, guide les comédiens vers une interprétation du texte…

Loge : Lieu où les comédiens se changent et se maquillent avant la scène.

Décor : Faux paysage (intérieur, extérieur) implanté sur et au fond de la scène. Il indique l'appartenance sociale, le genre de la pièce, donne des indications sur le lieu et le temps.

Costume : Habit du personnage qui indique son statut, sa position sociale.

Plateau : pour les comédiens, le plateau désigne le sol de la scène.


 

II Un Texte

1) Composition

Acte : Division de l'œuvre. Autrefois, sa durée correspondait au temps qu'il fallait aux chandelles pour se consumer. Il y en avait cinq ou trois par pièce à l'époque classique.

Scène : Lieu où se déroule la pièce. Division d’un acte.

Exposition : Scène initiale qui présente les personnages, les lieux, le contexte, l'époque. On parle de scène d'exposition.

Dénouement : Résolution de l’action et du problème à la fin de la pièce.

Nœud : Moment délicat dans l'intrigue où les différents problèmes se mêlent.

Coup de théâtre : Rebondissement voire inversion totale dans l’action.

 

2) Organisation

Didascalies : Indications de mise en scène : le jeu ( ton, expression, gestes), le décor et les costumes. Elles apparaissent dans le texte en italique.

Tirade : Longue prise de parole d’un personnage, mais qui n’est pas seul en scène.

Monologue : Longue tirade d'un personnage se parlant bien souvent à lui-même. C’est ainsi qu’au théâtre on expose les pensées et sentiments des personnages.

Stichomythies : Échange rapide de brèves répliques.

Répliques : Propos tenus par les personnages.

Aparté : Issue de l'italien, on emploie cette expression lorsqu'un personnage adresse sa réplique à part (sans que les autres personnages ne l’entendent).

 

III Des genres

Tragédie : Nom antonyme de comédie. Genre de pièce où le registre tragique est  dominant. Le tragique est la peinture d’un destin auquel on ne peut échapper. Le plus souvent la pièce vise à provoquer les larmes (pathétique) du spectateur mais aussi et surtout sa pitié envers les personnages qui essaient d’échapper à leur destin. Attention, une tragédie ne finit pas forcément mal.
 

Comédie : Antonyme de tragédie. La comédie est un genre de pièce dans laquelle le registre comique est prépondérant. Il s’agit pour l’auteur de provoquer le rire du spectateur grâce à des procédés diversifiés. 

 

  1. L'éclairage

 

Le mot « théâtre » vient du grec ancien « théorein » qui signifie « contempler ». Dès les origines, le théâtre a donc un lien profond avec la lumière, la vision. Il s'agit avant tout d'un art visuel.

L'éclairage est donc très important au théâtre. Il crée une ambiance, une atmosphère, accompagne les comédiens, leur donne du relief. Il produit des effets indispensables au jeu du comédien, à la mise en scène et au texte lui-même. L'éclairage est tellement important qu'il peut même être considéré comme un comédien supplémentaire sur scène.

Voici quelques notions de l'éclairage au théâtre :

 

  • la douche : éclairage venant du haut et vertical.

 

  • la face : On appelle "la face" l’ensemble des lumières qui éclairent le plateau depuis la salle.

 

  • Le contre-jour : Il va du lointain vers la face (du fond vers l'avant). Il donne de la profondeur à l’image. Il « décolle » la silhouette d’un comédien du fond de scène et crée une nappe de lumière au sol qui enrichit l'ambiance. Il peut servir à créer des ombres chinoises.

 

  • Les latéraux : Ce terme désigne tout les éclairages qui viennent des côtés par rapport aux comédiens regardant le public. Les latéraux sculptent les corps et sont très utilisés dans la danse. Il existe les latéraux hauts, les latéraux à hauteur d'homme et les latéraux rasants.

 

  • Les latéraux rasants : Les sources sont posés sur le sol des coulisse, entre les plans des pendrillons (petits rideaux situés sur les côtés de la scène). Le sol n’étant pas éclairé (et donc invisible), les comédiens donnent l'impression de flotter dans l’espace.

 

  • La contre-plongée : c'est le contraire de la douche. On travaille la contre plongée pour créer des ombres gigantesques d’apparition dramatique.

 

  • Le noir : les lumières s'éteignent. Le noir sert à délimiter les scènes. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article