La mise en oeuvre de la négation de l'Homme : étapes de la déshumanisation au Struthof.

Publié le par Professeur L

Vue du camp de Natzwiller-Struthof.

Vue du camp de Natzwiller-Struthof.

  1. Que doivent faire les déportés dès leur arrivée au camp ? Dans quel but ?

 

Quand ils arrivent au camp, les déportés ont déjà subi la torture, l'emprisonnement, un voyage de plusieurs jours et nuits dans des wagons à bestiaux de 20 mètres carrés. Certains wagons à bestiaux contenaient plus de 100 déportés. Ensuite, ils doivent parcourir 8 km à pied entre la gare et le camp, qui est situé à 800 mètres d'altitude. A leur arrivée au camp, les déportés sont déjà épuisés et maltraités. Pourtant le cauchemar ne fait que commencer. En effet, dès leur arrivée au camp, les déportés se font dépouiller de leurs vêtements dès leur arrivée au camp. Ils sont ensuite intégralement rasés. Le but est de leur enlever le peu d'humanité qu'il leur reste en les humiliant et en les traitant plus mal que des bêtes de somme.

 

 

2. Que subissent les déportés une fois qu'ils sont nus ? Dans quel but ?

 

Une fois nus, les déportés sont rasés : on leur rase non seulement les cheveux et la barbe, mais également tous les poils pubiens. Le but est de leur enlever leur identité, leur personnalité, leur conscience, leur humanité. Ils se ressemblent ainsi, afin de favoriser un esprit grégaire. L'humiliation est permanente.

 

 

3. De quelles valeurs est dépourvu le monde concentrationnaire ?

 

Les valeurs dont est dépourvu le monde concentrationnaire sont la liberté, l'égalité et la fraternité. Certains déportés sont devenus Kapo parce qu'ils étaient bien vus par les SS. Le camp nazi est la conséquence logique d'un système politique fondé sur le racisme et le nationalisme. L'enfer concentrationnaire est également privé de dignité et d'espoir.

 

 

4. Comment sont considérés les déportés dans le camp de concentration ? Où sont logés les déportés ?

 

Les déportés sont considérés comme des outils et non comme des êtres vivants. Quand un déporté meurt, les SS le considèrent comme un outil cassé. De plus les déportés sont considérés comme des bêtes de somme anonymes

 

Ancien camp de Natzwiller-Struthof.

Ancien camp de Natzwiller-Struthof.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article