J'entendais des cris autour de moi par Marine

Publié le par Professeur L

J'entendais des cris autour de moi. Je voyais ma soeur au loin. Il y avait un homme avec un couteau près d'elle. Ma chère soeur ! J'avais peur, des gouttelettes de sueur glissaient le long de mon dos, je ne me sentais plus vivre. Non loin de moi, un soldat leva son épée haut dans la foule et cria : "Que l'on cesse ces guerres qui ne mènent à rien !" Puis il m'entraîna avec d'autres femmes et enfants, à l'écart. Les enfants pleuraient, les femmes aussi gémissaient de douleur. Ma soeur n'était pas là, elle était sans doute déjà morte. Ces idées me faisaient froid dans le dos, je me sentais partir. Ma soeur ne pouvait être morte. Je ne sentais plus mon coeur battre. Une main posée sur mon épaule me ramena à moi. C'était le soldat, qui peu avant, avait crié dans la foule.

"Comment allez-vous ? me questionna-t-il.

- Je ne sais pas, j'en ai assez de ces massacres.

- Oui, je suis de votre avis. Que vous soyez massacrés parce que vous ne partagez pas la religion du roi !"

Je ne pus articuler un mot de plus. Les sanglots m'étouffaient, j'étais protestante, tout comme ma soeur, et tout comme ces milliers de gens qui en ce moment se faisaient massacrer sous mes yeux.

" Ma soeur...J'ai perdu ma soeur...

- Venez dans mes bras."

Le soldat me prit dans ses bras et me conta que lui aussi était protestant dans sa jeunesse, mais que le roi avait ordonné que ces sujets se convertissent au catholicismee. Il n'avait pas eu le choix et avait accepté. Ces guerres nous auront fait perdre nos familles et nous auront fait voir la douleur. Tout cela à cause de l'égoïsme d'un roi qui voulait qu'on pratique sa religion. J'aurais perdu ma soeur dans ce massacre. Elle était comme une partie de moi, de mon coeur, de mon âme. Et je l'avais perdue dans ce sang, dans ces cadavres éparpillés au sol. Nous avions tous vu la mort venir nous chercher. Pour moi, elle avait continué son chemin, mais la Faucheuse avait pris d'autres âmes, faisant des orphelins et des veuves.

Commenter cet article