EPI Lettres-SVT : Humain ou animal ? Allocution du 27 janvier 2015 par Simone Veil

Publié le par Professeur L

Simone Veil (1927-2017), 27 février 2008.

Simone Veil (1927-2017), 27 février 2008.

1. Quels sont les deux types de souffrances évoqués ?

Dans ce texte, Simone Veil évoque les souffrances physiques subies par les déportés : « détruire notre corps » ; mais également des souffrances morales et psychiques : « nous faire perdre notre âme ». La déshumanisation est également exprimée : « contre l'humanité », ainsi que l'extermination : « génocide ».

 

2. En quoi ce texte est-il un réquisitoire contre les camps nazis ?

Ce discours est un réquisitoire contre les camps nazis car il nous dévoile la réalité des crimes commis dans les camps de concentration et il nous explique comment lutter contre les idéologies qui mènent à de tels crimes. Il faut nous unir pour lutter contre l'antisémitisme, le racisme et la haine envers les autres : « nous appartenons à la même planète », « nous devons être vigilants et la défendre […] encore davantage contre la folie des hommes. » La fraternité est le premier remède contre la haine qui mène au nazisme.

 

3. Qui est désigné par le pronom « nous » dans l'avant-dernier paragraphe ? Par le pronom « vous » dans le dernier paragraphe ?

Dans l'avant-dernier paragraphe, le « nous » désigne l'humanité toute entière : « nous devons être vigilant ». Et le « vous » désigne les générations futures : « de vous mettre en garde ».

 

4. Simone Veil emploie le verbe « devoir » à plusieurs reprises : quel est le message de l'auteur pour l'avenir ?

 

Le message de l'auteur est de ne pas reproduire la même erreur, ne pas laisser quelqu'un détruire l'humanité. Il faut lutter pour protéger et sauver l'humanité, en cultivant et en protégeant le socle et les valeurs de la démocratie : la liberté, l'égalité, la fraternité.

Le Parlement européen à Strasbourg, France, Union européenne.

Le Parlement européen à Strasbourg, France, Union européenne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article