Femme tondue de Robert Capa par Jeanne

Publié le par Professeur L

Femme tondue de Robert Capa par Jeanne

Je vois cette femme se promener avec les cheveux tondus. Je regarde les gens autour d'elle. Certains rient d'un rire sarcastique. D'autres parlent d'un ton sardonique. Cette femme est humiliée dans les rues de Chartres pour une piètre histoire d'amour....

Lire la suite

Femme tondue de Robert Capa par Maximilien H.

Publié le par Professeur L

Femme tondue de Robert Capa par Maximilien H.

Nous sommes en août, le 18 de l'année 1944. La guerre est finie et nous avons gagné. Ce n'est qu'avec une piètre satisfaction cependant que nous exprimons notre joie en sortant dans les rues, habillées le plus élégamment possible, et en criant : "Victoire...

Lire la suite

Robert Capa, Femme tondue par Clément F-C

Publié le par Professeur L

Robert Capa, Femme tondue par Clément F-C

C'est en ce 18 août 1944 que j'assiste à cette piètre scène. Je vois une femme, dans la rue, qui marche entourée de cette population, qui, d'un rire sarcastique et désinvolte, l'observe en train de se faire humilier. Qu'avait-elle pu faire pour subir...

Lire la suite

Je ne sais quoi penser par Léa M.

Publié le par Professeur L

Je ne sais quoi penser par Léa M.

Je ne sais quoi penser devant cette scène funeste. Les soldats, ils sont partout, attisant les flammes de la guerre. Ils suivent les ordres du despote, suscitant la terreur du peuple. L'un d'eux, cynique, se pavane en soulevant la tête de sa victime,...

Lire la suite

Je me fais tout petit par Elise

Publié le par Professeur L

Je me fais tout petit par Elise

Je me fais tout petit. A travers un trou dans le mur du bâtiment dans lequel je me cache, j'aperçois un champ de bataille. Tous les hommes présents sont brutaux, provoquants. Ils tuent sans gêne. Je dirais même qu'ils sont tous cyniques. Ce ne sont plus...

Lire la suite

Je suis ici par Anaïs

Publié le par Professeur L

Je suis ici par Anaïs

Je suis ici, pourtant on ne me porte aucune attention. Je ne suis qu'une touche de peinture sur ce funeste tableau. Mais de là où je suis, j'en vois bien plus que ce despote derrière son bureau, au chaud, et dont l'amour de la guerre attise la haine et...

Lire la suite

En l'an 400 par Antoine

Publié le par Professeur L

En l'an 400 par Antoine

En l'an 400, nous sommes en pleine guerre contre ces fluets de Carthaginois. C'est mon frère qui a tué le premier Carthaginois. Ces vêtements, il les lui a volés, parce qu'il les trouvait jolis. Mon commandant, Auguste V, est attisé par l'idée de tous...

Lire la suite

Armé d'un glaive par Sophia

Publié le par Professeur L

Armé d'un glaive par Sophia

Armé d'un glaive, je tranchais le corps de cet homme, à terre. L'odeur du sang et les encouragements de mon commandant avaient suscité ma folie sanglante. Ce sont ces petits détails qui me motivèrent pour tuer, tuer des triumvirs. Le commandant se tenait...

Lire la suite

C'est la guerre que je mène par Virgile

Publié le par Professeur L

C'est la guerre que je mène par Virgile

C'est la guerre que je mène sur cette place avec pour seul ami mon glaive. Sur le champ de bataille, je suis cynique avec mes ennemis. J'aime les faire souffrir. J'attise la haine de mes ennemis en tuant leurs familles. Je suis vraiment machiavélique...

Lire la suite

Le cri fluet du vieil homme par Fei Hung

Publié le par Professeur L

Le cri fluet du vieil homme par Fei Hung

Le cri fluet du vieil homme, on pouvait l'entendre à des kilomètres. La peur, je pouvais la sentir sur moi. J'en avais même perdu le courage de combattre. Ces démons étaient dirigés par un chef. On le nommait "le Despote fou". On s'était rebellé, car...

Lire la suite