Les Contemplations de Victor Hugo : dossier de lecture d'Anaëlle en seconde 16. Troisième partie.

Publié le par Professeur L

Washington Allson, Paysage italien, huile sur toile, 1814, Musée d'art de Tolède, Espagne.

Washington Allson, Paysage italien, huile sur toile, 1814, Musée d'art de Tolède, Espagne.

III.LISE

 

Le poème Lise de Victor Hugo appartenant à la partie Autrefois qui retrace toute les joies et les bonheurs de la vie dans le livre premier « Aurore », exprime l’innocence enfantine qui ne dure pas éternellement. C’est parce qu’il est furtif qu’il est précieux. Victor Hugo nous transmet une minime partie de sa vie dans lequel il avait douze ans et il entretenait une relation assez proche avec une certaine Lise qui avait seize ans. Au fur et à mesure du poème de 7 strophes ont constate que l’auteur a une profonde admiration envers cette jeune fille car il lui pose sans cesse des questions et s’intéresse à ce qu’elle fait «  je me penchais sur son livre à l’église ». Il la qualifie par une accumulation et une gradation des noms mélioratifs qui sont des métaphores « ange », « féé », « princesse » . Leurs relations étaient fusionnelles avec l’euphémisme et le parallélisme : « Elle m’aimait, je l’aimais ». Lise prenait soin de lui et tachait de répondre à ses questions malgré son agacement parfois.Victor Hugo les qualifiait avec les métaphores « doux rayons », « doux parfums » car leurs innocences et leurs âges ne sont qu’éphémères. Ils étaient deux enfants innocents, purs, sages qui s’interrogaient sur le monde qui les entouraient et découvraient tantôt des choses heureuses comme des choses décevantes. Ainsi va la vie et son processus d’évolution.

 

J’ai choisi ce poème comme favori car je trouve qu’il reflète parfaitement bien la beauté de l’enfance en son innocence. Tout au long du poème Victor Hugo montre à de nombreuses reprises son esprit interrogateur, à la fois attaché et admiratif envers Lise. Lise est je pense pour lui une personne qu’il considère comme sa deuxième maman et qui par son âge plus mûr lui inspirait confiance. Ils étaient deux enfants avec une différence d’âge mais qui restaient tout de même des enfants qui ont besoin d’aide pour évoluer et avancer dans la vie. C’est pourquoi ce poème est si touchant. Il permet à chaque lecteur de retomber en enfance et de s’approprier ce poème comme un souvenir, comme une sensation de déjà vu. Ce que décrit Victor Hugo dans son poème est un tournant dans sa vie, plus précisément une étape, celle de l’amitié et de l’amour créé par l’enfant. Malheureusement ses doux moments ne sont pas éternels comme le montre le poète à travers les expressions finales : « si vite évanoui », « le soir vient la douleur » laisse penser que l’auteur regrette ses années passées et cela le rend triste. « Jeune amour si vite évanouies » suggère que l’innocence n’a d’ennemi que le temps. Il faut donc vivre pleinement le jour présent.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article